Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Pourquoi l'Occident finance-t-il le terrorisme palestinien?

7 Novembre 2017 , Rédigé par mordeh'ai

Par Daniel Schwammenthal
https://www.israpundit.org/why-is-the-west-financing-palestinian-terrorism/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

Imaginez des terroristes qui ont tué des centaines de personnes en Europe et aux États-Unis,  recevant des récompenses généreuses pour leurs crimes.
Et imaginez plus loin que cet argent du sang soit indirectement financé par les contribuables occidentaux.
Aussi scandaleux que cela puisse paraître, c'est exactement ce que fait l'Autorité palestinienne (AP) - dépendant financièrement de la générosité américaine et européenne.
Pour ne laisser aucun doute sur ce que ce système d'incitation cherche à réaliser, les salaires sont indexés sur la durée de la peine d'emprisonnement. En d'autres termes, plus le crime est horrible, plus le terroriste touche de l'argent.
Au total, l'Autorité palestinienne, toujours si dépourvue d'argent, consacre un étonnant 7% de son budget pour faire en sorte que tuer des Israéliens reste une activité lucrative et recherchée.
Ce système de salaire terroriste n'est pas un détail mineur dans le conflit arabo-israélien, mais plutôt une manifestation de sa cause profonde: le rejet par les Palestiniens de la légitimité même d'un Etat juif.
Seulement si vous croyez que vos adversaires n'ont même pas le droit d'exister, vous récompensez leurs tueurs et les incitez constamment contre eux. Et n'oubliez pas que ce n'est pas le Hamas, le groupe terroriste génocidaire qui dirige Gaza, mais le soi-disant partenaire de paix d'Israël, l'Autorité Palestinienne à Ramallah.
C'est sous le président Mahmoud Abbas que les écoles et les lieux publics portent le nom de terroristes et que les médias officiels de l'AP et du Fatah glorifient ces «martyrs» tout en diffamant les Israéliens et les Juifs.
Pour quelle autre raison les petits enfants seraient-ils mis dans un système qui semble déterminé à faire en sorte que ce conflit se poursuive bien dans la prochaine génération.où des programmes les mettent devant les caméras de télévision pour réciter des «poèmes» qui décrivent les Israéliens comme des «singes barbares» et «le plus mauvais parmi les créations»? et ces programmes ne sont pas interdits .par l'AP bien au contraire
 
Au cours des dernières années, le Président Abbas a également fait de son mieux pour transformer un conflit déjà insoluble mais largement national en une guerre religieuse. Des mensonges vicieux se propagent qu'Israël veut détruire la Mosquée Al Aqsa ou changer le statut du Mont du Temple, qu'Israël a laissé sous le contrôle religieux musulman lorsqu'il a conquis la Vieille Ville en 1967.
 
Ecoutez le président Abbas s'exprimant le 16 septembre 2015 sur la chaîne officielle de télévision de l'AP: «Ils [les juifs] n'ont pas le droit de les souiller [la mosquée Al-Aqsa et l'église du Saint-Sépulcre] avec leurs pieds sales». bonne mesure: "Nous saluons chaque goutte de sang versé pour l'amour de Jérusalem."
Et le sang a été répandu à profusion. Depuis le discours fatidique d'Abbas, des assaillants palestiniens prétendant «protéger al-Aqsa» ont tué une soixantaine de personnes, dont les trois dernières victimes israéliennes de l'attentat à Har Adar. La plupart du temps, cependant, les terroristes ont utilisé des attaques au couteau et des voitures-béliers.
C'est dans ce contexte que les États-Unis et l'UE tentent de relancer les pourparlers israélo-palestiniens. Mais pour réaliser tout progrès, ils doivent d'abord avoir un regard honnête et factuel sur les raisons pour lesquelles, 25 ans après Oslo, il n'y a toujours pas de paix.
Une des principales raisons est que trop longtemps l'Occident a ignoré ou minimisé l'incitation et la violence palestiniennes, et même quand il les a prises en compte, a mal diagnostiqué ces phénomènes comme des conséquences du conflit, inversant ainsi la cause et l'effet. Ce faisant, il a sans doute encouragé l'AP à s'accrocher à ses positions extrémistes et à rejeter à plusieurs reprises les offres de paix.
Cette culture du rejet a non seulement laissé sa marque sur la société palestinienne mais aussi sur Israël. Et que cela plaise ou non, un Etat palestinien ne naîtra que si et quand une majorité d'Israéliens sera convaincue qu'un tel Etat ne sera pas plus dangereux que le statu quo.
Après les offres de paix israéliennes rejetées en 1999, 2000 et 2008, l'Intifada du début des années 2000 et les tirs de roquettes qu'Israël a reçu en échange du retrait de Gaza en 2005, de nombreux Israéliens ne croient plus qu'un Etat palestinien se trouve près des principaux  centres de population d'Israël et apportera la paix et la sécurité. Entendre Abbas faire l'éloge des soi-disant martyrs et apprendre les somptueux salaires de l'AP aux assassins de leurs compatriotes est peu susceptible de les convaincre du contraire.
Il y a, heureusement, une reconnaissance occidentale croissante que les Palestiniens ne sont pas des spectateurs innocents de leur propre malchance
L'année dernière, le Quatuor Mideast, composé de l'UE, des Etats-Unis, de l'ONU et de la Russie, a pour la première fois clairement déclaré que la terreur et l'incitation palestiniennes "sont fondamentalement incompatibles avec une résolution pacifique".
Bien que signés par l'UE, tous les États membres de l'UE ne partagent pas vraiment cette vision fondamentale. Mais le meilleur service pour la paix que l'Occident puisse faire est de traduire les paroles du Quartet en politique.
Aux États-Unis, la Taylor Force Act, qui se fraye un chemin à travers le Congrès avec un fort soutien bipartisan, extrairait un prix économique élevé de l'AP si elle continuait à subventionner le terrorisme. Que peut faire l'UE?
Pour être sûr, personne ne gagnerait à l'effondrement financier de l'AP. Néanmoins, la critique publique de l'AP par l'UE pourrait bien déclencher un changement de politique.
Si cela ne fonctionne pas, l'UE pourrait envisager de déduire de son aide les 7% du budget que l'Autorité Palestinienne verse aux terroristes, et de faire savoir au peuple palestinien la raison.
Ou l'UE pourrait annoncer qu'elle est prête à dépenser cet argent pour des ONG dédiées à la lutte contre l'incitation à la société palestinienne. De telles menaces crédibles pourraient suffire.
Ces mesures et d'autres, conçues pour aider à changer le discours et les politiques internes palestiniens, n'apporteront pas la paix du jour au lendemain, mais peuvent jeter les bases d'un futur accord.
Ce qui est certain, cependant, est que si l'Occident suit la même formule usée de traitement de la paix qui voit simplistes les Israéliens comme tout puissant et surtout à les blamer pour le conflit, et les Palestiniens victimes innocentes sans agence, leurs efforts n'auront pas plus de succès que les tentatives précédentes.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :