Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Les remous autour de J'lem provoqués par la décision du Président Trump portent un coup à la terreur.

9 Décembre 2017 , Rédigé par mordeh'ai

Nous ne laisserons pas les terroristes islamiques décider de l' emplacement de nos ambassades.
 
Par Daniel Greenfield

http://www.frontpagemag.com/fpm/268625/president-trumps-jerusalem-move-deals-blow-terror-daniel-greenfield 

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 
Le Hamas a annoncé que la reconnaissance par le président Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël a ouvert les «portes de l'enfer». Son parent des Frères musulmans a déclaré que l'Amérique était un «état ennemi».
Le chef de la Ligue arabe a averti que l'agitation de Jérusalem «alimenterait l'extrémisme et entraînerait la violence». Le ministre jordanien des Affaires étrangères a affirmé que cela «déclencherait la colère» et «alimenterait la tension». 
Les dirigeants musulmans "modérés" excellent dans la menace de violence au nom des "extrémistes". 
L'Organisation de la coopération islamique (OCI) a averti que la reconnaissance de Jérusalem déclencherait un sommet islamique et serait considérée comme une "attaque flagrante contre les nations arabes et islamiques".
La dernière fois que l'OIC était si fâché, c'est quand quelqu'un a dessiné Mohammed. Et il n'a pas été lapidé à mort pour cela.
Selon l'ambassadeur saoudien, cela va "augmenter les tensions". Le vice-Premier ministre de la Turquie islamiste l'a qualifié de "catastrophe majeure". Et le leader du plus grand pays musulman d'Europe, le Français Emmanuel Macron, a "exprimé sa préoccupation" que l'Amérique "reconnaisse unilatéralement Jérusalem". 
Pendant ce temps, les dirigeants et les séides de l'OLP ont clairement indiqué que le processus de paix est maintenant mort.  
Le chef de l'Autorité palestinienne a averti que la reconnaissance de Jérusalem "détruirait le processus de paix". L'envoyé de l'OLP à Washington a menacé que ce serait le "dernier coup mortel" et "le baiser de la mort à la solution à deux Etats". Un haut conseiller de l'AP a affirmé qu'il "mettra fin à toute chance d'un processus de paix."
Un jour plus tard, le processus de paix est toujours aussi vivant et aussi mort que jamais.
Puisque la chance d'un processus de paix est à peu près la même que d'être frappé par la foudre tout en marquant une quinte flush royale, cette «chance» ne signifie rien. Le processus de paix a été plus mort que Dracula depuis des lustres. Et même un terroriste de l'OLP devrait savoir que vous ne pouvez pas menacer de tuer un otage mort. 

Le seul baiser de la mort est venu d'Arafat.

La paix n'a pas été tuée cependant. Ce n'était jamais vivant. Parce qu'une paix permanente est islamiquement impossible.

"Le monde en paiera le prix", a prévenu Mahmoud Habash , le juge suprême de l'Autorité palestinienne.

Habash n'est pas seulement le bigwig de la loi islamique, il est aussi le conseiller islamique du dirigeant de l'Autorité palestinienne. Et Abbas, le chef de l'organisation terroriste, était là quand Habash a fait ses remarques.

Auparavant, Habash avait déclaré que le Kotel, le mur occidental du temple tombé, le site le plus sacré du judaïsme, «ne peut jamais être pour les non-musulmans. Cela ne peut pas être sous la souveraineté des non-musulmans. "

Alors que les avertissements officiels de l'Autorité Palestinienne, de la Ligue Arabe et d'autres organisations islamiques ont prétendu que la reconnaissance de Jérusalem menace le processus de paix inexistant, Habash avait par le passé clairement fait comprendre que le problème n'était pas la terre, mais Jihad .

"La lutte pour cette terre n'est pas simplement une lutte sur un terrain ici ou là. Pas du tout. La lutte a le symbolisme de la sainteté ou de la bénédiction. C'est une lutte entre ceux qu'Allah a choisis pour Ribat et ceux qui tentent de mutiler la terre de Ribat ", avait déclaré Habash.

Ribat signifie qu'Israël est un avant-poste frontalier entre les territoires de l'Islam et le monde libre. Les terroristes musulmans qui se disent "palestiniens" ont, selon le conseiller Abbas, été choisis pour "Ribat" pour monter la garde sur la frontière islamique et étendre les territoires de l'Islam. 

Le sens de Ribat est que les djihadistes ne peuvent pas encore gagner une victoire définitive, mais doivent maintenir leur vigilance pour le but ultime, qu'un Hadith définit comme étant Ribat "contre mon ennemi et votre ennemi jusqu'à ce qu'il abandonne sa religion pour votre religion." 

C'est ce qui est en jeu ici.

Il ne s'agit pas d'un "terrain ici ou là", comme le clarifie le meilleur juge de la charia de l'AP, c'est une guerre religieuse. Et Israël n'est pas seulement une guerre religieuse entre musulmans et juifs, mais une frontière mouvante dans la guerre globale entre l'Islam et le reste du monde. C'est un autre territoire à conquérir sur le chemin de l'Europe. Et l'Europe est un autre territoire à conquérir sur le chemin de l'Amérique. 

Il ne peut y avoir de paix dans une guerre religieuse. Il n'y a rien non plus à négocier.
" Il n'est pas possible de faire des compromis ou de négocier sur Jérusalem", avait déclaré M. Habash. "En politique, il peut y avoir des compromis ici et là ... En politique, il peut y avoir des négociations. Cependant, en matière de religion, de foi, de valeurs, d'éthique et d'histoire, il ne peut y avoir de compromis. "
Il y a une ligne extrêmement mince dans la théocratie islamique entre la politique et la religion. Mais ce que Habash dit vraiment, c'est qu'il pourrait y avoir de la place pour négocier combien de fois par semaine le camion à ordures vient ramasser les ordures, mais pas qui lui donne les ordres. Le suprémacisme islamique est non négociable. 
Le juge de la charia suprême a averti Trump que le déplacement de l'ambassade est "une déclaration de guerre à tous les musulmans". Pourquoi tous les musulmans? Parce que les "Palestiniens" sont un mythe. Les conquêtes islamiques sont collectives.
Et ce n'est pas comme si l'un des dirigeants musulmans était en désaccord.
Pourquoi Jérusalem est-elle leur affaire? Ce n'est pas de l'empathie pour les "Palestiniens". Le Koweït a nettoyé ethniquement un grand nombre d'entre eux. Ils ne sont pas traités beaucoup mieux dans les autres pays arabes musulmans.
Ce n'est pas à propos d'eux. Les colons musulmans en Israël sont juste là comme "Ribat". Ils sont la garde frontière de la conquête islamique. Tout comme les patrouilles de la charia dans les zones interdites d'Europe ou les djihadistes au Cachemire, les Rohingyas en Birmanie et toutes les autres variantes Volksdeutsche islamiques des colons occupants. 
Les sunnites peuvent combattre les chiites. Les pays musulmans, les tribus et les clans peuvent se faire la guerre. Mais la terre sur laquelle ils se battent appartient collectivement à tous. 
Elle ne peut jamais appartenir à des non-musulmans. C'est l'essence de l'Islam où la conquête est la religion.
C'est vrai de Jérusalem. Et du monde entier.
C'est ce qui est vraiment en jeu dans la guerre de Jérusalem. Lorsque les pays refusent de transférer leurs ambassades à Jérusalem, ils se soumettent à la charia et au suprématisme islamique. L'enjeu est le même que le dessin de Mohammed. Ce n'est pas une "parcelle de terrain". C'est à propos de la suprématie de l'Islam. 
Refuser de déplacer l'ambassade n'empêche pas la violence. Le terrorisme islamique continue de faire des victimes à Jérusalem. Et la violence islamique a été une constante avant qu'Israël libère Jérusalem ou avant même qu'il y ait un Israël libre. La Ligue arabe, les Jordaniens, les Saoudiens et le reste de la bande ne promettent pas la fin de la violence. Au lieu de cela, ils préviennent que si nous n'obéissons pas, cela s'aggravera. Ce n'est pas de la diplomatie. C'est une crise des otages.
Le président Trump a pris la bonne décision en refusant que notre politique étrangère soit prise en otage. Nous ne gagnons pas en cédant aux terroristes.

Nous gagnons en leur résistant. Ou bien nous devrons vivre notre vie en otage de la terreur islamique.

Jérusalem est une métaphore. Chaque pays libre a sa propre Jérusalem. En Amérique, c'est le premier amendement. Notre Jérusalem n'est pas seulement une parcelle de terrain, c'est une valeur. Et le Djihad islamique cherche à nous intimider en l'abandonnant jusqu'à ce que, comme le disent les Hadiths, nous abandonnions notre religion pour l'Islam.
Déplacer l'ambassade à Jérusalem fera beaucoup plus pour l'Amérique que pour Israël.
Les Israéliens savent déjà où est leur capitale. Nous devons nous rappeler où nous avons laissé notre liberté. Les terroristes islamiques gagnent quand ils nous terrorisent pour avoir trop peur de faire la bonne chose. 
Le président Trump a envoyé un message aux terroristes que l'Amérique ne sera pas terrorisée. 
Les administrations précédentes ont permis aux terroristes de décider où placer notre ambassade. Mais Trump a clairement fait savoir que nous ne laisserons pas les terroristes islamiques décider où placer nos ambassades, quels dessins nous allions dessiner ou comment nous vivons nos vies. C'est ce que signifie la vraie liberté.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :