Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Les négociations de paix au Moyen-Orient ne devraient pas tarder cette année

24 Février 2018 , Rédigé par mordeh'ai

Par Michael Curtis
 
https://www.americanthinker.com/articles/2018/02/peace_negotiations_in_the_middle_east_should_not_be_a_little_late_this_year.html#ixzz5812SIuv1 
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

La saga est terminée, mais la maladie persiste. Dans son discours du 20 février 2018 à la réunion du Conseil de sécurité de l'ONU sur le Moyen-Orient, Mahmoud     Abbas, à 82 ans maintenant il est dans la treizième année de son mandat de président de l'Autorité palestinienne, a affirmé que les Etats-Unis ne sont pas des intermédiaires honnêtes sur les questions concernant le conflit israélo-palestinien. Il a dit  Washington,  s'est "contredit lui-même sur ses propres engagements, et a violé le droit international".  Abbas n'est pas universellement considéré comme un expert en droit international, et sa référence à la violation a apparemment fait allusion aux décisions du président Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale de l'Etat d'Israël et de déplacer l'ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem.
 
Rejetant les Etats-Unis, Abbas a proposé que pour résoudre la "question palestinienne", il est essentiel d'établir un mécanisme international multilatéral émanant d'une conférence internationale qui devrait avoir lieu plus tard en 2018.
 

La déclaration hypocrite d'Abbas a été immédiatement mise en perspective de quatre manières. Premièrement, son rejet des États-Unis était accompagné de sa version du Récit palestinien de la victimisation. Les résidents palestiniens, a-t-il affirmé, étaient les descendants directs des Cananéens, qui vivaient dans la région il y a 5000 ans et y sont restés jusqu'à ce jour. Quelles que soient ses autres qualités, Abbas a fait revivre les morts, puisque les Cananéens, adorateurs d'idoles païens, ont disparu de l'histoire il y a plusieurs siècles.

 

Deuxièmement, il a été suivi à la tribune par Danny Danon, l'ambassadeur d'Israël à l'ONU, qui a fait valoir que la seule façon de mettre fin au conflit était de négocier directement entre les dirigeants israéliens et palestiniens. Plus important est le fait qu'Abbas a quitté la salle lorsque Danon a commencé à parler, une illustration frappante du manque d'intérêt des Palestiniens pour une discussion rationnelle et pour éviter les discussions directes avec les Israéliens. En conséquence, l'ambassadeur Danon, avec une certaine justification, a accusé Abbas d'être le problème, pas une partie de la solution. Il a demandé à Abbas, "Qu'avez-vous fait pour améliorer la vie d'une seule personne à Ramallah ou à Gaza?"

 

Nikki Haley, ambassadeur des Etats-Unis auprès des Nations unies, l'a également réprimandé en insistant non seulement sur le rôle des Etats-Unis en tant que médiateur clé, mais aussi sur le fait que sans lui, les Palestiniens n'aboutiraient à rien. Les États-Unis étaient prêts à discuter avec Abbas; le choix, a-t-elle dit, est "le vôtre, mais nous ne vous courrerons pas après vous". Haley a également répondu sèchement à Saeb Erekat, le «négociateur» palestinien qui ne négocie jamais, qui a dit que Haley devrait se taire et se rendre compte que la direction palestinienne n'est pas le problème. La réponse de Haley était qu'elle ne se taireait pas et qu'elle parlerait de vraies vérités. En effet, a-t-elle déclaré, la direction palestinienne est le problème.

 

Le troisième facteur est que l'administration Trump travaille en effet sur un plan de paix, avec lequel Jared Kushner et Jason Greenblatt, représentant spécial des États-Unis pour les négociations internationales, sont impliqués, et qui est assez avancé.

 

Le Conseil de sécurité de l'ONU lui-même ne propose pas de plan, mais le coordinateur spécial des Nations Unies pour le Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, partisan de la solution à deux Etats, a appelé le 20 février 2018 à rejeter la violence et à condamner la terreur.. Il a explicitement répondu aux déclarations du Premier ministre israélien B.Netanyahu selon lesquelles la construction d'implantations est le meilleur moyen de répondre au terrorisme palestinien. Mladenov, un homme politique et diplomate bulgare qui a travaillé pour George Soros, a répondu que la construction des implantations n'est pas une manière moralement appropriée de répondre à un meurtre. Il a fortement dénoncé l'expansion de l'entreprise de colonisation en compensation des morts israéliens. Ses suggestions pratiques étaient doubles: transférer des parties de la zone C, en Cisjordanie,

 

Le problème essentiel de ce type de formulation, bien que cela puisse paraître, est l'équation de la violence des deux côtés. Mais cela n'a pas été le cas depuis mai 1948, lorsque cinq armées arabes ont attaqué l'Etat d'Israël nouvellement créé. Le point de départ d'une véritable analyse est que la violence et la provocation viennent d'un côté et sont continuelles.  En outre, les Palestiniens justifient et louent la violence, comme cela a été démontré à maintes reprises, comme la remarque faite après l'attaque du 26 septembre 2017 contre une colonie à l'extérieur de Jérusalem, lorsqu'un Arabe a tué trois Israéliens. Les dirigeants du Fatah de l'OLP ont loué le travail de ce "martyr".

 

Ce n'est que rarement que M. Abbas a critiqué le terrorisme palestinien. Dans un appel téléphonique à Netanyahou, il a condamné l'attentat du 14 juillet 2017 sur le mont du Temple, bien qu'il ait qualifié la zone de mosquée sacrée Al-Aqsa, lorsque trois Arabes israéliens ont tué deux policiers israéliens et en ont blessé trois autres. Une préoccupation constante est que l'Autorité palestinienne verse des allocations, quelques 347 millions de dollars, aux familles des prisonniers de sécurité dans les prisons israéliennes et aux auteurs d'attaques violentes contre les Juifs.

 

La question clé est de savoir si Israël a un partenaire palestinien sérieux avec qui faire la paix. Même si Abbas est franc, ce qui est discutable, le problème du Hamas demeure, il tente de faire partie de la direction palestinienne. Le Hamas gouverne la bande de Gaza depuis 2007, après la guerre civile avec son rival Fatah au cours de laquelle le groupe devait gouverner la région avec ses 2 millions de personnes. Depuis lors, le Hamas a combattu trois guerres contre Israël, il a une aile militaire lourdement armée de 25 000 hommes avec en sa possession un nombre considérable de roquettes, et s'est engagé dans la construction de tunnels pour commettre des agressions contre Israël.

 

Le Fatah et le Hamas ne savent toujours pas si, à la suite des négociations, la Cisjordanie et Gaza formeront une entité politique unique. Le 11 octobre 2017, une rencontre entre les deux groupes, une sorte de réconciliation, a eu lieu. Le Fatah devait prendre le contrôle total de la bande de Gaza avant le 1er décembre, ce qui n'a pas été fait.  Cependant, l'Autorité Palestinienne a cessé de couper l'approvisionnement en électricité à Gaza et a cessé de réduire les salaires des employés du gouvernement. Cependant, en novembre 2017, le Hamas a officiellement renonc é et transmis le contrôle de sécurité des principaux points de passage de Gaza vers l'Egypte et Israël vers l'Autorité palestinienne.

 

Il y a des signes d'espoir. D'autres pays, notamment la France, l'Égypte et la Jordanie, ont cherché une solution équitable au conflit. Le président français Emmanuel Macron a suggéré en décembre 2017 à Netanyahu qu'un gel israélien de la construction des implantations pourrait être une première étape utile. Le 15 février 2018, Macron a accueilli à Paris un sommet économique israélo-palestinien, dans le but de renforcer la coopération économique mutuelle et de maintenir la stabilité. Un accord semble avoir été trouvé sur quelques questions: l'augmentation des activités commerciales, l'investissement et les importations palestiniennes de biens de consommation. Déjà en avril 1994, la France avait négocié le Protocole de Paris sur les relations économiques, une forme d'union douanière, entre les deux parties. Selon lui, Israël collecte les taxes à l'importation et les transferts à l'Autorité Palestinienne les taxes sur les marchandises destinées aux territoires occupés. L'Autorité palestinienne peut imposer des impôts directs et indirects et établir une politique industrielle.

 

L'Egypte peut jouer un rôle politique utile en tant que médiateur, surtout maintenant qu'elle a conclu un accord économique majeur avec une compagnie énergétique israélienne, le groupe Delek. L'accord, un accord de 15 milliards de dollars, vise à ce qu'Israël fournisse 2 260 milliards de pieds cubes de gaz à une société égyptienne au cours de la prochaine décennie. Delek est associé au groupe Noble basé au Texas, qui a développé les gisements de gaz offshore d'Israël.

 

Sur le plan politique, depuis que le président Abdel Fattah el-Sisi est arrivé au pouvoir en 2013, l'Égypte et Israël ont coopéré à l'action contre les terroristes de l'EI dans le nord du Sinaï et renforcé la coopération en matière de sécurité. En outre, Israël a déjà conclu un accord de 210 milliards de dollars avec la Jordanie pour lui fournir 200 milliards de pieds cubes de gaz.

 

Le fantôme qui hante les efforts de rétablissement de la paix est la question des enquêtes de corruption en Israël concernant Netanyahu. Ils peuvent être une menace pour sa survie politique, mais il est incertain à ce stade si Netanyahu, à 68 ans, il est considéré comme une "relique politique" et les allégations sont une chasse aux sorcières.

 

Pourtant, indépendamment de la réponse, les problèmes personnels de Netanyahou, ou si «l'ère Netanyahou est terminée», ne font pas obstacle à la présentation de plans de négociations de paix et à la solution d'un statut final pour mettre fin au conflit.

 

C'est l'occasion pour l'administration Trump d'aller de l'avant avec ses propositions. Tout en reconnaissant que les implantations israéliennes en Cisjordanie peuvent avoir compliqué la paix, Trump est conscient que Netanyahu, malgré certaines rumeurs à l'effet contraire, n'a pas proposé de législation annexant aucune partie de la Cisjordanie. Il est également conscient des remarques pernicieuses et absurdes d'Abbas à l'ONU qu'Israël était une «colonie» et qu'Israël a occupé la «Palestine» en 1948, pas en 1967. Le moment de vérité est arrivé pour que l'administration Trump joue un rôle clé rôle pour aider à mettre fin au conflit.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :