Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Incompétence stratégique d'Israël dans la bande de Gaza

12 Janvier 2009 , Rédigé par mordeh'ai Publié dans #Point de vue

Par Daniel Pipes - Jerusalem Post - 11 janvier 2009
Adaptation française: Anne-Marie Delcambre

Les commentaires sur la guerre entre Israël et le Hamas ont tendance à être un plaidoyer partisan, faisant la morale pour ou contre Israël. C'est un débat très important mais ce n'est pas le seul. Il y a aussi la nécessité d'une évaluation stratégique calme : qui est en train de gagner , qui est en train de perdre ?

Hillel Frisch soutient que le Hamas (qu'il appelle « un petit mouvement isolé que contrôle une petite bande » ) a vraiment très mal calculé en éveillant l'hostilité du gouvernement égyptien et en faisant la guerre à Israël. Il conclut que le Hamas s'est embarqué dans un « suicide stratégique ».

Peut-être, mais des scénarios existent dans lequel le Hamas gagne. Khaled Abu Toameh note le soutien puissant et grandissant au Hamas, dans le Moyen-Orient.

Caroline Glick note les deux façons par lesquelles le Hamas gagne : un retour au statu quo ante , avec le Hamas qui reste en charge de la bande de Gaza, ou un accord de cessez-le-feu par lequel les puissances étrangères forment un régime international de surveillance pour superviser les frontières de Gaza avec Israël et l'Egypte.

Comme ceci le suggère, un rapport sur l'évaluation de la guerre du Hamas dépend essentiellement des décisions prises à Jérusalem. Ces décisions étant la vraie question, comment Israël a-t-il effectué le leadership ?

De façon désastreuse. La profonde incompétence stratégique de Jérusalem continue et renforce l'échec des politiques depuis 1993 qui ont érodé la réputation, l'avantage stratégique et la sécurité d'Israël.

Quatre raisons principales me conduisent à cette conclusion négative.

D'abord , l'équipe en charge à Jérusalem a créé le problème de Gaza. Son chef, le premier ministre Ehud Olmert de façon immortelle a expliqué en 2005 le prochain retrait unilatéral israélien de Gaza : « Nous (les Israéliens), nous sommes fatigués de combattre, nous sommes fatigués d'être courageux, nous sommes fatigués de gagner, nous sommes fatigués de vaincre nos ennemis ».

Olmert a un rôle vital en entamant le retrait de la bande de Gaza qui a mis fin au contrôle des forces de défense israéliennes sur le territoire et en renonçant au contrôle d'Israël sur la frontière entre Gaza et l'Egypte.

Cette dernière, décision peu notée, a permis au Hamas de construire des tunnels vers l'Egypte, de faire de la contrebande de matériel, et de lancer des missiles sur Israël.

Deuxièmement, Olmert et ses collègues ont échoué à répondre au barrage de roquettes et obus de mortier. Depuis le retrait israélien en 2005 jusqu'à maintenant , le Hamas a lancé plus de 6.500 missiles sur Israël.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, les Israéliens ont subi près de huit attaques par jour pendant trois ans. Pourquoi ? Un gouvernement responsable aurait répondu à la première fusée comme un casus belli et aurait immédiatement réagi.

Troisièmement, un comité du Parlement français a publié un important rapport technique à la mi-décembre, établissant que « il n'y a plus de doute » à propos des objectifs militaires du programme nucléaire iranien , et qu'il serait en place dans les 2-3 ans.

La période de déclin de l'administration Bush avec le président actuel près de la porte et le président élu encore dans les coulisses, offre un moment unique pour prendre soin des affaires. Pourquoi Olmert a-t-il gâché cette occasion de confronter le danger relativement insignifiant que présente le Hamas plutôt que la menace existentielle du programme nucléaire iranien ? Cette négligence peut avoir des répercussions tragiques.

Enfin, à partir de ce que l'on peut discerner de l'objectif du gouvernement Olmert, dans sa guerre contre le Hamas, il semble être d'affaiblir le Hamas et de renforcer le Fatah de façon à ce que Mahmoud Abbas puisse reprendre le contrôle de Gaza et redémarrer la diplomatie avec Israël. Michael B Oren et Yossi Klein Halevi ont pris cette idée dans un article récent intitulé « les Palestiniens ont besoin qu'Israël gagne : si le Hamas s'en tire avec la terreur une fois de plus, le processus de paix sera terminé. »

L'amère expérience, cependant, invalide cette thèse. ¨Pour l'un, le Fatah s'est avéré être un ennemi déterminé avec l'intention d'éliminer l'Etat juif. Pour un autre, les Palestiniens eux-mêmes ont dénoncé le Fatah dans les élections de 2006 . Il met à rude épreuve le fait que quelqu'un puisse encore croire au Fatah comme « un partenaire pour la paix ».

Au contraire, Jerusalem devait penser de façon créative d'autres scénarios , peut-être ma « solution de non-Etat » introduisant les gouvernements jordanien et égyptien.

Plus consternant encore que l'incompétence d'Olmert est que les élections en Israël d'il y a un mois à partir de maintenant opposent trois dirigeants du même acabit. Deux d'entre eux (le ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni et le ministre de la Défense Ehud Barak) actuellement servent comme ses principaux lieutenants, tandis que deux ( Barak et Benjamin Netanyahu) ont gravement échoué dans leur entreprise préalable de premier ministre.

Au-delà de Olmert et ses successeurs potentiels il y a la pire nouvelle de toutes, à savoir que nul aux échelons supérieurs de la vie politique n'exprime la nécessité impérative de la victoire. Pour cette raison je vois Israël comme un Etat perdu, plein de talent, d'énergie et de décision mais manquant de direction.


http://fr.danielpipes.org/article/6120
Version originale anglaise: Israel's Strategic Incompetence in Gaza

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :