Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 21:49

En l’été 2005, Israël se retire de Gaza. Il n'y était pas obligé; Gouch Katif aurait pu continuer à exister et à prospérer. Pour des raisons diverses, certaines bonnes et d'autres beaucoup moins, Ariel Sharon décide qu'il est temps de faire sortir les juifs de la bande de Gaza et de laisser ce territoire de près de 400 km² aux mains des Azziates ; qu’ils le gèrent à leur façon. Peut-être nous surprendront-ils, en bien ?

 

Cette terre devenue de facto palestinienne aurait pu prospérer, ne serait-ce que grâce aux tombereaux de Dollars et d'Euros qui étaient déversés de tous côtés. Les Azziates auraient pu:

 

- Enlever les barbelés qui cernaient les Yechouvim, bâtir des maisons des immeubles en utilisant les infrastructures laissées par les israéliens.

 

- Développer l'agriculture, sur la base des serres que les juifs leur ont laissées intactes.

 

- Créer des industries, à partir de la zone industrielle de Neve Dkalim abandonnée.

 

- Agrandir le port et développer une flotte de pêche, commerciale…

 

- Développer leurs échanges commerciaux avec l'Égypte, et au-delà, avec d'autres pays arabes

 

- Intensifier le commerce avec Israël, notamment dans le secteur du textile. Du jour au lendemain les ateliers de confection qui travaillaient avec les israéliens ont cessé de produire ; et plus généralement, fonctionner économiquement avec l'État hébreu

 

- Devenir autonomes en matière énergétique.

 

- Développer leur système éducatif

 

Tout cela était possible et bien d'autres choses. Au lieu de cela, ils n'ont su produire que haine, pauvreté, incurie et misère.

 

L'État indépendant de Gaza aurait pu devenir un exemple pour les Arabes du Proche-Orient, et il l'est devenu: un exemple de ce qu'il ne faut surtout pas faire.

 

Je ne prétends pas que les Arabes en sont incapables. Je prétends simplement que cela ne rentre pas dans leurs priorités. Pourquoi ? A mon sens, pour deux raisons:

 

La haine et la colère, comme disent nos sages, obscurcit le cerveau et empêche de réfléchir avec sa tête. 'Ham, l'ancêtre des Plishtin, lire Aazziates, était un impulsif, qui plus est, vicieux et sanguinaire (lire mes articles sur les trois fils de Noé). Qu'à cela ne tienne, on peut se relever d'une malédiction plusieurs fois millénaire et prendre son destin en main. Ils ont décidé de se conformer à l'image de leur ancêtre au lieu de s'en détacher.

 

Deuxième raison plus prosaïque: les Plishtin, fondamentalement, ne veulent pas d'un État, prospère ou pas prospère. Ehoud Barak, celui là même qui leur donne la leçon aujourd'hui, avait offert à Arafat sur un plateau d'argent, en présence de Bill Clinton, un État qui aurait réuni Gaza et plus de 90 % de la Cisjordanie. Arafat a sciemment refusé de donner une patrie à son peuple.

 

Les Plishtin veulent demeurer fidèles à l'étymologie de leur nom qui provient de Liphlosh, envahir. Se procurer ce qu’il leur est nécessaire par des razzias ou par l’aumône.

 

La conclusion de ces constats est limpide: Il est interdit aux israéliens de penser même à un État palestinien. Ils n'en veulent pas, et tout territoire qui passerait aux mains des Palestiniens, en Cisjordanie ou ailleurs, deviendrait une poudrière, où la seule production se résumerait à des Quassam, Grad et autres missiles sol-sol.


Gaza a été un champ expérimental. L'expérience est concluante,
il n'y a pas lieu de la renouveler ailleurs.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai - dans Réflexions