Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Le paradoxe palestinien: 70 ans de perpétuation du banditisme

30 Juin 2018 , Rédigé par mordeh'ai

Plus la communauté internationale investit dans les réfugiés de Palestine, et qu'elle y investit plus qu'elle n'investit dans aucun autre réfugié dans le monde, plus le problème est grand. Pour faire du bien au Moyen-Orient et résoudre le conflit israélo-palestinien, il est nécessaire de vider le plus grand marécage du conflit, le problème des réfugiés.

 

Par Ben-Dror Yemini 

https://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-5299664,00.html

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien

 

La plupart des réfugiés enregistrés par l'UNRWA ne sont plus dans des camps de réfugiés ou n'existent même pas (Photo: Reuters)
 
"Le camp palestinien a gagné par un KO", a déclaré le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, porte-parole international de Tsahal.

 

 Oui bien sur. C'est le résultat de la politique «attentiste». Le Hamas sait qu'il ne vaincra pas Israël sur le champ de bataille. Mais il savait d'avance qu'il vaincrait Israël dans l'opinion publique mondiale. Le Hamas n'était pas le seul à le savoir. Toute personne sensée le savait.

 

Israël aurait dû faire des Palestiniens à Gaza, y compris le Hamas, une offre qu'ils ne pouvaient pas refuser il y a longtemps. J'ai répété cette affirmation, je dois dire, comme Cato l'Ancien.

 

Maintenant, le Hamas propose une hudna. La condition préalable de la proposition, ont répondu les hauts responsables israéliens, ne répond pas aux exigences d'Israël. Une telle folie. Non seulement Israël n'initialise rien, mais il rejette également une proposition du Hamas.

 

Quand le Hamas proposera quelque chose, Israël devrait d'abord dire oui, et ajouter que le hudna doit être basé sur les termes de la communauté internationale. Israël a-t-il quelque chose à perdre? Non.

 

Mais Israël, une fois de plus, gagne à la frontière de Gaza et subit une défaite dans les médias mondiaux. C'est ce que le Hamas voulait. C'est ce que le Hamas a obtenu. Et l'admission du haut responsable du Hamas Salah Bardawil, que 50 des Palestiniens tués le 14 mai étaient des membres du Hamas, n'aide en rien Israël. Nous avons perdu ce conflit, non pas à cause du Hamas, mais à cause de la folie israélienne.

 

Les seuls les Palestiniens se perpétuent en tant que réfugiés
Les détails de la nouvelle initiative de paix de Président américain Donald Trump ne compte pas. Nous connaissons déjà ce que sera la réaction palestinienne. Ceux qui ont rejeté la proposition de Bill Clinton, qui ont rejeté la proposition d'Ehud Olmert et qui ont rejeté Barack Obama et la proposition de John Kerry rejetteront aussi la nouvelle proposition de Trump .

 La chose est qu'il n'y a pas besoin d'abandonner. Pour faire du bien au Moyen-Orient et résoudre le conflit israélo-palestinien, il est nécessaire de vider le plus grand marécage du conflit, le problème des réfugiés .

 

Depuis 70 ans, la communauté internationale aide les Palestiniens, principalement ceux qui sont appelés - pour une raison quelconque - réfugiés. Des dizaines de millions de personnes sont devenues des réfugiés à la suite de la dissolution des empires, des guerres, des conflits et de l'établissement d'États-nations. Les Nations Unies ont créé l'Organisation internationale des réfugiés (IRO) en 1947 pour s'occuper des réfugiés de la Seconde Guerre mondiale.

 

 

Deux ans plus tard, à la fin de 1949, le nom de l'organisation est devenu le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) pour s'occuper de tous les réfugiés du monde. Eh bien, pas exactement tous. Parce que cinq jours après la création du HCR, un autre organisme a été créé pour s'occuper des réfugiés de Palestine - l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA). Seulement avec eux.
 
 
Pourquoi y avait-il un besoin d'un autre corps? Parce que le HCR était censé s'occuper de l'intégration et de la réhabilitation des réfugiés. Les Etats arabes se sont opposés. Ils voulaient un organisme qui ne s'occuperait pas d'intégration ou de réadaptation. Ils voulaient un corps qui fonctionnerait pour perpétuer le problème. La définition d'un réfugié était différente et plus large, les budgets étaient beaucoup plus importants, etc. Et le plus important, le HCR a traité 50 millions de réfugiés - et ils ne sont pas des réfugiés. L'UNRWA, en revanche, a commencé avec 711 000, et aujourd'hui le nombre de réfugiés enregistrés est de 5,3 millions. Tout a été inversé.
 
Depuis sa création jusqu'à nos jours, de 1950 à 1918, la communauté internationale a alloué des sommes énormes à l'UNRWA, qui valent aujourd'hui entre 40 et 45 milliards de dollars. Si l'on considère le nombre de réfugiés et la taille des familles ( sept naissances par femme ) au moment de la création du problème, on parle de 500 000 $ par famille. Même si c'était beaucoup moins, seulement 250 000 $, c'est une somme énorme.
 
Compte tenu de l'achat d'énergie dans les pays de la région, la communauté internationale avait investi ce capital énorme dans l'achat d'un appartement et une voiture et une ferme pour chaque famille, une somme énorme aurait été laissé pour les investissements dans les infrastructures, dans l'industrie, dans le bien-être et éducation. Mais 70 ans de persécution sont 70 ans de perpétuation du statut de réfugié.

 

 

À titre de comparaison, le HCR, qui a été créé cinq jours avant l'UNRWA, a traité 50 millions de réfugiés, dont aucun n'est aujourd'hui un réfugié. L'UNRWA, d'autre part, a ouvert la route avec 711 000 réfugiés et dit qu'il en traite aujourd'hui 5,3 millions .
 
Pour comprendre le paradoxe, je dois ajouter qu'à la fin des années 1950, l'ONU a décidé de créer un autre organisme, l' Agence coréenne de reconstruction des Nations Unies 
 
(UNKRA), pour s'occuper de la reconstruction de la Corée et principalement des réfugiés: 1 à 3 millions de personnes sans le sou. . Cet organisme a fonctionné jusqu'en 1958. Son budget était de 148 millions de dollars (soit environ 1,4 milliard de dollars aujourd'hui). Les dons d'argent ont cessé et le «problème des réfugiés», comme tous les problèmes de réfugiés des décennies précédentes, a disparu. Les camps de transit en Israël, qui servaient principalement à accueillir les réfugiés de la Nakba juive, fonctionnèrent également pendant plusieurs années et la plupart d'entre eux furent vidés à la fin des années 1950. Les Palestiniens sont les seuls a perpétuer autant de réfugiés.

 

Le retour de la fantaisie
L'étonnant paradoxe est que plus la communauté internationale investissait dans les réfugiés de Palestine - et qu'elle y investissait plus qu'elle n'investissait dans aucun autre réfugié dans le monde - plus le problème devenait important. Le monde arabe a obstinément refusé de réhabiliter les réfugiés (comme détaillé dans le livre d'Einat Wilf et Adi Schwartz «La guerre pour le droit au retour», publié cette semaine). L'entêtement était uniquement et exclusivement à propos de la perpétuation du statut de réfugié.

 

Le Centre pour la recherche sur les politiques au Proche-Orient continue d'exposer ce qui se passe derrière les murs des écoles de l'UNRWA, et en particulier le lavage de cerveau concernant le « droit au retour ». Il n'y a pas de tel droit. Des dizaines de millions de personnes sont devenues des réfugiés ces années-là. Aucun d'entre eux n'a reçu un "droit de retour". Il y avait parfois des demandes de personnes expulsées et déracinées en Europe, qui exigeaient la restitution des biens et un retour.

 

La Cour européenne des droits de l'homme a examiné l'allégation la plus importante dans ce domaine. Des réfugiés du côté turc de la Grèce, à la suite de l'invasion turque en 1974, ont demandé la restitution des biens. La situation a changé, la cour a statué , et a rejeté la réclamation.
 
Il y avait d'autres revendications. Les Juifs ont revendiqué des biens qui leur ont été expropriés en Égypte. En pratique, personne n'a reçu de compensation. Mais les réfugiés de Palestine, qui étaient des Arabes à l'époque et devinrent plus tard des Palestiniens, ne nourrissent qu'un seul fantasme: un retour.
 
Dissoudre l'UNRWA
Pour résoudre d'une manière ou d'une autre le conflit israélo-palestinien, il faut un itinéraire différent basé sur le principe suivant: ne plus perpétuer le problème des réfugiés, mais plutôt réhabiliter les réfugiés. Il n'est pas nécessaire de mettre fin à l'UNRWA immédiatement. Et de toute façon, la plupart des personnes enregistrées par l'UNRWA ne sont plus dans des camps de réfugiés ou n'existent même pas (seulement 177 000 des 450 000 personnes enregistrées au Liban se trouvent réellement au Liban). Beaucoup d'autres sont des citoyens jordaniens ou des résidents de l'Autorité palestinienne, et d'autres ont déménagé en Europe avec des centaines de milliers de réfugiés en provenance de Syrie. Les autres devraient être gérés par le HCR.

 

Le plan de paix de Trump échouera comme tous les plans précédents, mais l'administration américaine peut changer de direction en ce qui concerne les réfugiés. C'est une opportunité historique, car certains États arabes ont changé d'attitude. Et dissoudre l'UNRWA, ce qui était impossible dans le passé, devient plus possible aujourd'hui. C'est bon pour les Palestiniens, de les sevrer de leurs fantasmes, c'est bon pour le Moyen-Orient, c'est bon pour Israël et cela ne fera que renforcer les chances de paix.


 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :