Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Quelles sont les responsabilités des Palestiniens pour la paix?

27 Janvier 2018 , Rédigé par mordeh'ai

Par David Gerstman
 
http://www.thetower.org/5885-what-are-the-palestinians-responsibilities-for-peace/
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif
FeaturedImage_2018-01-26_141601_YouTube_Mahmoud_Abbas

Suite à la décision du président Donald Trump de brider la contribution de l'Amérique à l'UNRWA, le New York Times a rapporté qu'un certain nombre d'organisations humanitaires ont écrit une lettre plaidant pour que l'administration rétablisse le financement....

Cependant, Jonathan Schanzer et Richard Goldberg, dans une analyse de la décision de l'administration Trump, l'ont décrite comme une exigence de responsabilité. Ils ont souligné qu'il y a dix ans, quand le Congrès a demandé une vérification du programme d'assistance en espèces de l'UNRWA impliquant des centaines de millions de dollars d'argent liquide distribués à des personnes sans attaches terroristes, l'UNRWA a refusé d'autoriser le Government Accountability Office (GAO).de faire son travail. Le GAO était donc incapable de s'assurer si les fonds américains allaient ou non aux terroristes.

Les États-Unis sont le plus grand bailleur de fonds de l'UNRWA, à hauteur de 6 milliards de dollars depuis la création de l'agence en 1949, ce qui signifie «qu'il semblerait évident que Washington devrait demander une certaine responsabilité».

Lorsque la rétention américaine de fonds à l'UNRWA est conçue comme une question de responsabilité, cela peut être une dérogation à la pratique passée, mais cela semble être une décision raisonnable et non dangereuse.

Les questions sur la responsabilité ne devraient pas seulement s'appliquer à l'agence des Nations Unies qui prolonge effectivement la crise israélo-palestinienne, mais aussi au gouvernement palestinien lui-même.

Lors de sa réunion conjointe avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu au Forum économique mondial de Davos cette semaine, Trump a exigé des comptes de la part de l'Autorité palestinienne et de son président, Mahmoud Abbas.

"Nous leur donnons des centaines de millions de dollars d'aide et de soutien, des chiffres incroyables, des chiffres que personne ne comprend", a déclaré M. Trump, exprimant sa colère que les Palestiniens ont snobé le vice-président Mike Pence lors de son voyage au Moyen-Orient la semaine dernière. Cet argent est sur la table et que l'argent ne leur reviendra pas à moins qu'ils ne s'asseyent et négocient la paix."

En plus de son  refus de négocier de façon significative avec Israël au cours de la dernière décennie, Abbas a repoussé les appels personnels de Trump à cesser de soutenir la terreur.

Lors d'un arrêt à Bethléem alors qu'il visitait le Moyen-Orient en mai dernier, Trump a tenu à réprimander Abbas pour la pratique de l'Autorité Palestinienne de louer et de récompenser les terroristes. "La paix ne peut jamais prendre racine dans un environnement où la violence est tolérée, financée et même récompensée", a déclaré Trump en se tenant à côté d'Abbas. "Nous devons être résolus à condamner de tels actes d'une seule et même voix."

Au lieu de changer cette politique qui encourage la violence après que le président des États-Unis l'ait demandé, Abbas a persisté. Il a ensuite été rapporté que l'administration était "très mécontente" d'Abbas parce que, au lieu de calmer les choses pendant les troubles sur le Mont du Temple l'été dernier, il a encouragé la violence.

L'échec d'Abbas à faire la paix avec Israël remonte encore plus loin. Dans son discours souvent cité demandant une nouvelle direction pour les Palestiniens en 2002, le président George W. Bush a déclaré que sa vision de l'avenir serait «deux États, vivant côte à côte dans la paix et la sécurité».

Cette vision était un but, mais elle définissait également des étapes intermédiaires:

J'appelle le peuple palestinien à élire de nouveaux dirigeants, des dirigeants qui ne sont pas compromis avec la terreur. Je les appelle à construire et pratiquer une démocratie, basée sur la tolérance et la liberté. Si le peuple palestinien poursuit activement ces objectifs, l'Amérique et le monde soutiendront activement leurs efforts. Si le peuple palestinien atteint ces objectifs, il sera en mesure de parvenir à un accord avec Israël et l'Egypte et la Jordanie sur la sécurité et d'autres arrangements pour l'indépendance.

Et lorsque le peuple palestinien aura de nouveaux dirigeants, de nouvelles institutions et de nouvelles dispositions de sécurité avec ses voisins, les Etats-Unis soutiendront la création d'un Etat palestinien dont les frontières et certains aspects de sa souveraineté seront provisoires jusqu'à la résolution finale. règlement au Moyen-Orient.

Bush a appelé les Palestiniens à adopter un gouvernement démocratique et responsable.

Mais Abbas, qui entame la quatorzième année du mandat de quatre ans pour lequel il a été élu en 2005, n'a guère été le modèle de la reddition de démocratie, utilisant sa position pour s'accaparer des fortunes pour sa famille. Il ne tolère aucune dissidence,  marginalisant et arrêtant les critiques.

Si un Etat démocratique et responsable est nécessaire pour la paix avec Israël, Abbas n'a pas réussi non plus à l'établir.

Comme avec l'UNRWA, Abbas semble penser qu'il a droit à des fonds et à l'autorité, indépendamment de ce qu'il fait. Ce pourrait être le plus grand obstacle à la paix avec Israël.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :