Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

contiguïté: zone E1 et lien de Jérusalem - Maalé Adumim.

21 Juin 2009 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Sécurité

Nadav Shragai 19/06/2009 pour LeCAPE de Jérusalem
Sauvegarder la contiguïté ZONE E-1 et le lien de Jérusalem avec Maalé-Adumim

La zone E-1 fait partie de Maalé Adumim, ville israélienne adjacente à Jérusalem. Cette zone a été conçue pour pouvoir lier Maalé Adumim et ses 36,000 habitants à la capitale. Tous les Premiers-ministre, depuis Yitzhak Rabin à ce jour ont soutenu ce plan. La dite zone d'une superficie de 12 hectares est largement inhabitée et ses terres appartiennent à l’Etat. Israël demeure préoccupé par l'étau qui se resserre autour de la construction palestinienne. Elle menace Jérusalem par l’Est. Ces constructions sauvages bloquent le développement de la ville vers l’Est, et sape le contrôle d’Israël sur la route Jérusalem-Jéricho. Cette artère principale est d’une importance stratégique, elle permet en temps de guerre, de transporter des troupes et du matériel militaire vers l’est et vers le nord du pays en utilisant la route de la vallée du Jourdain.
Contrairement à certaines allégations, la réalisation du projet E-1 ne couperait pas la Cisjordanie en deux et ne violera pas la contigüité palestinienne. Israël a prévu une nouvelle route qui permettra la libre circulation des Palestiniens venant du sud et connecterait les villes du nord. Cette voie de contournement réduirait le temps de passage des conducteurs palestiniens et les voyageurs ne rencontreraient plus de barrages routiers. La construction israélienne et palestinienne en Cisjordanie a été régie selon les termes juridiques de l’Accord intérimaire d’Oslo II du 28 septembre 1995. La zone E-1 est située dans la zone C, c'est-à-dire sous le contrôle de la planification et l'urbanisation israélienne. Par conséquent, sur le terrain, une grande partie de la construction palestinienne achevée récemment est illégale.
Pourtant, les accords d’Oslo n’interdisent pas des d’implantations israéliennes, mais ces dernières années, Israël a préféré entreprendre des restrictions unilatérales dans cette zone. Dans le cadre du développement de la zone E-1, il est prévu de construire 3500 unités de logements, une zone commerciale et un hôtel. Ce plan est devenu un sujet de controverse internationale et les Etats-Unis soutiennent la position palestinienne et cherchent à geler la construction israélienne dans l'attende d'un accord de paix définitif. Il existe en Israël un consensus sur les besoins de relier Maalé Adumim à Jérusalem par le développement de la zone E-1. 13 années se sont écoulés depuis l'élaboration de ce plan et entre-temps des tribus bédouines se sont implantées avec une florissante construction illégale palestinienne qui a réduit la superficie disponible de la zone, soit un corridor de moins d'un kilomètre de largeur.
Pour pouvoir consolider le statut de Jérusalem comme capitale de l'Etat d’Israël, tous les gouvernements israéliens, de droite comme de gauche, ont construit autour de la ville des quartiers et des villes dortoirs: Maalé Adumim à l’Est, Givat Zeev au Nord, Efrat situé au Sud, dans le bloc Etsion et Beitar au sud ouest de Jérusalem. Israël considère ces villes satellites comme faisant partie de la Jérusalem métropolitaine.
Tous les gouvernements israéliens ont conçu ces blocs d’implantations, relativement proches de « la ligne verte », pour pouvoir les sauvegarder et les annexer un jour, dans le cadre d’un accord de paix permanent. Le 13 avril 2004, l'ancien Président américain, George W. Bush a envoyé à ce sujet une lettre au Premier ministre de l'époque, Ariel Sharon. Dans cette missive, Bush réaffirme la position américaine selon laquelle tout arrangement israélo palestinien pour le statut final devrait prendre en considération la réalité démographique qui a été créée sur le terrain depuis la guerre de Six Jours.
Il précise qu'il doit être pris en compte qu’Israël ne pourra se retirer totalement de toutes les zones de Cisjordanie. Dans la même veine, la barrière de sécurité qui sépare la Cisjordanie a été tracée sur la base du principe de l’intégration des principaux blocs d’implantation à l’intérieur du territoire israélien.

La Cour suprême israélienne de Justice a confirmé ce principe.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :