Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Depuis Oslo, doit-on considéré les hommes de la "gauche" israelienne comme des perfides ?

30 Juillet 2010 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Politique

Politique: Haïm Ramon pris en flagrant délit!

par Shraga Blum pour Israel 7

29/07/2010

Ce ne sera pas la première fois que des conversations politiques « intimes » auront été prononcées non loin d’une

«oreille qui traîne», avant d’être rapportées aux médias. Cette fois-ci, il s’agit de Haïm Ramon, qui a rencontré le chef des négociateurs palestiniens Saeb Arekat dans un hôtel de Jérusalem, et lui a ouvertement conseillé «de ne pas accepter de passer aux négociations directes avec le gouvernement Netanyahou».

Le 8 juillet dernier, les deux hommes se sont rencontrés à l’hôtel «American Colony» de Jérusalem, et se sont installés dans le lobby. Pour leur «malchance», l’endroit qu’ils avient choisi pous s’asseoir était assez étriqué, et toute leur conversation a été entendue par une personne qui prenait un verre à côté d’eux.

Saeb Arekat a commencé par demander à Ramon «au nom de qui il venait». Ramon lui répondit «que c’est Shimon Pérès qui l’envoyait, mais qu’une tierce partie les soutenait». Puis la discussion s’est ouverte entre les deux hommes, à propos des sujets «brûlants» à l’ordre de jour, et Haïm Ramon a tout simplement conseiller à Arekat «de ne pas accepter la demande israélienne et américaine de passer aux négociations directes avec Israël, car de toutes façons, Netanyahou et son gouvernement nônt pas l’intention de céder quoi que ce soit».

Ce témoignage coïncide parfaitement avec les récentes déclarations du Premier ministre, qui accusait «des éléments de la classe politique israélienne – hors de la coalition – de tenter de torpiller les efforts du gouvernement pour arriver aux négociations directes». Netanyahou s’engageait «à fournir des peuves irréfutables à ces accusations, si on lui donnait l’occasion de s’exprimer devant une sous-commission, dont rien ne filtrerait par la suite».

Lors de cette même renontre, Arekat aurait abordé le sujet du «droit de retour» des «réfugiés» palestiniens. Arekat demandait à Ramon «s’il y avait des chances pour que le gouvernement Netanyahou accepte qu’un nombre situé entre 100.000 et 200.000 Palestiniens puissent revenir dans l’Etat d’Israël après signature d’un accord»!! Ramon rappela alors «que le gouvernement Olmert avait à l’époque accepté le principe d’une installation en Israël de 50.000 Palestiniens, mais que l’Autorité Palestinienne avait refusé, et que dès lors, il n’y avait aucune chance que Netanyahou accepterait d’aller plus loin», lui répétant alors «qu’il n’y avait aucune raison pour que les Palestiniens acceptent de passer aux négociations directes. Durant la conversation, Haïm Ramon et Saeb Arekat ont abordé d’autres sujets tels que Jérusalem et les frontières, et à chaque fois, Ramon s’est mis a «donner des conseils» à son interlocuteur, lui précisant que lui et ses amis – sans donner de noms – se basent sur le Plan Clinton, comme s’il était investi d’une quelconque mission officielle!

La personne qui a rapporté toute leur conversation, et qui comprend l’arabe, s’est également dit «choquée» du fait qu’à un moment, le téléphone de Saeb Arekat s’est mis à sonner, et qu’il avait au bout du fil…Azmi Bishara, l’ancien député israélien du parti Balad, parti justement «en ballade» au Liban depuis qu’il a été suspecté de collaboration avec l’ennemi. Azmi Bishara demandait à Arekat de l’aider pour organiser un voyage à l’étranger, et pendant toute la conversation – ni après d’ailleurs – Haïm Ramon n’a cru bon de demander des explications à Arekat sur ce lien avec l’ancien député.

Durant le reste de la conversation, Saeb Arekat a demandé à Haïm Ramon de le conseiller sur ce que les Palestiniens doivent exiger d’Israël…

Ce « témoin » avoue qu’il n’avait pas à priori l’intention de révéler ce qu’il avait entendu, mais il a changé d’avis lorsqu’il a réalisé « qu’il était en présence d’un homme politique israélien, qui n’était pas en mission ni officielle ni officieuse de la part d’une quelconque instance gouvernementale, et qui agissait en coulisses en tant que conseiller…des Palestiniens contre son gouvernement !»

Les services de la Présidence de l’Etat ont tenu à démentir le rôle attribué à Shimon Pérès: «Le Président Pérès n’a jamais demandé à Haïm Ramon de rencontrer Saeb Arekat. Il s’agit de rapports mensongers. Le Président recontre régulièrement des personnalités du monde entier, y compris des Palestiniens, et il n’a pas besoin de messagers spéciaux. Il regrette beaucoup que son nom ait été mêlé à cette histoire».

Quant à Haïm Ramon, il considère des accusations comme «tristes et pathétiques», et il accuse Binyamin Netanyahou «de vouloir justifier son échec politique en diffusant des accusations ridicules comme celles-ci. C’est le Premier ministre qui torpille les négociations avce les Palestiniens et nul autre».

Le député Michaël Ben-Ari demande «à ce que le Département des Affaires Juives au sein du Shin Bet enquête une fois pour toutes sur les nombreuses affaires de trahison d’hommes politiques de gauche depuis les Accords d’Oslo jusqu’à cette nouvelle affaire Ramon».

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :