Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

L'Etat profond fait de la résistance au Département d'Etat et défie la Directive de Jérusalem

14 Décembre 2017 , Rédigé par mordeh'ai

 

Asséchons le marigot !

Par Ari Lieberman

http://www.frontpagemag.com/fpm/268698/deep-state-resisters-state-dept-defy-jerusalem-ari-lieberman Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

Suite à la déclaration historique du président Trump reconnaissant Jérusalem comme la capitale d'Israël, la Cisjordanie et les Arabes de Gaza sont descendus dans la rue en colère. Ils ont brûlé des drapeaux américains et israéliens. Ils ont maudit l'Amérique, Israël et les Yahuds (Juifs). Leurs imams ont cité des versets du Coran et des Hadiths à propos des usurpateurs et des intrus et des «descendants des singes et des cochons». En d'autres termes, les Palestiniens continuaient de faire comme si de rien n'était. Rien n'a changé.

Au département d'État aussi, c'était comme d'habitude. Dans un effort transparent pour apaiser le bloc arabe, le secrétaire d'Etat Rex Tillerson a déclaré que le processus de transfert de l'ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem prendrait plusieurs années. Tillerson aurait conseillé Trump contre la reconnaissance.    

Puis, lors d'une conférence de presse à Washington.DC le 7 Décembre, le secrétaire adjoint d'Etat pour les affaires du Proche - Orient, David Satterfield est resté évasif lorsqu'un journaliste de l'AP Matt Lee, lui a demandé dans «quel pays est Jérusalem». Satterfield a reconnu que Jérusalem était la capitale d'Israël mais paradoxalement il ne pouvait pas dire définitivement que Jérusalem était située en Israël. Satterfield a ajouté que, conformément à la politique actuelle du Département d'État, les citoyens américains nés à Jérusalem ne seraient pas en mesure d'indiquer leur lieu de naissance comme «Israël» sur leur passeport. Les seules options actuellement disponibles pour les citoyens américains nés à Jérusalem sont de noter soit "Jérusalem" comme leur lieu de naissance ou s'ils sont nés avant 1948, "Palestine".

C'est alors l'absurdité à laquelle la Maison Blanche doit faire face. Il semble que le Département d'État, doté d'un cadre de fonctionnaires de carrière et d'employés du corps diplomatique, mène sa propre politique étrangère, qui s'écarte des objectifs de la Maison-Blanche et sape ses objectifs. Ce groupe est peut-être plus fanatique dans son opposition à la déclaration historique du président que certains dirigeants arabes. 

Leur résistance est motivée par une myriade de raisons. Certains détestent simplement Trump et cela leur offre une opportunité de s'engager dans l'obstruction. Certains sont profondément antisémites et leurs sympathies sont carrément pour le camp arabe. D'autres considèrent le changement et l'action audacieux comme une menace et préfèrent le statu quo. Quelles que soient leurs motivations, ils travaillent de concert pour retarder et entraver les nouvelles initiatives politiques téméraires du président visant à soutenir un allié loyal et à reconnaître la réalité tout en débloquant l'impasse et en relançant un processus de paix anémique fondé sur la vérité.   

Ce n'est pas la première fois que la Maison Blanche est confrontée à une telle opposition de la part du Département d'Etat. En 1948, le secrétaire d'État George C. Marshall s'est opposé avec véhémence à la reconnaissance par les États-Unis de l'État naissant d'Israël et a tenté de contrecarrer le désir du président Harry Truman d'étendre la reconnaissance diplomatique. Il a dit à Truman que si Truman prolongeait la reconnaissance, il ne pourrait pas voter pour lui lors de la prochaine élection présidentielle. Une déclaration comme celle-là représente un défi direct pour le président et équivaut à une menace de démission. En fin de compte, Truman a pris la voie moralement correcte, a ignoré les protestations de Marshall et a étendu la reconnaissance de facto (reconnaissance de jure a été prolongé en 1949) tandis que Marshall a continué à servir en tant que secrétaire d'État.

La position actuelle du Département d'État énumérée par Satterfield est également incompatible avec la volonté du Congrès. En 2002, le Congrès a adopté la Loi sur l'autorisation des relations étrangères . L'article 214 (d) de la FRAA stipule dans la partie pertinente "Aux fins de l'enregistrement de la naissance, de la certification de la nationalité ou de la délivrance d'un passeport d'un citoyen américain né dans la ville de Jérusalem, le Secrétaire fera sur demande du citoyen ou du tuteur légal du citoyen, notera le lieu de naissance comme - Israël. "

En 2015, une Cour suprême divisée a invalidé la loi en déclarant que le Congrès avait outrepassé ses limites lorsqu'il a adopté le projet de loi. Le juge Kennedy, qui a rendu la décision majoritaire dans l'affaire Zivotofsky contre Kerry , a déclaré que le pouvoir de reconnaître les nations étrangères dépend du pouvoir exécutif et de la capacité de déterminer ce que dit un passeport.

La décision de la Cour suprême a temporairement mis fin à l'affaire, mais la reconnaissance par Trump de Jérusalem en tant que capitale d'Israël ravive le problème. Le Département d'Etat aura du mal à défendre sa position à la lumière de la nouvelle réalité politique.

Alors que le Département d'Etat peut entraver, entraver et retarder, c'est finalement Trump qui a le dernier mot. Il doit exiger des rapports de progrès du Département d'Etat pour s'assurer que ceux qui sont chargés du déplacement de l'ambassade prennent les mesures nécessaires pour transférer l'ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem de manière expéditive. Quant à la question du passeport, Trump peut facilement remédier à cette zone de discorde en émettant une directive claire et sans équivoque à son secrétaire d'Etat pour permettre aux citoyens américains nés à Jérusalem d'inscrire Israël comme leur lieu de naissance sur les documents officiels.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :