Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Il faut dire au roi Abdullah qu'il existe des alternatives à sa monarchie

25 Octobre 2018 , Rédigé par mordeh'ai

Depuis la publication de la décision du roi de ne pas renouveler les baux d'une propriété jordanienne à Israël, les médias israéliens ont été complètement hystériques et les voix des deux radiodiffuseurs et de ceux qu’ils interviewent paniquent.

Par Mordechai Kedar, 

https://www.israpundit.org/king-abdullah-must-be-told-that-there-are-alternatives-to-his-monarchy/
Écrit en hébreu pour Arutz Sheva,  traduit par Rochel Sylvetsky, rédacteur en chef d'opinion et judaïsme.
 

Le roi de Jordanie, et non un humble greffier, a annoncé que la Jordanie ne prolongerait pas les baux actuellement en vigueur, louant deux parcelles de terrain à Israël. L’une est l’île dite de la paix dans le nord de la région de Naharayim et l’autre dans le sud de l’Arava, près de Tzofar, un village coopératif agricole (moshav). La Jordanie avait tout à fait le droit de décider de ne pas renouveler les baux en ce qui concerne les clauses pertinentes du traité de paix de 1994 avec Israël, et la seule raison pour laquelle le roi l'a annoncé était de donner à la déclaration le poids d'une décision finale non ouverte. à la négociation. Le ministre des Affaires étrangères jordanien a ajouté, dans sa propre déclaration, que s'il devait y avoir des négociations, elles se contenteraient de décider de la manière dont ces zones seraient renvoyées à la juridiction jordanienne.

 

Depuis la publication de la déclaration du roi, l'hystérie totale a vaincu les médias israéliens et les voix des radiodiffuseurs et de ceux qu'ils interviewent sont empreintes de panique. «La Jordanie a annulé le traité de paix!» «Pourquoi le roi nous fait-il cela?» «Qu'adviendra-t-il de la plus longue frontière pacifique qu'Israël ait? "Les politiciens, en revanche, tentent de nous calmer: le traité de paix avec la Jordanie est un atout stratégique de premier ordre pour Israël", "il n'y a pas de menace pour les relations futures avec la Jordanie", La Jordanie dépend de nous pour sa sécurité », et d'autres remarques tout aussi irresponsables, dont l'essentiel est qu'Israël ferait n'importe quoi pour préserver l'accord de paix avec la Jordanie.

 


Ces personnalités des médias et leurs interlocuteurs ne se rendent pas compte que, lorsqu'ils parlent de l'importance du traité de paix israélo-jordanien, ils accordent au royaume hachémite le pouvoir de faire pression sur Israël sur des questions plus cruciales, telles qu'un État arabe palestinien en Judée-Samarie. , maintien du statut spécial de la Jordanie à Jérusalem, dérogeant à la souveraineté d'Israël sur la ville sainte et incluant la Jordanie en tant que partenaire des négociations avec l'Autorité palestinienne. Dans leur recherche sans fin de scoops et de manchettes hystériques, les médias se sont transformés en têtes parlantes dont les déclarations inutiles ignorent la propension du Moyen-Orient à augmenter le prix de tout ce que Israël considère comme important.
 
 

Le roi de Jordanie a annoncé l'annulation de la location en raison de pressions internes. De nombreux Jordaniens ont exigé la fin de la location de terres jordaniennes à Israël et le roi a accédé à ces exigences. En outre, le roi a plusieurs «os à ramasser» avec Israël et les États-Unis, en particulier en ce qui concerne Jérusalem, la reconnaissance par l'Amérique de la ville en tant que capitale d'Israël et son transfert de l'ambassade. Trump a pris ces mesures malgré les demandes du roi Abdullah II de laisser la question de Jérusalem aux négociations entre l’Autorité palestinienne et Israël, s’attendant à ce que la ville soit divisée entre Israël et un futur État palestinien. Le roi fut insulté lorsque sa demande fut ignorée et chercha un moyen de punir Israël.

 

Récemment, le roi a libéré Ahmad Daqamseh, le soldat jordanien qui a tiré sur et assassiné de sang-froid sept jeunes filles israéliennes sans défense de Beit Shemesh, en blessant six autres, malgré sa condamnation à perpétuité pour le massacre délibéré de randonneurs innocents. Depuis sa libération, le meurtrier est devenu une célébrité et est constamment présenté comme un héros dans les médias jordaniens. Il appelle les téléspectateurs et les auditeurs à se lancer dans le djihad contre Israël. Le roi n'est-il pas au courant? Bien sûr, il sait tout à ce sujet et on a l'impression que le roi considère le meurtre comme une forme légitime de pression sur Israël.

 

Un responsable israélien doit envoyer un message discret, par des voies secrètes, au roi de Jordanie: «Si vous souhaitez jouer avec l'accord de paix que votre père a signé avec nous, rappelez-vous que cette pièce a deux faces - parce que si nous avons l'impression vous agissez contre nos meilleurs intérêts, nous aussi avons le droit de faire de même avec vous. Israël n’est pas dans votre poche, et il serait peut-être avantageux pour vous de commencer à penser à des moyens de nous encourager à maintenir notre relation avec vous. »C’est peut-être le moment de rappeler au roi que son cousin Zaid ben Raad, chef du Le Comité des droits de l'homme des Nations Unies publie constamment des décisions anti-israéliennes et «nous avons la suspicion désagréable que vous, cher roi, participiez à l'obsession anti-israélienne du président du comité. Nous ne pouvons pas permettre à quelqu'un qui agit contre nous d'éviter de payer un prix pour le faire. "

 

Israël a les moyens d'exercer une pression importante sur la Jordanie, sachant que le roi et son entourage sont naturellement les plus sensibles à tout discours sur la majorité arabe palestinienne existant parmi les citoyens jordaniens - et aux droits de cette majorité à l'autodétermination, faisant ainsi de la Jordanie un Palestinien. ou en le divisant en une entité palestinienne et une entité bédouine selon les ethnies locales. Presque tout le monde résidant au nord d'Amman et jusqu'à la frontière syrienne et un peu à l'est de Zarka est un arabe palestinien. Ce qui reste après cela, ce sont surtout des terres désertiques peuplées de Bédouins, la minorité ethnoculturelle qui constitue la base du pouvoir du roi.

 

À ce stade, il est important de comprendre: L’accord de paix signé par Rabin et Hussein en 1994 reposait sur l’opinion mutuelle qu’un État palestinien devait être évité à tout prix, que ce soit en Judée-Samarie ou en Jordanie, car un Etat présenterait un danger à la fois pour Israël et pour la Jordanie. Malheureusement, depuis le début du régime d'Abdullah en février 1999, il a rompu cet accord et est devenu un fervent partisan de la création d'un État arabe palestinien en Judée-Samarie, prévoyant d'expulser tous les Palestiniens de son royaume qui souhaitent un État indépendant à part entière. Région. En ce qui concerne le roi, le fait que cette région se transforme en un État terroriste présentant un danger pour Israël ne posera aucun problème.

 


En fait, le roi va de pays en pays, de chef en chef, en essayant de le persuader de forcer Israël à agir contre ses propres intérêts existentiels et à établir un État palestinien en Judée-Samarie. Son accent britannique impeccable de classe supérieure le fait paraître comme un dirigeant responsable, réfléchi et digne, mais son objectif est un État situé sur les collines de Judée-Samarie qui menacera Israël avec des vigies sur les montagnes à l'ouest, une semaine sous la pluie battante. Des tirs, des missiles et des roquettes ont touché 80% de la population israélienne, depuis Dimona et Beer Sheva dans le sud, le long de la plaine côtière et jusqu'aux villes septentrionales d'Afula et de Beit Shean. D'une manière ou d'une autre, il y a encore des Israéliens qui pensent que le roi Abdullah II, actuel dirigeant de la Jordanie, est un ami d'Israël. Avec de tels amis, nous n’avons vraiment pas besoin d’ennemis.
 

Quelqu'un en Israël a-t-il trouvé le moyen secret de dire au roi qu'il agit d'une manière totalement contraire à l'esprit de l'accord de paix? Quelqu'un en Israël a-t-il laissé entendre qu'il pourrait avoir à payer le prix fort pour cette attitude hostile à l'égard d'Israël? Quelqu'un a-t-il mentionné les problèmes que son cousin nous cause au Comité des droits de l'homme des Nations Unies - à la demande du roi?

 

C’est la bonne façon de gérer les relations au Moyen-Orient. Nous devons mener des négociations silencieuses dans les coulisses tout en dégageant de la force, en faisant des demandes et en évitant de faire savoir aux médias ce qui est important pour nous et ce qui est moins crucial. Israël doit dire au roi de Jordanie qu'il recalcule ses prochaines étapes en ce qui concerne les relations avec la Jordanie en raison de son antagonisme à long terme. Pour Israël, le maintien de la maison royale hachémite - dont les membres ont été amenés dans la région par les Britanniques depuis le Hijaz il y a presque un siècle - n'est qu'une possibilité parmi d'autres.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :