Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Analyse politique : "Palestiniens" et "Paix".....

2 Février 2009 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Tribune libre

"PALESTINIEN" & "PAIX" , des TERMES DEFINITIVEMENT ANTINOMIQUES  par Me B. RAMAS-MUHLBACH

En actionnant une bombe placée près de la barrière de sécurité située aux abords de la bande de Gaza, les palestiniens ont, ce 27 janvier 2009, assassiné un officier et blessé 3 soldats israéliens. Ce meurtre survenu en dépit de la nouvelle trêve mise en place le 18 janvier 2009, illustre une nouvelle fois les dispositions d'esprit des palestiniens. Déjà, le 19 décembre 2008, le Hamas avait unilatéralement décidé d'une reprise des combats interrompus pendant 6 mois. Aujourd'hui, le mouvement terroriste indique clairement en quoi, les trêves avec l'Etat d'Israël (qu'il ne redoute pas), ne sont que des périodes destinées à se réarmer.

Les déclarations du Hamas en ce mois de janvier 2009 sont d'ailleurs sans ambiguïté : il n'entend pas renoncer à la fabrication et à l'importation « d 'armes saintes » et, pour ce qu'il en est des effectifs combattants, le mouvement islamiste a avancé que 3205 futurs jihadistes avaient été mis au monde par les femmes palestiniennes en janvier 2009 pendant que les martyrs rejoignaient le paradis. Autrement dit, le solde est largement excédentaire...


Cette attitude belliqueuse à l'égard des juifs est également adoptée par les palestiniens résidant en Cisjordanie même si, en raison de la présence israélienne et du manque de moyens militaires sur ce territoire, ils ne peuvent engager d'actions armées de grande envergure. Aussi, leur manifestation de dégoût à l'égard de la présence juive prend la forme de jets de pierres quotidiens sur les véhicules israéliens ou de cocktails Molotov voire de réactions violentes à proximité de la clôture de sécurité.

Tout ceci conduit naturellement à s'interroger sur le point de savoir si les termes de « palestinien » et de « paix » ne sont pas définitivement antinomiques. En effet, au-delà du rejet systématique des juifs par les populations palestiniennes (au demeurant incompatible avec tout processus de paix), la notion de « palestinien » semble intégrer en elle-même la négation du peuple juif et son droit à l'autonomie en terre d'Israël.

La réponse tient en réalité aux circonstances propres de la naissance de la notion de « palestinien » : la référence au « peuple palestinien » (c'est-à-dire l'unité humaine rattachée à un territoire géographique) est apparue en 1968 avec la nouvelle version de la charte de l'Olp. Alors que la Charte de l'Olp du 2 juin 1964 faisait référence au peuple arabe de Palestine (article 3 charte 64) ou au peuple de Palestine (article 4 charte 64), c'est-à-dire à des personnes issues du monde arabe installées sur une zone géographique déterminée, la Charte de l'Olp adoptée le 17 juillet 1968 a directement mentionné, comme si elle les avait institués, le peuple arabe palestinien (article 3 charte 68) et l'identité palestinienne (article 4 charte 68).

Ainsi, à compter de 1968, il a été posé qu'un peuple appelé « palestinien » avait existé dans un passé récent, sur un territoire particulier et dont les limites géographiques ont été fixées par l'article 2 de la Charte Olp 68.
Or, et eu égard à l'impossibilité de rattacher la naissance de ce peuple palestinien à une terre palestinienne, il a juste été fait référence, pour ce qu'il en est du périmètre d'implantation, aux frontières de la Palestine du « mandat britannique ».

lire la suite de l'article
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :