Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

La guerre des six jours: juin 1967, quand Israël abandonné a changé le monde

10 Juin 2018 , Rédigé par mordeh'ai

Par Jeff Dunetz 

https://lidblog.com/the-six-day-war/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien

 

Avec leur victoire dominante sur trois puissants États arabes dans la guerre des Six-Jours qui a commencé le 5 juin 1967, Israël a changé le monde. Il a fait passer le monde arabe du nationalisme panarabe à «tous les pays pour soi-même», il a établi qu'Israël n'était plus l'opprimé, et qu'elle allait rester là pendant longtemps.
 

Dans les semaines qui ont précédé la guerre, l'Egypte a fermé le détroit de Tiran à la navigation israélienne, empêchant les navires d'atteindre le port d'Eilat. Si les navires voulaient entrer en Israël par l'est, ils devraient faire le tour du continent africain. De plus, l'Égypte a jeté les soldats de la paix des Nations Unies hors du Sinaï et, avec la Jordanie et la Syrie, a commencé à masser des troupes et des chars sur sa frontière avec Israël.

Finalement, face à la menace d'être envahi par les armées arabes, avec une attaque imminente de l'armée égyptienne le 5 juin, l'armée de l'air israélienne a lancé une attaque préventive contre l'armée de l'air égyptienne en détruisant leurs avions et en garantissant le contrôle israélien du ciel. L'Egypte avait de loin la plus grande et la plus moderne des forces aériennes arabes, composée d'environ 420 avions de combat, tous construits par les Soviétiques. Un grand nombre de ces avions de guerre étaient les MiG-21 haut de gamme capables d'atteindre la vitesse de Mach 2. Ce fut le début de ce qu'on appelle maintenant la guerre des Six jours.

 

Les 30 bombardiers moyens «Badger» du Tu-16, qui peuvent infliger des dégâts considérables aux centres militaires et civils israéliens, sont particulièrement préoccupants pour les Israéliens.

 

Le 5 juin à 7h45, heure israélienne, alors que les sirènes de la défense civile sonnaient partout en Israël, l'IAF a lancé l'Opération Focus ( Moked ). Tous sauf 12 de ses près de 200 avions opérationnels ont quitté le ciel d'Israël dans une attaque de masse contre les aérodromes égyptiens. À l'époque, l'infrastructure défensive égyptienne était épouvantable et aucun aérodrome n'était encore équipé d'abris d'avions renforcés capables de protéger les avions de guerre égyptiens. La plupart des avions de combat israéliens se sont dirigés sur la mer Méditerranée, volant à basse altitude pour éviter la détection radar, avant de se tourner vers l'Egypte.  D'autres ont survolé la mer Rouge.
 
 
Lire des reportages sur la guerre d'il y a un demi-siècle par rapport à aujourd'hui me rappelle l'un de ces épisodes de Star Trek où Kirk et les garçons reviennent dans l'histoire et changent le passé - il semble que ce soit deux guerres différentes.
 
 
Il y a cinquante ans, les reportages des médias parlaient d'Israël l'opprimé et de son besoin de se défendre contre les actes de guerre des grands tyrans menés par l'Egypte. Ils ont écrit sur la façon dont l'Egypte commettait de nombreuses actions qui pouvaient être interprétées comme des actes de guerre. Ceux-ci incluaient:
  • Conspirer avec d'autres pays belligérants (dans ce cas, la Syrie et la Jordanie) pour une attaque coordonnée
  • Fermeture de l'accès d'Israël aux voies d'eau internationales (le détroit de Tiran),
  • Violer les termes de l'armistice de 1956 en remilitarisant le Sinaï, expulsant les troupes de maintien de la paix des Nations Unies et des Etats-Unis du Sinaï,
  • Envoyer des survols illégaux d'avions-espions pour reconnaître des 
  • zones sensibles israéliennes et masser des troupes et des chars sur les frontières d'Israël.
  • Mais c'était en 1967. Israël n'est pas considéré favorablement aujourd'hui parce qu'elle a eu le culot de GAGNER! Après la guerre des Six Jours, Israël n'était plus considéré comme l'opprimé, et tout a changé. Pour la plus grande partie du monde, un État juif n'est permis que s'il est un opprimé parce que le monde n'aime pas les «juifs rebelles»!
Tout comme aujourd'hui, les États-Unis ont essayé d'empêcher le conflit par des négociations, mais l'autre partie ne voulait pas la paix, les États-Unis ne pouvaient pas persuader Nasser ou les autres États arabes de cesser leurs déclarations belligérantes et leurs actions.
 
 
Deux semaines avant la guerre, le président Johnson a mis en garde contre une frappe préventive, "Israël ne sera pas seul à moins qu'il ne décide d'y aller seul." Et quand la guerre a commencé, le département d'Etat a annoncé: "Notre position est neutre. Les Arabes accusaient faussement les Etats-Unis d'envoyer des ravitaillements en Israël, mais le président Johnson imposa un embargo sur les armes dans la région (la France, l'autre principal fournisseur d'armes d'Israël à l'époque, soumit des armes à Israël). En revanche, les Soviétiques fournissaient massivement des armes aux Arabes.
 
 
Les armées du Koweït, de l'Algérie, de l'Arabie Saoudite et de l'Irak fournissaient des troupes et des armes sur les fronts égyptien, syrien et jordanien, dans l'espoir de pousser les Juifs à la mer. Ils ont échoué quand Israël a conquis le territoire des armées envahissantes.
 
 

Ce qui est perdu de l'histoire, c'est que la Judée, la Samarie et la vieille ville de Jérusalem (communément appelée la Cisjordanie) conquise par Israël pendant les six jours de guerre n'ont jamais fait partie d'un État palestinien indépendant. L'État palestinien n'a jamais existé. Avant juin 1967, la Judée, la Samarie et la vieille ville de Jérusalem étaient occupées par la Jordanie, Gaza était occupée par l'Egypte.

 

Il y a, cependant, un fait indiscutable que l'histoire révisionniste d'aujourd'hui oublie si Israël n'a pas combattu et gagné la Guerre des Six Jours - il n'y aurait pas Israël aujourd'hui. Tout comme si Israël ne se protégeait pas du Hamas, du Hezbollah, de l'Etat islamique et même du Fatah aujourd'hui, il n'y aurait plus d'Israël dans un demi-siècle.

 

​​​​​​​
 Malgré ce que les médias peuvent écrire à l'occasion de l'anniversaire de la guerre, les camps de réfugiés palestiniens ont été le programme anti-israélien le plus réussi créé par la Ligue arabe et en particulier le président égyptien de l'époque, Gamal Nasser. Nasser a compris qu'en forçant les Arabes palestiniens dans des "camps" plutôt que de leur permettre d'être absorbés par les pays dans lesquels ils s'installaient, les Palestiniens resteraient la meilleure arme de la Ligue Arabe contre l'Etat Juif.

 

Une autre création anti-israélienne née par Gamal Nasser (avec l'aide des Russes) a créé le Fatah la partie la plus puissante de l'OLP, en tant qu'organisation terroriste en 1964. Ce n'est pas une faute de frappe, l'OLP dirigé par Yasser Arafat s'est formé lors d'une  réunion de la Ligue arabe à Jérusalem le 2 juin 1964 , trois ans presque jour pour jour avant le début de la guerre des Six Jours.

 

Le Fatah a exécuté son premier acte de terreur en janvier 1965 - une tentative d'attentat contre le transporteur d'eau national israélien.

 

En d'autres termes, lorsque les médias dominants essaient de vous dire cette semaine que la terreur palestinienne est le résultat de «l'occupation», sachez qu'on vous ment. Cela a commencé bien avant les territoires contestés.

 

 

Immédiatement après la guerre, Israël a offert de rendre tout le territoire conquis, sauf Jérusalem, en échange de la paix. Cette offre a été ignorée. Au lieu de cela, les États arabes se sont réunis à Khartoum, au Soudan, pour une conférence.

 

Le 1er septembre 1967, à la  conférence de Khartoum,  les Arabes décidèrent à l'unanimité en faveur des trois «NON» de Khartoum désormais célèbres:  Pas de reconnaissance, Pas de négociation, Pas de paix .

 

Alors que la perception d'Israël dans le monde a changé il y a 51 ans, avec les rares exceptions, ces trois «non» sont toujours la politique officielle du monde musulman officiel, mais la coalition de la haine a vu quelques fissures. L'Egypte et la Jordanie ont finalement fait la paix avec l'Etat juif. D'autre part, les Arabes palestiniens après plus de quatre décennies d'alimentation aux apaisements occidentaux parlent de paix en public mais refusent de négocier et d'enseigner la guerre à la maison via leurs médias, etc.

 

Au moins deux fois au cours des vingt dernières années, Israël a offert aux Palestiniens un accord qui leur donnait à peu près tout ce qu'ils voulaient, mais les deux fois ils sont partis.

 

Le monde arabe sunnite a commencé à voir Israël comme un allié potentiel contre l'Iran, et il y a des signes que les Saoudiens perdent patience avec les Palestiniens. Par exemple, dans sa chronique du 21 mai 2017 du quotidien Al-Sharq Al-Awsat à Londres, Saudi Mash'al Al-Sudairi a critiqué les dirigeants palestiniens qui ont commencé par «Certains dirigeants palestiniens, au pouvoir, ont excellé dans deux domaines: La rhétorique et les opportunités manquantes ", rappelle le défunt ministre israélien des Affaires étrangères Abba Eban qui a dit:" Les Arabes ne manquent jamais une opportunité, une occasion manquée. "Je dirais que si la paix régionale semble toujours évasive, elle est moins évasive qu'elle a été dans les années.

 

Depuis cette frappe préventive du 5 juin 1967, la façon dont Israël est perçu par le monde a changé de façon significative, mais très peu de choses comptent à la fin. A cette époque, le monde occidental a commencé à reconnaître et même à financer Yasser Arafat et l'OLP, finissant par étendre le financement au Hamas et au Hezbollah. Ils ne comprenaient pas (et ne le font toujours pas) que leur soutien aux groupes éduqués par des groupes terroristes tels qu'Al-Qaïda, Daech et d'autres, que le terrorisme est une forme légitime d'expression politique.

 

Et petit minuscule Israël? Ils ont survécu à plus de guerre, plus de terrorisme, et même Barack Obama, un président des États-Unis qui a fait tout son possible pour délégitimer l'État juif - peut-être parce que c'est un État juif.

Le secret du succès d'Israël est qu'il n'a jamais été un outsider, même en 1948 ou en 1967. Bien sûr, Tsahal est une puissante force de combat, et les agences de renseignement israéliennes sont parmi les meilleures au monde, mais la vérité est que la terre a été donnée aux Juifs par un pouvoir beaucoup plus élevé. Et cette puissance omnipotente a promis aux Juifs que tant que nous obéirons à ses règles, elle sera à nous pour toujours. Cela donne à Israël l'avantage sur toute force de combat humaine.​​​​​​​

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :