Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

LE DOUBLE LANGAGE DE BACHAR EL ASSAD

3 Avril 2009 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Politique

par Me B. RAMAS-MUHLBACH

Ce 27 mars 2009, les présidents iraniens et syriens ont échangé leur vision à court terme concernant la situation au Moyen Orient. Pour ce qu’il en est de Mahmoud Ahmadinejad, la position s’inscrit dans la droite ligne de sa doctrine classique avec toutefois des précisions apportées sur les méthodes à employer pour obtenir le résultat escompté. Ainsi, le Président iranien a tout d’abord avancé « qu’il fallait exploiter les possibilités et occasions de la meilleure façon et le plus intelligemment possible », puis confirmé que le « front irano-syrien était sur la voie de la victoire » et enfin rassuré car « les ennemis, Israël et les Etats-Unis, s'affaiblissent de jour en jour ». Dans sa réponse, le Président syrien a confirmé être en harmonie avec son homologue perse et a lancé : « Les conditions dans la région sont propices aux Etats islamistes au détriment du régime sioniste et de ses alliés ».

La position du Président syrien n’en reste pas moins contradictoire avec les intentions pacifistes qu’il avait exprimées en décembre 2008 à l’occasion d'une conférence de presse tenue avec le Président croate Stipe Mesic. En effet, le 22 décembre 2008, le président syrien avait affirmé que son pays pouvait engager des négociations directes de paix avec Israël compte tenu de la qualité des entretiens informels qu’il avait eus avec le Premier Ministre démissionnaire Ehud Olmert. Plus précisément, il était normal que la Syrie et Israël passent ultérieurement au stade des négociations directes car la paix ne pouvait se réaliser par des négociations indirectes uniquement : « Si les négociations indirectes réussissent, les discussions directes réussiront elles aussi et la paix se réalisera naturellement ». D’ailleurs, et dans une stature d’homme de paix, Bashar al-Assad était allé plus loin en formulant l'espoir qu'il n'y ait pas de guerre à l'échelle mondiale sous la nouvelle administration américaine après l'entrée en fonction du président élu Barack Obama en janvier 2009.
[............]

La Syrie a donc fait fi de résolution 242 en attaquant l’Etat d’Israël le jour du Yom Kippour (6 octobre 1973). De même, en transférant des armes aux Hezbollah libanais pendant des dizaines d’années, la Syrie n’a pas entendu reconnaître l’intégrité territoriale de l’Etat juif ni son droit de vivre en paix à l’abri de menaces ou d’actes de violence

La Syrie ne saurait donc, dans ces circonstances, réclamer l’application d’un texte datant de 1967 auquel elle n’a accordé aucune valeur au cours de ces 42 dernières années. Si inversement et par extraordinaire, la Syrie entendait faire preuve de bonne volonté, il conviendrait tout d’abord de présenter ses excuses pour l’attaque menée sur le territoire hébreu en 1973 (le jour le plus sacré du calendrier hébraïque), puis de reprendre l’ensemble des armes transférées au Hezbollah libanais au cours de ces 20 dernières années et enfin d’en confier la destruction à un organisme international.

A défaut, il faudra espérer que le nouveau chef du gouvernement désigné Netanyahu ne tombe pas dans le piège syrien

Source : pour lire l'analyse entière
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :