Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Après une altercation avec un arabe, des étudiants juifs arrêtés par la Police Arabe de Jérusalem

29 Mai 2012 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Société

This section of the retaining wall surrounding the Temple Mount near the Wailing Wall was the site of an altercation between Jewish students and an Arab on Shavuot.

           Cette section du mur de soutènement entourant le Mont du Temple près du mur des lamentations a été le site d'une altercation entre étudiants juifs et un arabe à Chavouot.
Crédit photo : Mauricio

 

Cinq étudiants de la yeshiva de Jérusalem ont été arrêtés dimanche, après qu'une altercation qui avait éclaté entre eux et un arabe au « HaKotel HaKatan » (« le petit mur), une section du mur de soutènement entourant le Mont du Temple près du mur ouest, selon un rapport de Honenu ( Organisation qui fournit une aide juridique aux soldats et aux civils israéliens en détresse ). Les étudiants ont été retenus en détention provisoire jusqu'au milieu de la nuit et puis libérés sous condition d'une ordonnance leur interdisant de pénétrer dans la vieille ville de Jérusalem pendant 15 jours. (On croit rêver,on n'est plus chez soi Ndtr)

 

Le groupe, accompagné d'un de leurs rabbins, est arrivé au HaKotel HaKatan dimanche à la tombée de la nuit et a commencé les prières d'après-midi de Chavouot. Un homme arabe, accompagné de deux femmes arabes elles aussi sont passées près d'eux, en parlant  bruyamment, riant perturbant leurs prières.

 

En réponse à la demande des étudiants en prières de baisser le ton des  voix, l'homme arabe a commencé à crier, maudire et perturber les prières encore plus. Une altercation s'en est suivie après que plusieurs étudiants aient tenté d'évacuer des lieux l'arabe perturbateur, ce dernier a retiré sa ceinture et les a attaqué.

 

Les Policiers arabes de la vieille ville de Jérusalem sont arrivés, et l'arabe perturbateur a pointé plusieurs des élèves qui, selon lui, l'avaient attaqué. En conséquence, les policiers les ont arrêté.

 

Selon les élèves, l'arabe a arbitrairement  désigné certains d'entre eux comme responsables de l'altercation.

 

Un des étudiants détenus a dit à Honenu que les policiers arabes ne les ont pas informé qu'ils étaient en état d'arrstation, mais seulement demandé qu'ils viennent avec eux au poste de police afin de préciser les détails de l'incident. On leur a dit qu'ils pourraient examiner la vidéo prise par une caméra de sécurité sur les lieux, avec la police.

En fin de compte, les policiers arabes n'ont pas montré la vidéo.

 

Au poste de police, les étudiants, tous mineurs, ont été détenus pour interrogatoire. Il y sont restés jusqu'au milieu de la nuit.

 

La Loi exige que les parents d'un mineur soient informés de l'arrestation de leur enfant et qu'un parent ou un autre adulte soit présent lors de l'interrogatoire d'un mineur. Mais les parents de deux des étudiants détenus affirment qu'ils n'ont pas été informé de l'arrestation. Les parents d'un autre étudiant a reçu une notification qu' à 1:30 h  du matin, bien que leur fils soit détenu depuis environ 7:30 h.

 

L'avocat de Honenu Adi Kedar a été appelé pour représenter les détenus.

 

Les détenus ont dit à Honenu que police refusé leur demande pour avoir du jus de raisin afin de dire la bénédiction de la havdala de  la fin du Shabbat,  ("l'action de faire la différence", par exemple entre le Chabbate et les jours de la semaine). et donc au cours de leur séjour ensemble au poste de police ils ne pouvaient pas manger ou boire.

(Conformément à la Loi juive, on doit tout d'abord dire la bénédiction de la havdala, habituellement au jus de raisin ou de vin, avant d'être autorisé à manger ou à boire.)

 

Après plusieurs heures d'interrogatoire, les étudiants ont été libérés à condition d'une ordonnance leur interdisant de 15 jours de la vieille ville de Jérusalem.

 

Les parents de l'un des étudiants détenus dit Honenu que leur fils avait pas sur les lieux au moment de l'incident, n'arriver qu'après avoir entendu parler de l'altercation.

 

« Pourquoi ne la police examine le film de la caméra de sécurité, comme ils devraient l'avoir avant l'ouverture d'un dossier pénal sur mon fils? » demanda le père de l'un des étudiants.

 

Selon lui, reçu un appel à 1 H 30, d'un numéro non inscrit, qu'il a raté et était alors impossible d'appeler à l'arrière.

 

Les parents ont l'intention de déposer une plainte sur la conduite de la police, y compris la violation des droits de leur fils mineur.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :