Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Bolton a déclaré: Jérusalem est un geste audacieux qui «marque Trump comme un type très différent de leader américain contemporain»

8 Décembre 2017 , Rédigé par mordeh'ai

Par JOHN HAYWARD
 
http://www.breitbart.com/radio/2017/12/07/bolton-jerusalem-bold-move-marks-trump-different-kind-contemporary-american-leader/
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif
 
L'ancien ambassadeur des Nations Unies John Bolton a déclaré que la reconnaissance par le président Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël était "exactement la bonne décision à prendre" jeudi dans le Breitbart News Daily.
"Israël est l'un des rares, peut-être le seul pays au monde où l'ambassade américaine n'est pas dans sa capitale", a souligné M. Bolton. "Du point de vue américain, commençons par nous, cela n'a de sens que de mettre notre ambassade où se trouvent les institutions du gouvernement, dans le pays où nos diplomates sont accrédités. Si nous trouvions, pour quelque raison que ce soit, que nous rencontrions un pays européen où nous n'avions pas d'ambassade - un nouveau pays a été créé, par exemple - nous ne mettrions pas notre ambassade dans une ville située à 80 kilomètres de la capitale.
"Pourquoi Israël devrait être différent de tous les autres pays du monde, personne n'a été capable de l'expliquer. Ce que Trump a fait n'est pas extraordinaire. Pour Israël il se conforme simplement aux quelques 190 autres pays avec lesquels nous entretenons des relations diplomatiques. C'est, d'un point de vue efficacité et efficience, bon pour les Etats-Unis ", a-t-il déclaré.
Bolton a déclaré que les arguments avancés contre le déplacement de l'ambassade sont des "arguments d'entêtement et d'intimidation", y compris des menaces de violence et des avertissements selon lesquels le déplacement de l'ambassade américaine rendra impossible les négociations pacifiques entre Israël et les Palestiniens.
Il a déclaré: "Je pense que les Etats-Unis devraient respecter les opinions des gens du monde entier". "Je pense qu'ils y ont droit. Je n'ai aucun problème à leur donner une considération sérieuse. Mais soyons clairs: personne n'a de droit de veto sur les Etats-Unis lorsqu'il s'agit pour nous de localiser notre ambassade dans un pays allié".  
Il a noté, "Le président Trump a été très prudent hier en disant que l'ambassade allait être à Jérusalem-Ouest, que personne n'a jamais prétendu de la retourner aux Palestiniens en vertu d'un règlement imaginable, donc cela ne porte pas préjudice au statut final de Jérusalem".
"Si les gens veulent quitter le processus de paix au Moyen-Orient, ils sont invités à le faire.  « Pensent-ils qu'il y a un quelqu'un d'autre en ville, autre que les États-Unis? » Bolton se moqua."Je pense que les gens vont haleter. J'espère qu'il n'y aura pas de violence, mais certains dirigeants de la région pourraient être impliqués dans son élaboration. Mais dans l'ensemble, même le New York Times de ce matin a une histoire intéressante en disant: «Eh bien, peut-être que le feu sur Jérusalem n'est plus ce qu'il était».
«Il est trop tôt pour considérer les événements des dernières 24 heures comme une justification. Je pense que nous devons voir ce qui sortira après les prières du vendredi demain à travers le Moyen-Orient. Je pense simplement que c'est l'un de ces incidents à bulles où le président a défié la sagesse conventionnelle et montré que c'était complètement vide ».
Bolton a noté que le Département d'État a prudemment publié des lignes directrices à l'intention des missions américaines à travers le Moyen-Orient pour se préparer à toute violence qui pourrait s'ensuivre. "Il a rajouté d'une voix tranchante, à propos, des conseils, ils sont ceux  qui auraient dû être envoyés le 11 septembre 2012 avant que notre ambassadeur et trois autres Américains ne soient tués à Benghazi par des terroristes".
Bolton a déclaré que le fait de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël «rompt tellement d'illusions que les gens ont depuis un certain temps».
Bolton a dit:"S'il n'y a pas de capitale pour Israël, certains pensent qu'Israël n'existera peut-être pas très longtemps". "Il faut tuer cette chimère. C'est une illusion qui sous-tend l'idée d'un contrôle de l'ONU sur Jérusalem par une résolution de l'ONU en 1947. Je pense donc que plusieurs autres résolutions connexes sont mortes, comme la résolution sur le soi-disant «droit au retour» des réfugiés palestiniens. "Qui sont maintenant quatre générations retirées de cet événement."
"Je pense que c'est une contribution positive au processus de paix au Moyen-Orient". "Vous ne pouvez pas construire une paix durable sur de l’éphémèreJe pense qu'en éliminant beaucoup de ces illusions, vous avez vraiment poussé les gens à dire: «Bon, regardons la situation telle qu'elle est maintenant et négocions de la réalité, pas de l'idéologie».
Bolton a crédité Trump de faire un geste audacieux "sur la scène internationale, et sur la scène nationale également." Dans ce dernier cas, il a déclaré que Trump se construit une réputation pour tenir des promesses de campagne telles que la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël.
"Dans la politique américaine contemporaine, c'est révolutionnaire, parce que normalement les politiciens disent tout ce qu'il faut pour se faire élire et ensuite l'oublie promptement", a-t-il dit ironiquement. "Pour Trump c'est très différent l'une des choses qui le caractérise  comme un leader américain ."
Il a poursuivi "Et il a le même ou peut-être même un plus grand impact international". "Vous remarquerez que dans les commentaires dans le monde, vous obtenez ce que vous attendez de la part de beaucoup de pays du Moyen-Orient, mais où vous obtenez vraiment la colère de nos soi-disant alliés européens qui ne veulent tout simplement pas être placés dans une position difficile. "
"C'est le genre d'action du président qui constitue le leadership américain dans le monde. Le leadership américain ne consiste pas, comme le pensait Barack Obama, à faire ce que les Européens veulent. Cela consiste à faire ce que nous pensons être bon pour le pays et à y amener les autres. Je pense que c'est ce que Trump a fait hier".
Bolton a noté que la plupart des autres pays fondent leur politique étrangère sur leurs propres intérêts nationaux, mais les Etats-Unis sont "le pays qui semble le plus souvent céder à des idées qui ne sont pas nécessairement dans son intérêt national direct".
"Ce que Trump a fait hier, je pense, a montré qu'il était une force avec laquelle il fallait compter. Ce n'est pas un politicien conventionnel. Il n'est certainement pas Barack Obama. Je pense que les dirigeants arabes respectent ce genre d'intégrité et de force. C'est quelque chose qu'ils ont manqué pendant les huit années sous Obama. Ils veulent un leadership américain. Ils n'aiment pas le dire publiquement, mais ils savent qu'ils vivent dans un monde beaucoup plus dangereux si nous ne sommes pas des leaders ».
Bolton a dit qu'il était très important pour Trump de "mener à bien ce qu'il a dit hier, et cela signifie regarder où se trouve la vraie opposition au déplacement de l'ambassade - et c'est au Département d'Etat américain".
«Au bureau du Proche-Orient, au bureau du conseiller juridique et dans d'autres bureaux, je pense que vous auriez du mal à trouver quelqu'un qui, selon son opinion personnelle, pense que c'est une décision correcte», a-t-il expliqué. "Quelqu'un doit rester au département d'Etat jour après jour pour s'assurer que ce que le président a dit, obtenir l'architecte et les ingénieurs et les planificateurs ont commencé à créer la nouvelle ambassade. Sinon, dans trois ans, nous verrons qu'ils n'ont même pas choisi de site pour cela. "
Passant à une autre divergence d'opinion significative entre l'appareil de politique étrangère et la Trump White House, Bolton se dit un fervent partisan de l'OTAN, qu'il décrit comme "l'alliance politico-militaire la plus réussie de l'histoire", mais accepte la campagne de Trump. critique que les alliés de l'Amérique n'ont pas «pesé de tout leur poids».
"Pour avoir une alliance, vous devez avoir le sentiment que vous êtes tous unis. Je pense que trop d'Européens se sont protégés sous le parapluie nucléaire américain pendant la guerre froide, et le pouvoir conventionnel américain depuis lors », a-t-il soutenu. "Ils ont diminué leurs dépenses de défense. Ils ont augmenté leurs dépenses de bien-être. Ils se sont éloignés de plus en plus de l'État-nation dans l'Union européenne. "
Boston a anticipé,   « maintenant que la Grande-Bretagne s'est retirée, peut-être que l'Union européenne voudra sa propre force militaire. S'ils le font, je pense triste de le dire,  c'est la fin de l'OTAN, mais ce sera un choix qu'ils feront ».
"Je pense que c'est seulement quand vous obtenez une action américaine forte qui les réveille et crée une nouvelle réalité. Pour la même raison, par exemple, je pense que le président Trump devrait simplement abroger l'accord nucléaire iranien et dire aux Britanniques et aux Français et aux Allemands qu'il y a une nouvelle réalité à l'heure actuelle. Voilà comment vous allez de l'avant. Nous verrons comment ils réagissent comment ils continuent. Si nous faisions tout ce que les Européens veulent, nous serions simplement un autre pays européen. Je ne pense pas que ce soit le destin de l'Amérique ".
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :