Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 11:08

par Daniel Pipes
Jerusalem Post
7 janvier 2009
http://fr.danielpipes.org/article/6111

Version originale anglaise: Solving the "Palestinian Problem"
Adaptation française: Anne-Marie Delcambre

La guerre d'Israël contre le Hamas soulève le vieux dilemme : que faire au sujet des Palestiniens ?

Les Etats occidentaux, y compris Israël, ont besoin de fixer des objectifs pour déterminer leur politique envers la Cisjordanie et Gaza.

Passons d'abord en revue ce que nous savons ne pas fonctionner et ne pas pouvoir fonctionner :

  • Contrôle israélien. Aucune des parties ne souhaite faire perdurer la situation qui a commencé en 1967, lorsque les Forces de Défense d'Israël ont pris le contrôle d'une population qui est religieusement, culturellement, économiquement et politiquement différente et hostile.
  • Un Etat palestinien. Les accords d'Oslo de 1993 ont entamé ce processus mais un mélange toxique d'anarchie, d'extrémisme idéologique, d'antisémitisme, de jihadisme et de « warlordisme » (système mafieux de chefs militaires) a conduit à un échec palestinien total.
  • Un Etat binational : compte tenu de l'antipathie mutuelle des deux populations, la perspective d'un combiné Israël-Palestine ( ce que Muammar al-Qaddafi appelle « Isratine ») est aussi absurde qu'il paraît à première vue.

Hors de ces trois perspectives il reste seulement une approche pratique, ce qui a passablement bien marché au cours de la période 1948-1967.

  • L'autorité partagée jordano-égyptienne : Amman gouverne la Cisjordanie et le Caire dirige Gaza.

Pour sûr, cette proposition du retour au futur « back-to-the- future » inspire peu d'enthousiasme. Non seulement la direction jordano-palestinienne était médiocre mais la résurrection de cet arrangement frustrera les soudaines envies palestiniennes, qu'elles soient nationalistes ou islamistes. En outre, le Caire n'a jamais voulu de Gaza et a vigoureusement rejeté son retour. Par conséquent, un analyste universitaire rejette cette idée « un insaisissable rêve qui ne peut qu'occulter les choix réels et difficiles. »

Il ne l'est pas. Les échecs de Yasser Arafat et de Mahmoud Abbas, de l'Autorité palestinienne et du « processus de Paix » a incité à repenser à Amman et Jérusalem. En effet, le « Christian Science Monitor » de Ilene R.Prusher avait déjà trouvé en 2007 que l'idée de la confédération Cisjordanie-Jordanie semblait progresser sur les deux rives du fleuve « Le Jourdain ».

Le gouvernement jordanien, qui avec enthousiasme a annexé la Cisjordanie en 1950 et abandonné ses revendications seulement sous la contrainte en 1988, montre des signes de vouloir revenir . Dan Diker et Pinchas Inbari ont présenté pour [la publication trimestrielle ]« Middle East Quaterly » comment l'échec de l'Autorité palestinienne pour contrôler et devenir une entité politique viable a poussé Amman à reconsidérer si une stratégie de non-intervention vers la Cisjordanie servirait au mieux ses intérêts.

La bureaucratie israélienne s'est , elle aussi, montrée elle-même ouverte à cette idée , appelant à l'occasion les troupes jordaniennes à entrer en Cisjordanie.

Désespérant de l'autonomie, certains Palestiniens accueillent favorablement l'option jordanienne. Un anonyme haut officiel de l'Autorité palestinienne a dit à Dikker et Inbari qu'une forme de fédération ou de confédération avec la Jordanie offrait « la seule solution raisonnable, stable à long terme du conflit israélo-palestinien. »

Hanna Seniora a estimé que « la fragile perspective actuelle pour la solution de deux Etats » nous oblige à réexaminer la possibilité d'une confédération avec la Jordanie.

Hassan M.Fattah du « New York Times » cite un Palestinien de Jordanie : « Tout a été détruit pour nous. Nous avons combattu 60 ans pour rien. Ce serait mieux si la Jordanie dirigeait les choses en Palestine, si le roi Abdallah pouvait prendre le contrôle de la Cisjordanie. »

Ce ne sont pas de simples paroles : le rapport de Diker et Inbari sur les négociations du « Back-Channel », Autorité palestinienne-Jordanie , en 2003-2004 ont abouti à un accord de principe pour envoyer 30.000 membres de la Force Badr à la Cisjordanie.

Et tandis que le président de l'Egypte Hosni Mubarak a annoncé il y a un an que « Gaza ne faisait pas partie de l'Egypte et n'en ferait jamais partie » il aura de la peine à avoir le dernier mot .

Tout d'abord, en dépit de Mubarak, les Egyptiens massivement désirent avoir un fort lien avec Gaza. Le Hamas est d'accord ; et les dirigeants israéliens le sont quelquefois. Aussi la base pour une révision de la politique existe.

Deuxièmement, la bande de Gaza fait sans doute plus partie de l'Egypte que de la « Palestine ». Pendant la majeure partie de la période islamique, elle fut soit contrôlée par le Caire soit par une partie de l'Egypte du point de vue administratif.

Le dialecte arabe de Gaza est identique au parler des Egyptiens vivant dans le Sinaï. Economiquement, la bande de Gaza a la plupart de ses relations avec l'Egypte. Le Hamas lui-même découle des « Frères Musulmans » , une organisation égyptienne. Est-il temps de penser aux gens de Gaza comme à des Egyptiens ?

Troisièmement, Jérusalem pourrait déjouer les tactiques de Mubarak. Si elle annonçait la date à laquelle elle met fin à la fourniture d'eau, d'électricité, de nourriture, de médicaments et autres échanges, en plus d'accepter l'amélioration de la sécurité égyptienne à Gaza, le Caire aurait à assumer la responsabilité de Gaza. Entre autres avantages, il serait responsable de la sécurité de Gaza, mettant finalement fin aux milliers de roquettes du Hamas et aux attaques au mortier.

L'option Jordanie-Egypte n'accélère pas le pouls mais ceci peut être sa valeur. Elle offre un unique moyen réaliste de résoudre « le problème palestinien ».

-------------------------------------------------------------------------------------------------

7 janvier 2009, mise à jour : Le « National Post » intelligemment surnomme mon plan ( dans son titre à cet article) l'option du retour à l'avenir mais j'aime mieux le nom donné par le « blogger » Mary P. Madigan : la solution du non Etat. Parfait.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions