Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Le conflit sur Jérusalem - c'est la faute d'Obama

21 Décembre 2017 , Rédigé par mordeh'ai

 
Image associée
 
Par Alan Dershowitz   
 
https://www.algemeiner.com/2017/12/20/alan-dershowitz-the-conflict-over-jerusalem-is-all-obamas-fault/
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

Les États-Unis ont agi comme il se doit en opposant leur veto à une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU malavisée visant à annuler la reconnaissance par le président Donald Trump de Jérusalem en tant que capitale d'Israël.

Premièrement, il n'appartient pas à l'ONU de dire à une nation souveraine ce qu'elle peut et ne peut pas reconnaître. Si la Turquie, par exemple, devait reconnaître Jérusalem-Est comme la capitale de la "Palestine", il n'y a rien que l'ONU puisse ou fasse. (Bien sûr, la plupart des membres de l'ONU applaudiraient à un tel changement.)
Deuxièmement, la résolution ne reconnaît pas que c'est la résolution du Conseil de sécurité de décembre 2016 - élaborée par le président américain Barack Obama - qui a changé le statut de Jérusalem et compliqué les efforts pour parvenir à une paix de compromis. Avant cette résolution obscure, le mur occidental de Jérusalem, le quartier juif et les routes d'accès à l'université hébraïque et à l'hôpital Hadassah étaient largement reconnus comme faisant partie d'Israël - ou, au pire, comme territoire contesté. Tout le monde savait que tout accord de paix reconnaîtrait inévitablement que ces zones historiquement juives étaient une partie indigène d'Israël. Ils n'étaient certainement pas illégalement occupés par Israël, pas plus que Bethléem n'était illégalement occupée par l'Autorité Palestinienne (AP). Jérusalem et Bethléem avaient été initialement considérées comme faisant partie d'une zone internationale par les Nations Unies quand elles ont divisé le mandat britannique en deux états pour deux entités - une décision acceptée par Israël et rejetée par toutes les nations arabes et les Arabes palestiniens dans la région. La Jordanie a ensuite attaqué Israël et occupé illégalement le mur occidental et le quartier juif de Jérusalem, interdisant tout accès juif à ces zones saintes, ainsi qu'à l'université et à l'hôpital. La Jordanie a également occupé illégalement Bethléem. 
En 1967, la Jordanie a illégalement attaqué Israël. La Jordanie a bombardé des zones civiles de Jérusalem. Israël a répondu et a libéré le Mur des Lamentations, le quartier juif et les routes d'accès à l'Université Hébraïque et à l'Hôpital Hadassah, ouvrant ainsi ces sites à tout le monde.
Cela  a été le statu quo pendant le dernier demi-siècle, jusqu'à ce qu'Obama élabore la fameuse résolution du Conseil de sécurité de décembre 2016 qui a déclaré le mur occidental, le quartier juif et les routes d'accès illégalement occupés par Israël, changeant ainsi le statu quo. Ce changement injustifié - longtemps contré par les administrations américaines - a rendu plus difficile une paix négociée, car il a remis les lieux saints juifs aux Palestiniens sans obtenir de concessions en retour, exigeant ainsi qu'Israël les «rachète» dans toute négociation. Comme l'ancien Premier ministre de l'Autorité palestinienne me l'a déjà dit: "Si nous avons le Mur, nous demanderons beaucoup pour le rendre à Israël, parce que nous savons qu'Israël donnera beaucoup pour l'obtenir."
En déclarant ce territoire contesté illégalement occupé par Israël, le Conseil de sécurité a permis à l'Autorité palestinienne de prendre en otage les sites lors de toute négociation. Ce vote a changé le statu quo plus que la déclaration du président Trump. La déclaration Trump a rétabli un certain équilibre qui a été retiré par la résolution du Conseil de sécurité inspirée par Obama il y a un an.
Pourquoi Obama a-t-il changé le statu quo au détriment d'Israël? Le Congrès n'a pas voulu le changement. Le peuple américain n'a pas soutenu le changement. Beaucoup dans l'administration Obama s'y sont opposés. Même certains membres du Conseil de sécurité qui ont voté pour la résolution n'ont pas voulu le changement. Obama l'a fait comme vengeance du "canard boiteux" contre le premier ministre Benjamin Netanyahu, qu'il détestait. Son motif était personnel, pas patriotique. Sa décision était mauvaise pour l'Amérique, pour la paix et pour l'allié de l'Amérique, Israël. Il ne l'aurait jamais fait si ce n'était comme mouton noir sans responsabilité politique et sans freins et contrepoids.
Avant que la résolution du Conseil de sécurité ne modifie le statu quo, je ne soutenais pas la reconnaissance unilatérale de Jérusalem par un président américain, en dehors du contexte d'un processus de paix. Mais une fois cette résolution adoptée et le statu quo changé, j'ai fortement soutenu la décision du président Trump de rétablir l'équilibre.
Le président Trump a été critiqué pour avoir opposé son veto à une résolution qui a le soutien de tous les autres membres du Conseil de sécurité. Cela a été le cas de nombreuses résolutions du Conseil de sécurité et de l'Assemblée générale contre Israël. Les États-Unis se tiennent souvent seuls avec Israël contre le monde, et les États-Unis et Israël ont eu raison. Le parti pris de la communauté internationale contre l'État-nation du peuple juif est ancien et évident, en particulier aux Nations Unies. Abba Eban l'a souligné il y a des années quand il a plaisanté que si l'Algérie présentait une résolution que la terre était plate et qu'Israël l'aplatissait, le vote serait de 128 voix pour, 3 voix contre et 62 abstentions. Rappelez-vous la tristement célèbre résolution de l'Assemblée générale des Nations Unies déclarant que le sionisme est une forme de racisme. Elle avait reçu un soutien écrasant des nations tyranniques du monde,
Tout ce brouhaha sur Jérusalem - y compris la violence tactique mise en scène par les Palestiniens - est entièrement la faute d'un seul individu haineux qui a mis son trait personnel sur la politique américaine: Barack Obama
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :