Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

L'armée syrienne condamne un quartier palestinien à Damas !

27 Avril 2018 , Rédigé par mordeh'ai

L'ONU a mis en garde le président Bashar Assad des conséquences désastreuses de son bombardement de ce qui était autrefois le plus grand camp de réfugiés palestiniens en Syrie.
 
Par REUTERS
https://www.jpost.com/Middle-East/Syrian-army-pounds-Palestinian-neighborhood-in-Damascus-552820
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien
 
yarmouk
 
D'après AMMAN - L'armée syrienne a intensifié jeudi son bombardement d'un quartier palestinien assiégé et des zones tenues par les rebelles dans le sud de Damas, la dernière zone située à proximité de la capitale et échappant au contrôle du gouvernement. 

La plupart des civils ont fui depuis longtemps le quartier appelé camp de Yarmouk, qui était autrefois le plus grand camp de réfugiés palestiniens en Syrie, mais assez nombreux sont restés pour que les Nations Unies appellent les parties belligérantes à épargner les civils.
 
L'armée syrienne soutenue par la Russie a lancé une offensive majeure la semaine dernière pour s'emparer de l'enclave de Damas-Sud qui comprend Yarmouk et les zones voisines, qui sont détenues depuis des années par des combattants rebelles et des militants de l'Etat islamique. 

La campagne de Yarmouk fait partie d'une offensive plus large visant à reprendre les zones rebelles restantes qui n'a montré aucun signe de relâchement depuis que les pays occidentaux ont lancé des frappes aériennes le 14 avril pour punir le gouvernement pour une attaque présumée de gaz toxiques. 

Le président Bashar Assad est maintenant de loin sa position la plus forte depuis les premiers mois de la guerre civile de sept ans.

Pierre Krähenbühl, le commissaire de l'Office des Nations Unies et de l'Agence d'Aide Humanitaire, qui dirige des camps pour les réfugiés palestiniens, a prévenu des «conséquences catastrophiques de l'escalade» dans le voisinage, qui avait "enduré la douleur indescriptible et souffrant au cours des années de conflit."
 
Les médias d'Etat ont montré des images d'un assaut terrestre mené par des chars en bordure de Hajar al-Aswad, qui jouxte le camp tentaculaire de Yarmouk. Les frappes aériennes et les bombardements ont durement touché les zones résidentielles pendant des jours. 

L'armée a déclaré avoir fait des avances et tué des dizaines de militants. Les rebelles dans la région disent cependant qu'il n'y a pas eu de poussée significative à l'intérieur de Hajar al-Aswad ou du quartier, malgré des centaines de frappes.

Au moins 19 civils ont été tués et 150 blessés depuis le début de la campagne, principalement des femmes et des personnes âgées, selon Ayman Abu Hashem, un avocat et ancien résident du quartier en contact avec des résidents qui sont restés. Le quartier tentaculaire faisait partie d'une ceinture de squatters densément peuplée et appauvrie à quelques kilomètres seulement du cœur de la capitale. 

Deux sources à l'intérieur du quartier ont déclaré qu'environ 1 500 familles y demeurent. 

Christopher Gunness, un porte-parole de l'UNRWA, a déclaré que le sort des civils restants s'était aggravé: "Beaucoup dorment dans la rue, quémandant des médicaments, il n'y a presque plus d'eau ou d'électricité, leur souffrance est inimaginable."

Le quartier a été assiégé par l'armée depuis que les rebelles l'ont capturé en 2012. La plupart des civils ont fui lorsque les militants de l'État islamique ont chassé des rebelles relativement laïques en 2015, mais des milliers sont restés, dont beaucoup ont fui cette semaine. 

Au moins 3 500 réfugiés palestiniens du quartier se sont réfugiés la semaine dernière dans la ville voisine de Yalda, selon l'UNRWA et un résident a confirmé le chiffre. 

Yalda n'est pas contrôlée par les combattants de l'État islamique, mais par des rebelles qui ont longtemps abandonné les combats dans le cadre d'accords de cessez-le-feu de facto avec l'armée. Le gouvernement a l'intention de les pousser à quitter la zone pour le nord de la Syrie dans le cadre d'un accord d'évacuation. 
 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :