Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Les ‘Libérateurs de la Galilée’, un signal d’avertissement

23 Mars 2009 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Sécurité

Par Shraga Blum
lundi 03/23/2009

Dès l’élection de Michael Ben-Ari (Ihoud Leoumi), le rouleau compresseur médiatique s’est mis en branle pour stigmatiser le nouveau député de l’infâme signe de Caïn, “disciple du Rav Kahana”. Sans prêter attention aux qualités humaines de la personne ou tout simplement à ses idées, il était déjà cloué d’avance au pilori, partageant même avec David Rotem, d’Israël Beiteinou, le privilège d’être interrompu et mis hors antenne dès le début lors d’une interview par Aryeh Golan sur Reshet Beth de Kol Israël.

 

Personne n’est obligé d’adhérer aux principes que défendaient le Rav Kahana, mais on ne peut pas non plus reprocher à qui que ce soit d’y souscrire, et la moindre des choses pour des démocrates authentiques serait de débattre avec les idées plutôt que de vociférer des slogans et d’ostraciser ceux qui s’en réclament, alors que de l’autre côté on accourt pour prendre la défense de la liberté d’expression de ceux qui à la Knesset utilisent la démocratie pour saper l’Etat d’Israël.

 

L’une des idées maîtresses de la pensée de Rav Kahana, il y a déjà trente ans, était le danger que représenterait à terme la population arabe citoyenne de l’Etat d’Israël. Sous les ricanements ou les insultes, il annonçait, en plus de l’irrédentisme national palestinien, le réveil d’une rebellion venue des zones à fort population arabe au sein même de l’Etat d’Israël dans ses frontières d’avant 1967, et qui serait le problème n°1 auquel Israël serait confronté pour sa survie même.

 

Cela fait plusieurs fois qu’une organisation se présentant sous le nom de “Libérateurs de la Galilée” revendique des attentats sanglants ou tente d’en perpétrer. En 2003, l’assassinat d’un soldat était revendiqué par ce mouvement, et en 2007, un vigile était visé devant la Yeshiva “Ateret Cohanim” en Vieille Ville de Jérusalem, mais réussit à tuer le terroriste. A nouveau, cette étrange organisation affirmait avoir armé le bras du terroriste. Les “Libérateurs de la Galilée” se sont également attribué la responsabilité de l’attentat à la Yeshiva “Merkaz Harav” en 2008, mais sans que la chose soit confirmé jusqu’à présent. Dernier cas en date, l’énorme charge explosive (50kg) déposée samedi soir dernier dans une voiture stationnée devant un canyon empli de monde à Haïfa. Selon tous les avis, si le système de mise à feu n’avait pas connu de panne, le carnage aurait été terrible. Et pour couronner le tout, cette même mouvance a avertit “qu’elle préparait une attentat spectaculaire comme Israël n’en n’a jamais connu”.

 

Même si revendication n’est pas forcément preuve, les services de Police de la région nord du pays constatent une augmentation régulière des activités hostiles et terroristes en Galilée, dans les région de Sakhnin ou Kfar Manda notamment. On ne compte plus les jets de pierres vers des véhicules israéliens sur certains axes de Galilée, privilège jadis réservé à la Judée-Samarie. Selon certaines sources de renseignement, les “Libérateurs de la Galilée” seraient soutenus logistiquement par le Hezbollah libanais.

 

Il est inutile de se voiler les yeux, il existe des liens culturels, familiaux, linguistiques et religieux entre les Palestiniens de Judée-Samarie, ceux de Gaza, et leurs frères qui vivent à l’intérieur des frontières actuelles de l’Etat. Il est évident aussi que les confrontations passées et futures avec les terroristes palestiniens entraîneront une solidarité de plus en plus forte et affichée des habitants des villes et villages arabes envers leurs frères. Phénomène identique dans les villes mixtes telles que Nazareth ou Akko.

 

Que peut et doit faire l’Etat d’Israël face à ce péril rampant?

 

Pour éviter le syndrôme des “territoires perdus de la République”, l’Etat d’Israël doit manifester sa présence visible et ferme sur tout le pays à travers de nombreux aspects: multiplication d’institutions juives en Galilée, dans le Néguev et dans la partie orientale de Jérusalem, renforcement de l’Etat de Droit, octroi de permis de construction pour les citoyens arabes dans certaines zones, imposition d’un Service National Civil au service de la population arabe, instruction civique dans les écoles, présence et respect du drapeau et des symboles de l’Etat dans tous les bâtiments publics.

 

Il reste à poser la question aux partisans du “Deux Etats pour deux peuples” dans lequel des deux Etats ils comptent insérer la Galilée lorsque soufflera un jour le vent de la révolte et de la sécession, puis un jour le Néguev, puis un jour….puis un jour….

 

Source Arutz 7

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :