Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

des militantes séquestrées et violées par des Palestiniens les féministes de gauche se taisent....

23 Septembre 2010 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Point de vue

Source : Arabs Harass Female ‘Peace’ Activists; Left Silences Victims,

par Ronen Gil

pour Arutz 7

Deux militants ont mis en évidence un phénomène inquiétant,un secret de polichinelle dans le camp de la paix  : les femmes militantes de la «paix» sont systématiquement harcelées et violées par les Arabes de Judée - Samarie avec lesquels elles ont voulu s’identifier. Elles disent que le phénomène a empiré ces derniers temps et que de nombreuses femmes étrangères se retrouvent comme épouses des Arabes locaux contre leur volonté, mais ne peuvent s’échapper de leur nouveau foyer.

Roni Aloni Sedovnik, une militante féministe, a écrit un article dans News1 - un site indépendant dirigé par le journaliste d'investigation respecté Yoav Yitzchak - sous la rubrique " trahison de la gauche " des militantes pacifistes ont été agressées sexuellement. " une atrocité nauséabonde qui se passe depuis longtemps dans les coulisses des manifestations de la gauche " à Bil'in , Naalin et Sheikh Jarrah [ Shimon HaTzaddik ], écrit-elle ; " un sombre secret qui menace de briser l’assise des valeurs idéologiques, sur laquelle repose la demande de mettre fin à l'occupation des territoires . "

Aloni-Sedovnik explique que lorsque des militantes pour la paix venant d’Israël ou de l’étranger se rendent en Judée et Samarie et manifestent contre « l'occupation » israélienne, elles sont agressées sexuellement par des hommes arabes qu’elles sont venues aider. Ce ne sont pas des incidents isolés, souligne-t-elle. Il s’agit plutôt d’un phénomène « courant et généralisé » impliquant la violence verbale et physique. Elle accuse le « camp de la paix» de dissimuler ces faits pour éviter d'offenser «les Palestiniens et leur culture, qui voient les femmes comme des objets sexuels.»

Aloni - Sedovnik cite deux cas spécifiques dont elle a eu connaissance - l'une est une affaire de viol et l'autre un grave harcèlement sexuel. " Les agresseurs dans les deux cas, elle le souligne , étaient familiers avec les victimes et ils savaient qu'elles étaient des « militantes pour la paix ».

" Pourquoi n’entendons-nous pas les voix des féministes radicales qui répètent jour et nuit que l’occupation c’est l’occupation, peu importe qui est l’oppresseur une nation ou un homme, elle opprime la femme , " Il semble qu'il y ait un fossé entre la théorie radicale de la gauche féministe quant à la résistance active à l'occupation des Territoires et leur déni à la conquête violente des femmes. "

■ Le viol a été commis il ya plusieurs mois dans le village de Umm Salmona , près de Bethléem . La victime , une militante américaine , qui a voulu porter plainte mais les militants de gauche ont fait pression sur elle pour ne pas le faire, afin de ne pas détériorer l’image de la lutte contre l '« occupation ».

L'affaire d’Oum Salmona a été signalé dans Haaretz comme une tentative de viol , mais ne semble pas l'avoir été au-delà des pages du blog .

■ Le deuxième cas est une activiste israélienne qui a pris part aux manifestations à Shimon HaTzaddik quartier à Jérusalem-Est , où la Cour suprême a statué que les familles juives peuvent entrer dans les maisons qui leur appartenaient depuis des générations. Cette femme a déposé une plainte auprès de la police, mais elle s'est rétractée après une " pression sévère et injuste " des organisateurs des manifestations, selon

Aloni-Sedovnik.En outre, les organisateurs ont lancé un appel aux manifestantes de s'habiller modestement quand elles viennent dans les quartiers arabes et ont suggéré de porter « le foulard ».

Aloni-Sedovnik accuse les médias israéliens d’être complices de cette dissimulation

Plus tôt cette année, un blogueur et mordu de littérature nommé Yeouda Bello, qui écrit à divers endroits sur l'histoire et la théorie de l'évolution, a publié sur son blog un billet au titre percutant : « Les activistes féministes de gauche sont violées jour après jour, nuit après nuit.» Bello n’est pas un ultra-nationaliste; il soutient la création d'un état palestinien, ce qui le rend d'autant plus crédible.

La plupart des femmes européennes militantes de gauche  , écrit Bello , ont eu un lavage de cerveau dans leur jeunesse et appris à haïr Israël, puis elles sont envoyées directement en Judée - Samarie , en évitant de passer une seule nuit à Tel-Aviv , de peur qu'elles ne voient ce qu’est la société civile israélienne et que cela leur plaise .

Elles sont emmenées à Sichem, Djénine et d'autres villes de l’AP , logées dans des établissements d’enseignement, des centres culturels arabes, ou des maisons privées., des jeunes filles arabes locales sont envoyées pour les aider et elles n'ont pas d'autre choix que de leur faire confiance. Il est aisé, explique Bello,

« de procéder à un crime sexuel contre une jeune fille étrangère, dans ses premiers jours loin de sa famille, dans un endroit où aucune police n’a le droit de visite. » Et c'est ce qui se passe.

Il dit qu'il a rencontré ces femmes quand il a effectué ses « milouïm » (périodes de réserviste) pour Tsahal, et les a rencontrés. "Elles m'ont dit ce qui se passe là-bas, dans les villages palestiniens, loin de toute indiscrétion"

« On m'a rapporté des cas de viol de femmes qui ne sont pas juives : une militante européenne de gauche, une femme volontaire de la Croix-Rouge et une jeune femme arabe de Jaffa. Ces viols ne visent pas seulement à satisfaire l’appétit sexuel. Ils sont habituellement commis d’une manière systématique afin de mettre la jeune femme enceinte pour ensuite la prendre comme épouse, après qu’elle se soit converti à l’islam, bien entendu. Nous ne savons que ce système existe que par les témoignages des femmes qui ont subi un traitement similaire en Israël et ont fui vers Europe. Mais il est difficile de fuir les territoires palestiniens. Parfois, ces femmes, - dont certaines ne sont plus jeunes - ne sont jamais autorisées à quitter leur foyer sans être accompagnées afin de prévenir leur fuite . "

Si l’on comparait la liste des militantes étrangères qui entrent en Judée - Samarie avec la liste de celles qui en resortent, affirme Bello, l'ampleur du phénomène serait démontré. « Tout le monde le connaît, mais personne n'ose en parler. Les Palestiniens ont été transformé en martyrs. Sur les chaînes de télévision du Moyen-Orient, les soldats de l’armée israélienne sont dépeints comme des brutes qui violent les femmes palestiniennes.»

Participation du Fonds du Nouvel Israël

Les rapports Aloni-Sedovnik et Bello sont d'un intérêt particulier parce que les groupes féministes ont été le fer de lance l'activisme de gauche en Israël depuis de nombreuses années. Selon Svirsky Gila, l’ancien directeur du Fonds pour le Nouvel Israël et fondateur de la Coalition parrainée par des femmes pour la paix », les organisations des femmes de paix, connues collectivement sous le mouvement des femmes israéliennes de la paix, est devenue la plus dynamique et la partie assidue du camp de la paix en Israël. «Ces groupes défendent une idéologie qui assimile le militarisme des Israéliens, avec la domination masculine de la femme. Loin d'être un élément marginal, la gauche - féministe de cet acabit est une force dominante dans le monde universitaire israélien, la presse, la Knesset et du système judiciaire.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :