Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Alternatives à la soumission

29 Juin 2010 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Point de vue

Notre Monde : Solutions de rechange à la modération.

Par Caroline B. GLICK 29/06/2010 http://www.jpost.com/LandedPages/SearchResults.as to surrender px?q=Alternatives

Adaptation française Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Notre Monde : Alternatives à la soumission

Pendant trop long, en acceptant de se laisser guider par nos "branquignols" de médias, les citoyens israéliens et les gouvernements ont ignoré de la même façon le fait que la réponse à chaque question n'est pas plus de concessions.

Aux acclamations tonitruantes des médias locaux, dimanche la famille Schalit s'est embarquée dans un cross-country en direction de la résidence du Premier ministre Binyamin Netanyahu. Ils sont partis deux jours après le quatrième anniversaire du rapt du sergent Gilad Schalit de l’IDF.

À l'extérieur de leur maison dimanche, Noam Schalit le père de Gilad a promis de ne pas rentrer à la maison sans son fils. La famille Schalit a l'intention de camper devant la maison de Netanyahu jusqu'à ce que le gouvernement les réunisse avec Gilad.

Pendant des semaines les médias locaux - et particulièrement Ma'ariv et Yediot Aharonot - ont dépeint la randonnée de la famille Schalit vers la résidence de Netanyahu comme une reconstitution du parcours de Moïse à Pharaon Comme Pharaon, les médias insinuent que Netanyahu est mauvais parce qu'il refuse de libérer Gilad de la captivité.

Le seul inconvénient de ce dramatique article de presse du journal à succès - c'est qu'il est mauvais . Gilad Schalit n'est pas un otage à Jérusalem. Il est un otage à Gaza. Son ravisseur n'est pas Netanyahu. Son ravisseur est le Hamas.

Et parce que l'histoire est fausse, les médias, ont organisé un cortège de dix mille Israéliens bien intentionnés se déplaçant dans la mauvaise direction. Et est non seulement cela va la direction erronée,mais aussi au détriment de Gilad Schalit.

La vérité c’est que les départements marketing du Yediot et du Ma'ariv ignorent que le maintient en captivité de Schalit est fonction de la force en croissante du Hamas. Pour le ramener à la maison, Israël ne devrait pas libérer mille terroristes de prison.

Pour ramener Gilad Schalit à la maison en homme libre, Israël doit affaiblir le Hamas. Et c'est objectif parfaitement réalisable. Noam Schalit sait que c'est un but réalisable. C'est pourquoi la semaine dernière il était le porte-parole le plus critique et le plus virulent de la décision de Netanyahu d'abandonner les sanctions économiques d'Israël contre Gaza contrôlé par le Hamas. C'est pourquoi au cours des quatre dernières années, la famille Schalit a organisé de nombreuses manifestations contre l'aide massive et continue d'Israël à Gaza sous contrôle du Hamas. Si quelque chose de positif doit advenir de cette marche, c’est quand la famille Schalit arrivera à Jérusalem elle devrait renoncer à la requête des journaux qu'Israël capitule et accède aux demandes de toutes les exigences du Hamas. Ils devraient reconnaître les uns et les autres que de céder ne garantira pas que plus d'Israéliens ne seront pas enlevés et assassinés par le Hamas et ses alliés.

Si le vœu des Schalits est de ne pas critiquer le gouvernement, ils devraient néanmoins critiquer Netanyahu et sa coalition pour les mesures qu'ils ont prises pour renforcer le Hamas .

Les Schalits devraient exiger que le gouvernement rétablisse et renforce les sanctions économiques d'Israël contre Gaza. Ils devraient également exiger qu'Israël mette fin à son approvisionnement en électricité et en essence à Gaza et prenne des mesures plus efficaces pour bloquer la contrebande à travers les tunnels le long de la frontière Gaza-Egypte .

Toutes ces actions affaibliront le Hamas et donc contribueront à la perspective d’être forcé par le Gazaouis eux-mêmes à libérer Schalit et le rendre à sa famille.

UNE des vérités importantes ignorées par les médias morbides d'Israël c’est que le Hamas et son sponsor iranien ne sont pas tout-puissant. Ils sont vulnérables à la critique de leurs propres foules. Et Israël est capable de fomenter une telle critique.

Par exemple, les terroristes emprisonnés dont l’élargissement est demandé par le Hamas en échange de la liberté de Schalit ont successivement répondu rationnellement aux menaces israéliennes. Le débat d’un projet de loi à la Knesset qui ne ferait qu'aggraver les conditions de détention des terroristes avance lentement. Mais les terroristes sont inquiets.

Leur inquiétude a provoquée d’exiger que le Hamas réfléchisse plus à l’avenir de Schalit / De la même manière, si Israel devait couper l'électricité à Gaza - un acte qui n'est pas simplement légitime, mais probablement important selon la loi internationale - nous pourrions nous attendre que les résidents de Gaza expriment de la même façon une demande aussi raisonnable au Hamas. C'est-à-dire qu’Israël doit affaiblir le soutien du public pour le Hamas, le Hamas serait plus susceptible de se plier à la volonté d'Israël.

Et si le Hamas est vulnérable à la critique publique, le régime iranien est complètement terrifié par la critique publique. Prenez le comportement du régime à la suite de la campagne turque de la flottille du Hamas.

Les jours qui ont suivi le 31 mai jour du raté d’ Israël concernant la prise de contrôle du Mavi Marmara, l'Iran a annoncé qu'il envoyait deux de ses propres bateaux à Gaza. Israël a répondu rationnellement et directement. Le gouvernement a averti que tout navire iranien serait vu comme un navire ennemi et qu’Israël répondrait conformément aux règles de la guerre.

Comme l'expert de l'Iran Michael Ledeen a fait valoir qu'à plusieurs reprises le régime iranien a été contesté , et est inquiet d'obtenir l’aval du peuple iranien en colère contre sa politique étrangère radicale. Dans la lumière de sa position précaire avec sa propre opinion, la menace d’une guerre directe avec Israël  a amené le régime à reculer.

Jeudi dernier, Hossein Sheikholdslam, le fonctionnaire du régime iranien responsable chargé des navires pour Gaza, a dit à l'agence de presse iranienne IRNA que les plans d'envoyer les bateaux ont été abandonnés parce qu'Israël "a envoyé une lettre aux Nations unies disant que l'on considérera la présence de bateaux iraniens et libanais dans le secteur de Gaza comme une déclaration de guerre" à Israël et y fera face.

Pendant la guerre avec le Hezbollah par procuration de l'Iran en 2006 , des milliers d' Iraniens ont manifesté contre le Hezbollah . Ils ont exigé du régime d'investir son argent dans l'économie locale et non dans le Hezbollah et les Palestiniens .

Si Israël présentait Schalit comme une victime israélienne du régime iranien, il pourrait provoquer un tollé populaire semblable à celui contre l'assistance de l'Iran au Hamas. Les Schalits sont manipulés par les médias et ne sont pas les seuls à agir précisément contre leurs propres intérêts. Le gouvernement aussi agit avec la même folie dans ses relations avec l'administration Obama. En effet, Netanyahu termine avec les sanctions économiques légales d'Israël contre Gaza contrôlé par le Hamas (les sanctions qui aurait pu servir, entre autres comme un atout de monnaie d’échange en réserve pour libérer Schalit), parce que l'administration Obama l’a contraint d’agir ainsi.

Ne souhaitant pas laisser se gaspiller la crise du Mavi Marmara, le Président américain Barack Obama l'a utilisé comme moyen d'affaiblir Israël contre le Hamas. Obama a annoncé qu'il donnait 400 millions de $ à Gaza contrôlé par le Hamas comme aide américaine. Il a forcé Netanyahu de finir avec les sanctions économiques d'Israël contre le régime illégal du Hamas.

En outre, selon les remarques d’ un terroriste du Hamas au journal d'Al- Qods al -Arabi basé à Londres, de vendredi , l'administration Obama maintiendrait des liens directs avec la direction du Hamas en Syrie .

Quand NETANYAHU est entré en fonction au printemps dernier son désir d'apaiser Obama était compréhensible. À l'époque, il opérait dans l'espoir que peut-être Obama pourrait être apaisé en terminant son altercation contre l'Etat juif . Mais les événements de l'année écoulée ont clairement fait savoir qu’ Obama est inapaisable . Tout Israël a fait des concessions à Obama simplement cela n’a fait qu’aiguiser l'appétit du président américain pour toujours plus.

Les implications politiques de cet état de choses sont claires .

Premièrement, Israël doit s'efforcer d'affaiblir Obama.

Depuis les concessions israéliennes Obama s’est renforcé , Israël doit d'abord cesser de lui accorder des concessions .

Il ne s'agit pas d'affaiblir Obama en l'attaquant ouvertement .Cela signifie qu'Israël doit agir d'une manière progressive de ses intérêts et de ses forces obligeant Obama à reconsidérer la pertinence de sa politique étrangère actuelle .

Au niveau régional, Israël doit faire cause commune avec les Kurdes d'Iran , d'Irak et de Syrie qui sont maintenant agressés par l'Iran, la Turquie et la Syrie. Ce procédé n'est pas simplement la chose morale à faire. Il affaiblit l'Iran , la Syrie et la Turquie et démontre que les politiques d'apaisement d'Obama sont nuisibles à ceux qui aiment la liberté et autorisent la haine à ceux qui détestent l'émancipation . De la même manière, Israël devrait faire tout ce qu'il peut pour renforcer le mouvement Vert iranien. Chaque action d'anti-régime en Iran - indépendamment de sa taille - nuit au régime et aide donc Israël. Et chaque action d'anti-régime en Iran expose la dépravation morale et la stupidité stratégique de la politique d'Obama qui se veut d'apaiser la mollahcratie . Concernant le domaine de la politique intérieure des Etats Unis, Michael Oren ambassadeur aux USA dans des déclarations et rapports récents au sujet de la politique de l'administration 'Obama envers Israël étaient tout sauf schizophrène.

Il ya plusieurs mois, Oren a agi en tant que l’instigateur le plus actif de la communauté juive des USA en faveur de l'administration Obama .

Il a rassuré à plusieurs reprises, à tort ,les assistances juives américaines qu'Obama etait un grand ami d'Israël, que son parti Démocrate restait loyal envers l'alliance ÉTATS-UNIS-ISRAËL et que les Républicains avaient tort de prétendre qu'il y a une différence entre ces deux partis politiques majeurs américains quant au soutien d'Israël.

Ces derniers mois aux EU, Oren a agi comme meneur le plus énergique de l'administration Obama envers la communauté juive américaine.

Le point culminant de la campagne d’ Oren pro- Obama est venu de son interview la semaine dernière au Jerusalem Post. Là, il y a eu toutes ces fausses allégations contre-productives dans le domaine public. Apparemment, la décision d’Oren d’encenser publiquement l’ administration Obama a finalement forcé ses patrons à Jérusalem de lui ordonner de cesser,de renoncer et de faire un revirement.

Et oui , la semaine dernière, Oren a déclaré avoir dit devant un auditoire select de diplomates israéliens la vérité.Oren a susuré, que selon Obama , il y a eu "un abîme tectonique" dans les relations Israëlo-américaines. Bien que certains des conseillers d'Obama sont favorables à Israël, mais ces derniers n'ont aucune influence sur les positions d'Obama envers Israël.

Sans doute en reconnaissant que sa volte-face lui donnait l'air idiot, Oren a essayé de nier ses déclarations au Ministère des Affaires Etrangères. Mais il est dur d'imaginer que quelqu'un le prendra au sérieux.

Lors de sa visite à la Maison Blanche la semaine prochaine , Netanyahu devrait suivre le chemin tracé par les remarques rapidement répandues d'Oren. Netanyahu devrait s'abstenir de louer Obama pour son amitié et parler plutôt du fait que l'alliance américano -israélienne est vitale pour la sécurité nationale des deux pays.

Netanyahu devrait insister sur le droit de réponse aux personnes qui poseront des questions lors de son apparition commune avec Obama. Et il devrait utiliser ces questions et ces usages pour discuter et expliquer le pourquoi des actions d'Israël sont non seulement légales et nécessaires pour Israël, mais aussi vitales pour la sécurité nationale américaine. Pendant son séjour aux EU, Netanyahu devrait discuter du jihad mondial, du terrorisme Islamique, des Kurdes épris de liberté et de toutes les opportunités du peuple iranien épris de liberté afin qu'il l'obtienne.

En effet, il devrait créer des occasions d’en discuter.

Nous voyons ici un point crucial de la convergence entre la marche de la famille Shalit à Jérusalem et le voyage de Netanyahou à Washington . Pour accroître l'efficacité de leurs efforts en faveur de Gilad, avant la visite de Netanyahu à Washington , les manifestants devraient se répartir en deux groupes .

Le premier groupe devrait continuer sur Jérusalem et exiger d'Israël qu'il prenne une position plus ferme contre le Hamas. Le deuxième groupe devrait marcher sur Tel-Aviv et le cantonnement extérieur de l'ambassade des États-Unis. Là, ils devraient exiger que l'administration américaine mette fin à ses contacts avec le Hamas,à la fin de sa pression sur le gouvernement israélien qui renforce le Hamas, d'annuler le plan d'Obama de donner un montant supplémentaire de 400 millions de dollars d'aide au Hamas et d'utiliser la position américaine au Conseil de sécurité de l'ONU pour condamner La Turquie pour son soutien matériel au Hamas.

Pendant trop longtemps, en se laissant guider par nos médias dévoyés, les citoyens israéliens et les gouvernements ont ignoré le fait fondamental que la réponse à chaque question n'est pas plus de concessions israéliennes. Contrairement à ce que nos tabloïdes voudraient nous faire croire, la modération est seulement une option parmi d'autres. Il est temps de nous essayer à quelques solutions de rechange .

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :