Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Les Palestiniens croient que les Etats-Unis retardent le plan de paix pour une ère post-Abbas

18 Mars 2018 , Rédigé par mordeh'ai

Washington a dit espérer qu'un nouveau leadership serait plus accommodant qu'Abbas qui a promis de rejeter tout accord, disant qu'il ne mettra pas fin à sa vie de «traître»
 
Par KHALED ABU TOAMEH
 
http://www.breitbart.com/jerusalem/2018/03/18/palestinian-officials-claim-white-house-delaying-peace-plan-abbas-leaves-office/
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien​​​​

 
L'administration américaine retarde l'annonce de son plan de paix au Moyen-Orient car elle estime que la proposition aurait de meilleures chances de succès après le remplacement du président Mahmoud Abbas a annoncé samedi un haut responsable palestinien. ​​​​​​​
 
" Les Américains savent que le président Abbas n'acceptera pas ce plan " a déclaré un haut responsable palestinien anonyme cité par le journal Al-Hayat basé à Londres. "Ils parient sur le facteur temps."

L'administration américaine se prépare pour le jour où il y aura des dirigeants palestiniens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza qui "ne pourront pas rejeter le plan de paix et devront le gérer progressivement", a déclaré le responsable.

Il y a deux semaines, Abbas, qui aura 83 ans plus tard ce mois-ci, aurait dit aux membres de son parti au pouvoir, le Fatah, qu'il n'avait pas l'intention de mettre fin à sa vie de "traître".​​​​​​​

Se référant au plan prétendu de Trump, Abbas a dit: "J'ai déjà dit dans le passé - et après - que je ne finirai pas ma vie comme un traître. [Les États-Unis] peuvent annoncer l'accord quand et où ils veulent, mais rien ne se passera contre notre volonté. "

Trump a fait référence à son plan de paix, dont les détails doivent encore être rendus publics, comme "l'affaire du siècle".

Le mois dernier, Abbas a subi ce que ses assistants appelaient des «examens de routine» dans un hôpital américain. Bien que les assistants aient déclaré que les résultats des bilans étaient «positifs et rassurants», des informations non confirmées dans les médias palestiniens et arabes insistent sur le fait que la condition d'Abbas a subi un «revers majeur» ces dernières semaines.

Abbas a déclaré que les Palestiniens n'accepteraient rien de moins qu'un Etat palestinien, avec Jérusalem-Est comme capitale, sur les lignes d'avant 1967. "Personne dans le monde ne pourrait nous imposer quelque chose que nous ne voulons pas".

Un diplomate occidental a déclaré à Al-Hayat que l'administration américaine envisageait "d'opérer" dans la bande de Gaza sans la participation de l'Autorité Palestinienne et du Hamas, le groupe terroriste qui gouverne l'enclave côtière.

L'administration américaine prévoit également une série de réunions avec les pays donateurs pour discuter du financement de projets "vitaux" et "humanitaires" dans la bande de Gaza, a indiqué le diplomate.

Le gendre et conseiller suprême de Trump, Jared Kushner, a demandé aux représentants des pays donateurs de "mettre la main dans leurs poches et se préparer à faire des dons à la bande de Gaza", a ajouté le diplomate.

Kushner, selon le rapport, a fait sa demande lors de la réunion de "brainstorming" de la semaine dernière à la Maison Blanche pour discuter des moyens d'améliorer les conditions de vie des Palestiniens dans la bande de Gaza.

Le diplomate a affirmé que Kushner, qui s'est adressé à la Maison Blanche pendant deux heures, a fermement condamné le Hamas pour avoir utilisé l'argent pour le terrorisme alors que les Palestiniens dans la bande de Gaza avaient "faim".

Il aurait également critiqué l'Autorité palestinienne pour avoir boycotté la réunion, à laquelle ont participé des représentants d'Israël, de la Jordanie, de l'Égypte, de l'Arabie saoudite et d'autres pays du Golfe.

Les responsables de l'AP ont rejeté la réunion de la Maison Blanche comme faisant partie d'un complot visant à établir un Etat palestinien séparé dans la bande de Gaza.

L'administration américaine travaille actuellement sur deux voies, ont affirmé les officiels. Premièrement, assurer une solution politique pour la bande de Gaza et certaines parties de la Cisjordanie, sans Jérusalem; deuxièmement, créer un nouveau leadership palestinien qui accepterait la solution.

Les responsables de l'AP ont également affirmé que l'administration américaine était en contact avec des personnalités palestiniennes "économiques" et "sociales" en préparation de l'ère post-Abbas.

Selon un certain nombre de responsables à Ramallah, l'administration Trump a essayé - sans succès jusqu'à présent - de renouveler les contacts directs avec les dirigeants de l'AP.

Cependant, Abbas reste catégorique dans sa décision de boycotter l'administration américaine jusqu'à ce que Trump annule sa décision du 6 décembre de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël et de déplacer l'ambassade américaine dans la ville.

Parallèlement, le quotidien palestinien Al-Quds a rapporté samedi que deux pays arabes exerçaient des pressions sur Abbas et le roi Abdallah de Jordanie pour qu'ils acceptent le plan de paix de Trump, qui ne sera pas annoncé.

Le rapport a affirmé que Kushner avait récemment voyagé dans l'un des pays arabes dans le but de persuader ses dirigeants de faire pression sur Abbas et le roi Abdullah pour qu'ils abandonnent leur opposition au plan de paix Trump.

Le rapport n'a pas nommé les pays mais certains Palestiniens pensent que les deux pays sont l'Arabie Saoudite et l'Egypte.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :