Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Action et réaction,

14 Février 2009 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Réflexions

par Herb Keinon  

© Jerusalem Post

 


Traduction et adaptation françaises par Albert Soued pour www.nuitdorient.com

A différentes occasions pendant les 15 dernières années et depuis la signature des accords d'Oslo, Israël a été prévenu par les experts politiques "bien-pensants et pontifiants" de faire attention à ne pas "radicaliser" les Palestiniens.

Au début du processus d'Oslo, ils avaient averti Israël de ne pas étendre les implantations, même si les accords de 1993 ne les mentionnent aucunement, avec comme argument que cela risquait de porter atteinte à la confiance des Palestiniens dans le processus engagé.

  • « Ne ripostez pas trop durement aux cocktails Molotov qu'on vous lance, aux tirs au pigeon sur les routes et aux bombes-suicide, car cela pourrait augmenter le désespoir des Palestiniens. »
  • « Ne réagissez pas aux tirs de Kassam, qui ont suivi le désengagement total de la bande Gaza en 2005, car les Palestiniens auraient alors le sentiment de n'avoir rien gagné de ce retrait. »
  • « N'enterrez pas l'espoir palestinien par des ripostes, ne créez pas un désespoir plus grand en vous protégeant, construisez la confiance, ne mettez pas les Palestiniens au pied du mur et ne créez pas de nouvelles générations qui n’aspirent qu’à vous détruire. »

Ce que nous n'avons pas entendu, pendant cette période, cependant, ce sont les conseils de ces experts aux Palestiniens,

  • pour les exhorter à ne pas mener des actions qui risqueraient de radicaliser la société israélienne, lui enlevant tout espoir de paix, la poussant à désespérer de parvenir à une solution politique dans la région.
  • On n'a pas entendu un seul dirigeant occidental, ni un seul expert éclairé prévenir les Palestiniens que leur terreur continue pouvait avoir un effet boomerang sur la société israélienne, l’acculant au pied du mur, et menant vers la droite une nouvelle génération qui a grandi dans les traumatismes et les limbes des attentats-suicide et des roquettes Kassam.

Les élections du mardi 10/02/09 seront celles de la vérité. Paraphrasons les propos du nouveau président américain Barack Obama, lors de son discours inaugural : « après avoir, pendant 15 ans tendu en permanence nos mains contre des poings serrés, aujourd'hui nous serrons les poings »

Supposées être celles de la réconciliation et qui ont été celles de la terreur, les actions palestiniennes pendant ces 15 dernières années ont transformé la société israélienne. De la foi dans un processus qui devait mener à sa sécurité et son acceptation dans la région, on est passé à un credo selon lequel, quoi que l’on fasse – négociation de paix, cession de tous les territoires conquis, évacuation unilatérale –, on n'aura aucune réponse positive de l'autre côté.

Les experts "bien pensants et pontifiants" avertissent de ne pas radicaliser la société palestinienne, sans se préoccuper de ce que celle-ci infligent en pertes civiles et traumatismes à Israël, et appellent sans cesse à prendre des mesures de confiance pour rassurer les Palestiniens, pour montrer le sérieux du processus de paix, comme si le désengagement de Gaza et l'expulsion de 9 000 citoyens israéliens des implantations n'étaient pas des preuves suffisantes. Ces experts ont occulté les mesures de confiance nécessaires à l'Israélien, qui n'a vu aucun signe favorable venant de l'autre côté, rien que la violence des explosions-suicide, les missiles, les tunnels de contrebande d'armes, l'enlèvement de soldats, les discours et les prêches haineux, les images fabriquées pour semer le trouble dans un esprit occidental,…

 

Aujourd'hui nous récoltons le résultat de ces actions hostiles et permanentes, actions jamais dénoncées par ces experts "bien pensants et pontifiants" de la communauté internationale. Le bloc de droite se renforce et atteindra les 60% de l'électorat, et la gauche part en fumée. On aura environ 65 députés de droite contre 55 de gauche, y compris les 10 députés arabes. Et même au parti Kadima, qui se réclame du centre, on trouve nombre de députés de droite, comme Shaoul Mofaz, Tzahi Hanegbi, Zeev Boim, Ari Dichter et d'autres. La force du parti Israel Beitenou, d'Avigdor Lieberman, et ses idées quant au redécoupage territorial pour intégrer les zones arabes d'Israël dans la future Palestine sont aussi des signes importants du virage à droite. Et ce parti sera le 3ème parti d'Israël.

Les Palestiniens ne sont pas seuls responsables de ce virage fondamental, on peut aussi accuser les représentants politiques des Arabes Israéliens. Pendant 15 ans, pour gagner la rue arabe, il fallait une rhétorique contre l'Etat d'Israël. Plus cette rhétorique était virulente et amère, plus les partis arabes en concurrence (il y en a 4) avaient des chances de l'emporter aux élections. Et les diatribes extrêmes du député Azmi Bishara plaisaient non seulement aux Arabes d'Oum el Fahm ou de Kfar Kana, mais aussi à ceux de Haïfa, de Modiin et de Jérusalem. Ainsi, quand, dans son programme électoral, Lieberman demande une loyauté envers l'Etat, ses propos sont bien accueillis par des électeurs choqués par les tirades anti-israéliennes des députés Bishara, Tibi et Sanaa.

 

Chaque action provoque une réaction. Obnubilé par la réaction palestinienne, l'Occident a perdu de vue qu'Israël aussi pouvait réagir aux actions hostiles continues des Palestiniens et des députés arabes israéliens.

Et le virage à droite ne sera pas un mirage mercredi matin prochain.

Original anglais : "Actions and reactions". http://www.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1233304720004&pagename=JPost%2FJPArticle%2FShowFull

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :