Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

CRISE USA ISRAËL - BARACK OBAMA HAUSSE LE TON. LA DEFIANCE ENTRE LES AMERICAINS ET ISRAELIENS EST DEVENUE UNE REALITE. LA DELEGATION ISRAELIENNE A EU PEUR D'ETRE MISE SUR ECOUTES LORS DE SON DEBRIE

25 Mars 2010 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Politique

25 Mar 2010

Pour IsraelValley
Par Mati Ben-Avraham à Jérusalem


USA ISRAEL S’il fallait une preuve supplémentaire de la défiance caractérisant les relations entre le Président américain et le Premier ministre israélien, il suffit de savoir que, au sortir de la Maison blanche, Binyamin et ses conseillers sont allés s’entretenir et définir la marche à suivre dans la chambre sécurisée de l’ambassade d’Israël, et non pas dans la suite du Premier ministre à l’hôtel Mayflower. La crainte était que les murs de la suite soient truffés de micros…


De fait, Barak Obama a haussé le ton, sommant son interlocuteur israélien de satisfaire aux exigences américaines
– et par ricochet palestiniennes, pour sortir les négociations de l’impasse. Il y a du vrai dans l’attitude américaine. En particulier en ce qui concerne le gel de toute nouvelle construction aussi bien à Jérusalem que dans les territoires sous administration israélienne.


En effet – et le raisonnement est aussi celui des Européens – pourquoi cette obsession à vouloir poursuivre cette politique d’occupation des sols alors que, aussi bien Ehud Barak, Ariel Sharon, Ehud Olmert que Binyamin Netanyahou lui-même ont accepté le principe de deux Etats pour deux peuples. Principe contenu déjà dans le plan Bill Clinton de fin 2000, défini clairement par le président Bush en 2003 et repris par l’administration Obama.
Ce comportement, et cela a été dit, est suspect. Tout se passe comme si Israël faisait machine arrière.

Peut-être. Mais la question est aussi de savoir si, en mettant la pression sur Israël, et sur Israël seulement, les
Etats-Unis ne sont pas à côté de la plaque. Il ne faut pas oublier qu’Ehud Olmert a proposé à Mahmoud Abbas
– fin 2008 – 97% de la Cisjordanie, 3% de compensation du côté du Neguev, et des arrangements quant à Jérusalem. Mahmoud Abbas a décliné l’offre, au motif que son partenaire était sur un siège éjectable…


Un refus qui, pourtant, mérite attention. Selon des lèvres qui bruissent du côté de Ramallah et d’Abu-Diss, en dehors de la volonté affichée par le Hamas d’instaurer une république islamiste sur l’ensemble de la Palestine mandataire, deux tendances se dégagent au sein du Fatah et de l’OLP. L’une, défendue par Sari Nusseibeh, le président de l’université Al-Kuds, prône la dissolution de l’Autorité palestinienne, l’annexion des territoires par Israël et ainsi, en s’appuyant sur la démocratie israélienne, parvenir à un Etat binational et puis…qui sait !

OBAMALa seconde serait l’apanage du duo Mahmoud Abbas-Salam Fayyad qui vise à la mise en place de toutes les infrastructures propres à la bonne marche d’un Etat, en fixer les frontières et sa capitale, proclamer ensuite cet Etat, et obtenir la reconnaissance de l’ONU. Et tout cela, sans avoir besoin de négocier directement avec les Israéliens. Se non è vero…
 
Dans ce contexte, Américains et Européens seraient bien inspirés de ne pas se contenter de clouer Binyamin Netanyahou au pilori, mais d’amener les Palestiniens à témoigner également d’audace politique, de prendre leur destin en mains et quitter ces habits de pleureuses revêtus depuis 1948.—

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :