Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Affaires Etrangères: la lente révolution entreprise par Lieberman

7 Octobre 2009 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Politique

Mercredi 07/10/2009
par Shraga Blum

Même ceux qui ne sont pas ses admirateurs au sein du ministère le reconnaissent: Avigdor Lieberman n’est pas venu occuper ce poste pour être un figurant ou courir les réceptions mondaines. Il opère un lent et profond virage dans la tradition du ministère et dans la diplomatie israélienne. L’intéressé l’a dit lui-même à plusieurs reprises : " Avec les années, le ministère des Affaires Etrangères est devenu exclusivement celui des ‘affaires palestiniennes’ ou ‘américaines’, délaissant et négligeant d’autres pans très importants, tels que les relations avec les pays émergeants ou du tiers-monde. Et cela nous a causé beaucoup de tort sur le plan international ".

Et s’il a choisi – ou si on lui a demandé – de se montrer discret dans les volets palestinien, américain, et dans une certaine mesure ouest-européen, Lieberman s’emploie avec énergie à rebâtir des relations avec d’autres zones géographiques délaissées par la diplomatie israélienne et par ricochet laissées entièrement à l’activisme arabo-musulman, comme l’Amérique du Sud ou l’Afrique. " Il est impossible d’ignorer des pays pendant des années voire des décennies, et venir ensuite juste avant un vote de l’ONU leur demander dans les couloirs de ne pas voter contre Israël " dit-il avec conviction. A titre d’exemple, avant la tournée effectuée par Lieberman en Afrique noire, le dernier voyage officiel d’un responsable israélien de haut rang dans ces pays date de l’époque de…Golda Meïr!!!!

Tout récemment, l’équipe rapprochée du ministre a élaboré avec lui un programme global qui prévoit une totale révision de la politique étrangère d’Israël et notamment ses rapports avec les pays en voie de développement. Selon ses proches, il va bientôt présenter ce programme devant le Conseil des Ministres. Les trois grandes lignes de ce programme sont les suivantes :
1° " Israël devrait à terme se défaire de la dépendance exclusive envers les Etats-Unis, pour tisser des liens et nouer des alliances avec d’autres zones dans le monde négligées jusqu’à présent "  Concernant les Etats-Unis, Avigdor Lieberman se veut très clair: " Les Etats-Unis sont et resteront l’allié privilégié d’Israël dans le monde, mais la dépendance envers une seule puissance n’est pas souhaitable pour Israël, et il y a d’autres pays ou groupes de pays avec lesquels nous avons des intérêts partagés. Il n’est pas bon par exemple, que nos relations avec les Etats-Unis se focalisent sur le volet Palestinien, et de surcroît sur la construction d’une maison ou d’une chambre d’enfants dans telle ou telle petite localité de Samarie. Il y a aussi la sécurité régionale, la lutte contre le terrorisme, la coopération scientifique, les échanges culturels etc. " Le document qui sera présenté accuse ouvertement les gouvernements précédents – de gauche comme de droite – d’avoir négligé l’Afrique, l’Asie du Sud-Est, les Républiques d’Asie Central, les Balkans, l’Europe de l’Est, l’Amérique du Sud etc. " On ne peut pas dire que le monde est contre nous, et en même temps ignorer les relations avec tous ces pays qui forment ce monde! ", indique le nouvel agenda. " Si Israël tisse progressivement des liens politiques, économiques, culturels avec ces différents pays, le pays sortira probablement de son isolement dans l’arène internationale ", prédit Lieberman.

2° "Israël doit revoir à la baisse ses attentes concernant une solution du conflit israélo-palestinien. Lieberman dresse un constat d’échec patent dans le processus de ‘paix’ israélo-palestinien. " Cela fait 16 ans que les Accords d’Oslo ont été signés. C’est une période assez longue pour pouvoir juger des résultats: aucun gouvernement, qu’il soit de gauche, droite ou centre, n’a réussi à faire bouger quoi que ce soit du côté palestinien. Il faut avoir l’honnêteté de le reconnaître et en tirer les leçons. " Le ministre égratigne également au passage la politique adoptée par l’Administration Obama qui " entend imposer une solution dans la précipitation et les pressions, ce qui est une garantie d’échec ". Lieberman fait un lien direct entre " les explosions de violence palestiniennes et la frustration des Palestiniens dues aux promesses impossibles et irréalisables qui leurs sont faites par Israël, les Etats-Unis ou l’Europe ".
Le document conclut ce point ainsi : " Il faut mettre la barre moins haut, viser des accords intérimaires et réalistes, sans aborder les sujets brûlants ".

3° "Tolérance zéro" pour toute manifestations d’antisémitisme dans le monde, d’où qu’elles viennent. Au ministère des Affaires Etrangères, on se dit inquiet des "nouvelles formes" d’antisémitisme sous forme d’antisionisme, et qui se manifestent à travers des boycotts de produits ou de personnes, par des actions en justice à l’étranger contre des personnalités israéliennes etc. Sont inclus dans la liste tout ce qui touche au droit d’Israël à se défendre, à la sécurité des communautés juives à travers le monde, et à la liberté d’expression de plus en plus grande accordée aux écrits, déclarations ou dessins antisémites dans les pays occidentaux, la Suède étant l’un des derniers exemples." Il faut dorénavant adopter une politique agressive vis-à-vis de ce fléau, même si cela sort des us et coutumes de la diplomatie feutrée ", dit Avigdor Lieberman.

Ce mémento de cinq pages se conclut en dressant l’idéal recherché par le ministre des Affaires Etrangères et son staff : redorer l’image d’Israël dans le monde à travers une nouvelle manière d’aborder la diplomatie, et faire d’Israël ce qu’il doit être : un grand centre mondial de la civilisation.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :