Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Gaza: la nouvelle grogne des réservistes

3 Mars 2009 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Politique

source Arouts 7                                                                                                                              Lundi 03/02/2009

On se souvient du vaste mouvement de contestation des réservistes qui avait suivi la Deuxième Guerre du Liban. Dès la fin des combats, de plus en plus de réservistes démobilisés avaient ouvertement critiqué la non-prise en compte par l’état-major des difficultés rencontrées sur le terrain, le coût humain induit par ces difficultés, l‘impréparation de Tsahal, les défaillances de la logistique et de l’intendance, l’imprécision des objectifs définis par le gouvernement, ou l’arrêt brusque des combats avant d’avoir récupéré les soldats capturés par le Hezbollah, Eldad Reguev z.l. et Ehoud Goldwasser z.l.

 

Commission Winograd aidant, l’Opération “Plomb Durci” a montré à quel point Tsahal avait réussi en deux ans à corriger l’image désastreuse qu’elle a donnée d’elle même en 2006, redonnant à la population la fierté et la confiance qu’elle avait traditionnellement envers ses soldats.

 

Et pendant une courte période qui a suivi l’opération, tout le monde a cru qu’effectivement, comme l’annonçaient fièrement et presque en boucle Ehoud Olmert, Ehoud Barak et Tsipi Livni, “le syndrôme de la Guerre du Liban était désormais une page tournée, et qu’Israël avait retrouvé sa force de dissuasion face aux terroristes”. Or la poursuite des tirs sur les localités du sud, et l’arrogance du Hamas dans le dossier Shalit commencent à nouveau à délier les langues parmi ceux qui sont allés au front pendant trois semaines, et qui ont aujourd’hui la bizarre impression que leur victoire militaire n’as pas eu les effets voulus, notamment par la faute des politiques.

 

Tous ces pères de famille qui ont répondu présent au fameux ordre de mobilisation “Tsav 8″, quittant femme, enfants et vie professionnelle, allant risquer leur vie, voient avec consternation s’évaporer tous les acquis de cette campagne dans laquelle ils se sont battus avec tant de bravoure et de conviction.

 

Le commandant de réserve G. de Tel-Aviv est dépité: “Quand je vois ce qui tombe sur le Néguev, j’ai l’impression que l’on a rien fait!”. Un autre réserviste, Boaz Halamish, désigne les coupables: “Tout le monde st d’accord dans le pays pour dire que Tsahal a opéré de manière exemplaire. Mais les politiciens ont tout foutu en l’air. Ils  nous ont fait perdre tous les acquis militaires”. Même avis pour G.: “Il est très décevant de voir que le gouvernement n’a rien obtenu suite à notre victoire militaire, et il est maintenant certain qu’il va falloir y retourner. Ils nous tirent dessus comme si nous n’avions jamais été là-bas! N’importe quelle personne sensée voit qu’il y a un problème”. Il évoque aussi les problèmes dans la définition des objectifs: “Pendant l’Opération, je voyais déjà que quelque chose n’était pas logique. Nous aurions du entrer par le sud et reprendre tout de suite le contrôle de  l’Axe de Philadelphie. Et il aurait aussi fallu entrer plus en profondeur avec l’infanterie”.

 

Un sergent d’une unité de Parachutistes, Nathaniel Eliyashiv, accuse le gouvernement de légereté: “Ils ont sousestimé le Hamas et ne l’ont pas pris au sérieux. Il se sont dit ‘Faisons lui un peu peur et il va se calmer pour un bon moment’. Nous n’avons fait que la moitié du travail. Ce n’est pas parce que nous avons tué de nombreux terroristes que nous avons gagné sur le plan stratégique. Si nous ne contrôlons pas les frontières, c’est comme si nous demandions à un chat de surveiller le lait”.

 

L’impression générale qui ressort des reflexions de très nombreux réservistes peut se résumer ainsi: “Il y a l’échelon militaire et l’échelon politique. L’échelon militaire avait tous les plans et voulait finir le travail, mais ce sont les politiques qui ont fait pencher la balance pour des raisons que l’on ne connaît pas. Par contre, ils ont échoué en ne transformant pas nos succès sur le terrain en succès politiques, diplomatiques et straégiques”.

 

Ce n’est pas la famille Shalit qui les contredira. Ni celles des dix malheureux soldats qui sont tombés sans que le Hamas ne soit défait.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :