Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Des micros à l’Hôtel Mayflower ?

25 Mars 2010 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Politique

 par Meir Ben-Hayoun 
Pour A7
Jeudi 25/03/2010

Ce sont des heures difficiles pour M. Binyamin Netanyahou, des heures dramatiques pour Israël et pour la capitale Jérusalem. Le Président Obama a haussé le ton lors de son entrevue avec le Premier Ministre par deux fois.
Obama exige du Premier Ministre d’annoncer officiellement et publiquement le gel de la construction à Jérusalem Est, y compris dans les quartiers israéliens densément peuplés (Guilo, Armon Hanatsiv, Pigat Zeev, Har Homa, Ramot, Neve Yaacov), ceci jusqu’au terme des négociations avec Mahmoud Abbas. Au rythme où avancent les négociations, cela risque de durer une éternité.
Le résident de la Maison Blanche a ajouté que cet engagement israélien devait aussi inclure des compromis israéliens territoriaux supplémentaires. Selon les termes de cet ultimatum par deux fois réitérés, dans la mesure où les Israéliens n’obtempèrent pas à ce diktat, la Maison Blanche publiera un communiqué présidentiel condamnant Israël et la construction à Jérusalem, et fera porter la responsabilité de l’échec des négociations sur le gouvernement israélien. Ce n’est pas tout. Le communiqué présidentiel comportera également pour la première fois le détail des positions américaines quant au règlement du conflit israélo-arabe. Positions à partir desquelles, les dirigeants arabes ne pourront minorer les leurs.

Le Premier Ministre est sorti de son dernier entretien avec Obama sans arriver à un terrain d’entente sur aucun des points abordés. Sur son visage, les signes de tension et de stress étaient visibles. Actuellement (jeudi 25 mars), il y a concertation à la Maison Blanche sur la teneur du communiqué présidentiel de condamnation d’Israël. En sortant de la Maison Blanche, M. Netanyahou et ses conseillers sont allés se concerter dans la pièce sécurisée de l’Ambassade d’Israël à Washington et non dans la suite du Premier Ministre à l’Hôtel Mayflower, de crainte que les murs y soient truffés de micros. Cette information provient de notre confrère Matti Ben-Avraham du site Israel Valley. Cela illustre la tension extrême entre les gouvernements de ces deux pays alliés.

De source américaine, on rapporte que c’est probablement la crise la plus grave entre les deux nations depuis 1956. Le Président Dwight Eisenhower avait alors lancé un ultimatum au gouvernement Ben-Gourion de se retirer sans délai du Sinaï investi par les forces israéliennes lors de l’Opération « Kadesh ». La crise qui avait éclaté au début des années 90 entre l’administration du Président Bush père et le Premier Ministre Itzhak Shamir concernant les pourparlers avec les pays arabes (Conférence de Madrid) était d’intensité moindre, toujours selon cette même source américaine. Toutefois, le drame avait atteint son paroxysme. Le Secrétaire d’Etat James Baker III était sorti de ses gonds et avait élevé la voix sur M. Itzhak Shamir. Le Premier Ministre contint sa rage un instant puis frappa fortement du poing sur la table et pointa son doigt en direction de James Baker: « M. le Secrétaire d’Etat, je suis le Premier Ministre de l’Etat d’Israël, veuillez ne pas élever la voix sur moi ».

Malgré tout, à Jérusalem, l’atmosphère semble plus détendue. Les médias israéliens qui à leur accoutumée ne manquent aucune occasion de railler sur la politique de M. Netanyahou sont beaucoup plus cléments pour couvrir cette confrontation avec Washington. La conjoncture de crise avec Obama fait bénéficier le Premier Ministre d’un regain de popularité. Dans l’opinion publique, il jouit du soutien d’une large majorité à poursuivre la construction à Jérusalem – selon un sondage de Maagar Mohot, même auprès d’électeurs de Kadima et du parti travailliste.

Pour la première fois depuis longtemps, ce n’est pas un accueil de protestation qui sera réservé au Premier Ministre lorsque son convoi passera à l’entrée de Jérusalem après avoir atterri à l’aéroport de Lod.

Des étudiants l’y attendront pour le soutenir et l’encourager à ne pas céder à la pression de Washington. Cette initiative provient du mouvement estudiantin ‘Im Tirtsou‘ qui s’est rendu célèbre en exposant le rôle d’ONG israéliennes post sionistes financées par le New Israel Fund dans le rapport Goldstone.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :