Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Trump prend l'autoroute alors qu'Abbas, l'OLP et le Hamas implosent

24 Mars 2018 , Rédigé par mordeh'ai

Trump emprunte la grande route d'une paix possible – Abbas sur le départ, l'OLP et le Hamas se complaisant en eaux troubles sur une trajectoire basse et devenant politiquement sans légitimité.

 

Par David Singer

https://www.israelnationalnews.com/Articles/Article.aspx/21893
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien​​​​
 

L' accord final du président Trump, qui a été remis à plus tard, mais qui sera bientôt publié, vise à résoudre le conflit judéo-arabe vieux de 100 ans. Il semblerait que Trump ne proposera pas à l'OLP un siège à la table des négociations avec Israël.

 

Cette possibilité fait suite à deux éclats extraordinaires du président de l'OLP, Mahmoud Abbas:

 

  • 1- attaquer le Hamas - mettant fin à toute perspective de réconciliation entre l'OLP et le Hamas et
  • 2- David Friedman, ambassadeur des Etats-Unis en Israël, a été publiquement dénigré - et Abbas l'a affublé de "fils de chien"
  •  

Le déraillement de la très médiatisée réconciliation Hamas-OLP lors d' une réunion de direction de l'OLP à Ramallah le 19 Mars quand Abbas a accusé le Hamas d'être responsable de la tentative d'assassinat contre le Premier ministre Rami Hamdallah et chef du renseignement Majid Faraj à Gaza la semaine précédente.

 

Abbas a menacé de représailles non dissimulées et sans équivoque le Hamas:

 

"J'ai décidé de prendre des mesures nationales, juridiques et financières pour protéger le projet national, nous n'avons jamais pensé à punir un citoyen palestinien, ni en Cisjordanie ni à Gaza, mais nous devons dire où est le mal et où est le crime. Cette situation n'est pas acceptable. "

 

Abbas a accusé le Hamas de saboter tous les efforts de réconciliation - en disant que soit le gouvernement palestinien prend la responsabilité de tout à Gaza, soit que l'autorité de facto (le Hamas) en reste entièrement responsable:

 

"Nous avons tout fait pour que la réconciliation soit un succès, mais, malheureusement, le résultat pour l'autonomisation du gouvernement était nul.Nous avons travaillé dur pendant six mois et nous n'avons rien obtenu, pas le gouvernement, pas les passages, pas la sécurité, rien C'est de l'hypocrisie, ils ne veulent pas de réconciliation ... Il n'y a pas deux côtés à la division, mais seulement une partie qui la consolide et qui impose une situation de facto illégale "

 

Abbas a dit qu'il n'attendrait pas l'enquête du Hamas sur la tentative d'assassinat "parce que nous savons qu'il est derrière (le Hamas)" - ajoutant que les assassinats ne sont pas nouveaux pour le Hamas dont l'histoire est pleine d'actes similaires - avertissant que la tentative ne sera pas sans réaction.

 

Ce dernier épisode de combats entre l'OLP et le Hamas met en évidence l'amère conflit interne dans lequel ils se sont engagés depuis 2007 pour le contrôle des cœurs et des esprits des populations arabes de Gaza et de Cisjordanie. Cela souligne le refus persistant du Hamas et de l'OLP de donner à ces populations qui souffrent depuis longtemps la possibilité de prendre part à leur propre avenir au cours des 11 dernières années. Il hante l'incapacité totale de l'OLP à conclure un accord de paix avec Israël après des négociations qui ont duré 25 ans.

 

Des élections libres et équitables à Gaza et dans l'Autorité palestinienne se font attendre depuis longtemps. Pourtant, les Nations unies et l'Union européenne n'ont pas demandé au Hamas et à l'OLP de remplacer les balles par des bulletins de vote.

 

L'Amérique a désigné le Hamas comme une organisation terroriste en 1987 - avoir cru que l'OLP pouvait jouer un rôle constructif dans la résolution de l'avenir de Gaza sans parvenir à renverser violemment le Hamas est illusoire

 

La coalition de Trump, composée d'Israël, de Jordanie, d'Egypte, d'Arabie Saoudite, du Qatar, de Bahreïn, des Emirats Arabes Unis et d'Oman, laisse espérer que les propositions de Trump pourraient finalement se traduire en un traité de paix israélo-arabe. 70 ans après la création de l'Etat d'Israël..

 

Trump ne va pas apprécié le dénigrement personnel d'Abbas, de l'ambassadeur Friedman. Trump ne devrait pas être surpris si lui, ses envoyés au Moyen-Orient Kushner et Greenblatt et l'ambassadrice à l'ONU Haley ne soient bientôt affublés d'épithètes similaires.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :