Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

DE VERITABLES AMIS D’ISRAEL ?

4 Mai 2011 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Dépêche

Raphaël Draï, chronique de Radio J, 2 mai 2011

Publié par Marc le 4 mai 2011

Source http://www.raison-garder.info/

 

Enfin, Ben Laden a été éliminé et c’est une bonne chose, mais, depuis des semaines les nouvelles préoccupantes concernant Israël se succèdent selon un timing qui risque de prendre chacun de court.

En ce sens, Shmuel Trigano a bien fait de sonner le tocsin, s’agissant de la probabilité de voir un Etat palestinien unilatéralement reconnu par une grande majorité de l’Assemblée générale des Nations-Unies dès septembre.

 

Crédible ou non, cette éventualité produit, d’ores et déjà, des effets réels, et notamment le nouveau pacte passé entre le Fatah de Mahmoud Abbas et le H’amas de Haniyeh et de Khaled Méchaal. Sans parler de la politique ouvertement favorable à cette organisation de la part des nouveaux maîtres de l’Egypte.

 

Barack Obama vient de se remettre en selle médiatiquement avec la liquidation du chef d’El Qaida, mais il pourra se féliciter des dégâts qu’il aura occasionnés au Moyen Orient en trois années de mandat. C’est bien lui qui, depuis le début, a conforté les dirigeants palestiniens dans l’idée qu’ils pourraient se passer d’une négociation directe avec Israël, sans parler du tohu -bohu qui bouleverse le monde arabe et dont nul ne peut prédire les conséquences, puisque si Ben Laden n’est plus, la guerre se poursuit en Libye et Ahmadinedajd est toujours là. De son côté, la diplomatie française est également source de préoccupations.

 

Il est bel et bon de vouloir mettre à bas des dictatures, mais il l’est moins de refuser les mouvements migratoires de populations qui s’ensuivent. De ce point de vue aussi, il devient de plus en plus difficile de comprendre la politique du président de la République vis-à-vis de l’Etat d’Israël et de son peuple. Aucune occasion ne lui paraît superflue de protester de son amitié à leur égard, mais il apparaît à présent, nettement, que c’est bien la diplomatie française qui s’active en Europe et ailleurs, dans le but de faire reconnaître un Etat palestinien sans l’accord express d’Israël. Compte-tenu de sa gravité, un double-jeu de cette sorte ne saurait se poursuivre sans mettre en cause la dite amitié. Car, pourquoi la Kabylie, le Piémont, la Bavière, l’Ecosse, la Catalogne ou la Corse n’entreprendraient pas, également, de se faire reconnaître de cette façon, pour peu que s’y prêtent, à l’ONU, des majorités idéologiques et confessionnelles devenues mécaniques ? Faut-il s’interroger longtemps pour savoir en quelles mains ne tarderait pas à tomber un Etat palestinien qui se prévaudrait, face à l’Etat d’Israël, de tous les attributs de la souveraineté sans en assumer les obligations ?

 

Proclamer qu’une telle reconnaissance ne serait pas accordée sans garanties internationales formelles, concernant la sécurité de ce dernier, paraît depuis le mois de décembre, au moins, parfaitement dérisoire. En décembre, Moubarak était le maître de l’Egypte. Aujourd’hui, lâché par ses alliés flagorneurs d’alors, il est menacé de pendaison.

 

La France est entrée en campagne pour l’élection du prochain président de la République. Cette élection présente une particularité. L’on ne peut y concourir au second tour qu’à la condition d’avoir passé le premier. Dans l’état actuel des sondages, les écarts sont minimes entre les prétendants et prétendantes à la magistrature suprême.

 

Quiconque braquera de manière inconsidérée une partie même minime de l’opinion publique française compromettra sa place au second tour.

 

Les Juifs de France ne sont pas unanimes dans leurs votes, mais nul ne peut douter de la forte désapprobation qu’ils exprimeraient, le moment venu et fort démocratiquement, vis à vis de quiconque, par lâcheté ou par démagogie, contribuerait à mettre en danger l’existence d’un Etat contre lequel s’ameutent d’autres Etats qui veulent directement ou obliquement lui prendre la vie.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :