Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

26 décembre 2008 5 26 /12 /décembre /2008 00:02

Traduction et Adaptation libre de Mordeh'aï

Pourquoi les Forces Armées d’Israël craignent une guerre à Gaza ?
Guy Bechor explique pourquoi notre armée a perdu son envie de combattre.

Guy Bechor Published:  12.25.08, 12:45 / Israel Opinion 

 

Comment pouvons-nous expliquer le fait étonnant que l’Armée évite un “clash“ à Gaza comme le feu ? Qu'elle prie chaque matin pour  que l’ " accalmie "  continue  et que les organisations palestiniennes ne fassent  pas ce qu'elles disent ?

 

Malheureusement, les Forces Armées d’Israël n'ont pas changé, c’est juste comme ce qui s'est produit lors de la deuxième guerre du Liban, elles ne souhaitent pas combattre  tout simplement. Quand il n'y avait pas d’autre choix, c’est l'Armée de l'Air qui etait  envoyée pour faire le  travail contre les fortifications du Hezbullah, bien que l'état-major avait eu un plan détaillé pour une incursion terrestre. Aujourd'hui, quand il n'y a aucun choix, ils envoient l'Armée de l'Air pour frapper la Bande de Gaza, dans ce qui est une réponse courante et accablante manquant de toute inspiration ou de réflexion.

Hier au Liban, comme c’est le cas maintenant, nous n'avons pas vu d'armée qui garantisse la sauvegarde des civils, mais plutôt nous avons vu des civils qui protégeaient l’armée, les soldats étant cantonnés loin dans leurs bases comme s'ils  étaient faits de chocolat.

Et quand, le ciel interdit l’intervention, et qu’une nouvelle base de recrue est endommagée par des Qassams, l’armée l'évacue, en quittant les civils dans le secteur.

 

Comment notre armée a-t-elle perdu "l’instinct de tueur" que ses commandants ont possédé jadis il y a bien longtemps ? Pourquoi "l'efficacité" que nous voyons est si médiocre et  si insipide ? Pourquoi notre Etat Major est  prostré ? Comment se peut-il qu'une armée qui jouit d’un budget annuel de NIS 50 milliards (approximativement
13 milliards de $) en 2007 échoue à
œuvrer ? Pourquoi investissons-nous 17 % de notre budget national dans l'inaction et le manque de force de dissuasion ?

Est-ce que ce n'est pas du gaspillage ?

 

 Comprendre les raisons 

Afin de comprendre ces résultats sinistres, nous devons examiner les raisons, et corriger les problèmes rapidement :

 

La sur-légalisation a restreint l'initiative personnelle de l'armée. Pourquoi quelqu'un devrait-il risquer la perspective de faire face aux humiliantes commissions d'enquête, et la fin de sa carrière ? Après tout, n'importe quelle confrontation mènerait à une enquête de toute façon. Aucun haut commandant n'est enclin à prendre un tel risque. La personne qui contrôle aujourd'hui l'armée ce n'est pas le chef d'état-major, mais plutôt le Procureur Général.

 

Une contrainte sous forme d'ONG telle celle « des droits de l'homme » dont l'objectif n'est pas nécessairement en faveur de l'Israël ; elle a limité l’action de l'armée dans les dernières deux décennies.
Elles collectent des fonds à l'étranger et mènent la vie dure à l'armée en l’harcelant. Chacun connaît ces groupuscules.


Avec l'exécution de Justice de la Cour Suprême, il s'avère que les effets de leurs actions peuvent ternir l'armée, dissuader des militaires et même être mortelles.


L'opinion publique d'Israël voit tout aujourd'hui par le prisme du chiffre d'accidents - c'est la seule indication du succès militaire ou de l'échec. L'armée ne veut pas s'engager dans la guerre ou un
accrochage parce qu' elle sait qu’une guerre oblige à des pertes humaines.

L'armée ne craint pas l'ennemi, mais plutôt craint les mères, les cris violents des délateurs,

le verdict de la rue et les journalistes qui voient le renvoi d'un général comme un couronnement  professionnel

 

Le procédé mental de privatisation subi par la société israélienne dans la décennie passée, n’est pas du meilleur.Nous voyons l'excès de l'individualisme, par lequel seulement l'individu n’a d’intérêt pour nous, plutôt que l'Etat ou l’Armée.

 

Avant-propos

 

Le chef d'état-major est conscient de tout ce qui est écrit ci-dessus. Il sait que faire une descente dans les camps de réfugiés de la bande de Gaza retournerait de nouveau la société contre lui et contre les Forces de Défense.


L'armée sait qu'elle ne jouit pas du soutien de l’intérieur, en Israël d'aujourd'hui où les points sur les
"I" des règles , où la solidarité sociale ont été jetés très loin.


Ils ne comprennent pas qu'aujourd'hui c'est Sderot, mais demain ce sera Tel-Aviv.   

 

 Des médias voraces, la tolérance zéro en  pertes humaines, l'individualisme suicidaire, le bon peuple qui quitte l'armée à cause de la détérioration de  son prestige - des  avocats qui sont à l'affût - ceux-ci sont les facteurs qui empêchent le bon fonctionnement des Forces de Défense. Cela n'a rien à voir avec le  Hizbullah ou le Hamas.

 
Aujourd'hui, les Forces de Défense  ne regardent pas en avant avec crainte; plutôt elles regardent derrière elles, à l'intérieur du pays  avec une peur  beaucoup plus grande.


Leur angoisse doit les quitter tout simplement.

 

TSAHAL n’est plus l’"armée du Peuple". C’est  une armée qui  "a peur du Peuple"

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3644356,00.html

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai