Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

L'Iran se mêle une fois de plus des affaires intérieures des Palestiniens.

23 Octobre 2017 , Rédigé par mordeh'ai

Les Iraniens exhortent le Hamas à conserver ses armes malgré le récent accord de "réconciliation" signé entre le Hamas et le Fatah sous les auspices de l'Egypte. L'objectif de l'Iran dans ce mouvement? Que le Hamas maintienne et d'améliore sa préparation à la guerre contre Israël.

Une délégation de haut niveau du Hamas dirigée par Saleh Arouri, vice-président du "bureau politique" du Hamas, s'est rendue à Téhéran la semaine dernière pour informer les dirigeants iraniens de l'accord de "réconciliation" avec le Fatah. Au cours de la visite, les dirigeants iraniens ont félicité le Hamas d'avoir résisté aux demandes (du Fatah) de désarmer et de renoncer au contrôle de sécurité sur la bande de Gaza.

"Nous vous félicitons pour votre refus d'abandonner vos armes, une question que vous considérez comme une ligne rouge", a déclaré Ali Velayati, un haut responsable politique iranien et conseiller du chef de la révolution islamique, l'ayatollah Khamenei . "La cause palestinienne est la cause la plus importante du monde islamique, et après tout ce temps, vous restez attaché au principe de résistance contre les sionistes malgré toute la pression que vous subissez
 
Arouri et ses collègues se sont précipités à Téhéran pour demander l'appui du régime iranien à la suite des demandes d'Abbas selon lesquelles le Hamas permettrait à l'Autorité palestinienne d'assumer le contrôle de la sécurité sur la bande de Gaza. L'accord de "réconciliation" ne stipule rien sur la nécessité du désarmement du Hamas, et les responsables du Hamas ont souligné au cours des deux dernières semaines qu'ils n'avaient aucune intention de déposer leurs armes ou de démanteler leur appareil de sécurité dans la bande de Gaza.
 
Le Hamas considère la demande de désarmement comme faisant partie d'une «conspiration» israélo-américaine conçue pour éliminer la «résistance» palestinienne et contrecarrer l'accord de «réconciliation» avec le Fatah d'Abbas. Le refus du Hamas de désarmer menace déjà de gâcher la "réconciliation".
 
Arouri a été cité lors de sa visite à Téhéran en disant que le Hamas "ne reviendra pas sur la possibilité de défendre le peuple palestinien". Il a précisé que l'accord de "réconciliation" avec le Fatah n'affecterait pas les armes de la "résistance" palestinienne, y compris celles du Hamas. 
 
Le Hamas, a-t-il ajouté, "affrontera la conspiration israélo-américaine à travers l'unité nationale et la réconciliation et en continuant la résistance, les forces de résistance palestiniennes resteront toujours avec leurs armes et ne les déposeront pas".
 
Le Hamas voit aussi la visite de ses hauts responsables à Téhéran comme un rejet de la demande d'Israël de couper ses liens avec l'Iran. Les responsables du Hamas affirment qu'ils continuent à considérer leurs relations avec l'Iran comme «stratégiques et significatives», particulièrement à la suite de l'aide financière et militaire de Téhéran à leur mouvement dans la bande de Gaza.
 
En s'alignant sur l'Iran, le Hamas cherche également à résister à toute demande d'abandon de son idéologie et de sa charte, qui appelle à la destruction d'Israël et s'oppose à tout processus de paix entre Israéliens et Palestiniens.
 
Les responsables iraniens n'aiment apparemment pas Mahmoud Abbas et l'Autorité palestinienne et ne tiennent pas à les voir retourner dans la bande de Gaza. L'Iran considère Abbas comme un "traître" parce que son Autorité palestinienne mène une coordination sécuritaire avec Israël en Cisjordanie et affirme qu'il est engagé dans un "processus de paix" avec Israël. Cette position va à l'encontre du souhait de l'Iran de détruire "l'entité sioniste".
 
Abbas, pour sa part, a toujours considéré l'Iran comme une menace pour son régime ainsi que pour la stabilité dans la région. Dans le passé, il a critiqué l'Iran pour son ingérence dans les affaires intérieures des Palestiniens en soutenant le Hamas et le Jihad islamique palestinien dans la bande de Gaza.
 
Plus tôt cette année, l'Autorité palestinienne a fermement condamné l'Iran après qu'un haut responsable iranien ait accusé Abbas d'avoir mené une guerre dans la bande de Gaza au nom d'Israël. La déclaration du fonctionnaire est venue en réponse à une série de mesures punitives imposées par Abbas sur la bande de Gaza.
 
Le porte-parole d'Abbas, Nabil Abu Rudaineh, a accusé l'Iran de s'ingérer dans les affaires intérieures des Palestiniens et de certains pays arabes. Il a dit que les actions de l'Iran "encourageaient les divisions" parmi les Palestiniens. "L'Iran doit cesser de nourrir les guerres civiles dans le monde arabe", a-t-il déclaré. "L'Iran doit cesser d'utiliser une rhétorique qui ne sert qu'Israël et les ennemis des Arabes".
 
Abbas et l'Autorité palestinienne sont maintenant convaincus que l'Iran travaille à déjouer l'accord de "réconciliation" avec le Hamas. Ils croient que l'Iran a invité les dirigeants du Hamas à Téhéran pour aire pression sur eux afin qu'ils ne déposent pas leurs armes.
 
Abbas et les Egyptiens étaient probablement naïfs de penser que le Hamas désarmerait et permettrait aux loyalistes d'Abbas de se déployer dans la bande de Gaza après la signature de l'accord de "réconciliation". Il est possible que certains dirigeants du Hamas aient menti à Abbas et aux Egyptiens en laissant entendre que le Hamas abandonnerait le contrôle sécuritaire de la bande de Gaza.
 
Les Egyptiens, qui ont joué un rôle majeur dans la négociation de l'accord entre le Hamas et le Fatah, seraient également préoccupés par l'ingérence renouvelée de l'Iran dans les affaires intérieures des Palestiniens. L'Autorité Palestinienne et l'Egypte considèrent la visite de la délégation du Hamas en Iran comme un sérieux revers à l'accord de «réconciliation» et comme un signe que le Hamas n'est pas sincère dans la mise en œuvre de l'accord.

Certains responsables de l'Autorité palestinienne et du Hamas ont récemment affirmé qu'Israël n'était pas satisfait de leur accord de "réconciliation" et faisait tout son possible pour l'éviter. La vérité, cependant, c'est que c'est l'Iran et le Hamas qui travaillent pour contrecarrer l'accord en insistant sur le maintien du statu quo dans la bande de Gaza. Le message de l'Iran au Hamas est: Si vous voulez que nous continuions à vous fournir une aide financière et militaire, vous devez continuer à garder vos armes et à rejeter les demandes de désarmement.

Que gagne l'Iran? L'Iran veut que le Hamas garde son contrôle de sécurité sur la bande de Gaza afin que les Iraniens puissent conserver une autre base de pouvoir au Moyen-Orient.
 
L'Iran veut que le Hamas continue à jouer le rôle de mandataire, exactement comme le fait le Hezbollah au Liban.
 
La dernière chose que l'Iran veut, c'est que les forces de sécurité de l'Autorité palestinienne retournent dans la bande de Gaza: cela irait à l'encontre des plans de Téhéran de faire avancer son objectif de détruire Israël.
 
Le soutien continu de l'Iran au Hamas ne découle pas de l'amour pour le Hamas ou pour les Palestiniens, mais de son propre intérêt à consolider sa présence au Moyen-Orient.
 
De nombreux Palestiniens considèrent la visite "réussie" des responsables du Hamas à Téhéran comme un revers majeur pour les efforts visant à mettre fin au conflit entre le Hamas et le Fatah qui dure depuis 10 ans. De même, les Egyptiens se méfient maintenant du rapprochement soudain entre l'Iran et le Hamas et commencent à se demander s'ils ont été dupés par le Hamas. Une délégation israélienne qui a visité le Caire à la veille de la signature de l'accord Hamas-Fatah aurait averti les Egyptiens que la "réconciliation" ne fonctionnerait pas à moins que le Hamas ne désarme et ne rompe ses liens avec l'Iran. Cependant, les Egyptiens n'auraient pas écouté l'avertissement israélien.
 
En ce qui concerne Israël, les États-Unis et les autres pays occidentaux, la leçon à tirer du renouvellement des liens entre le Hamas et l'Iran est que le Hamas n'a pas changé d'un iota.
 
Contrairement aux espoirs illusoires, discutés dans la foulée de l'accord de "réconciliation" au Caire et basé sur des mensonges et des postures, le Hamas ne se dirige pas vers la modération et le pragmatisme. En soutenant ouvertement le Hamas, l'Iran démontre une fois de plus qu'il vise à attiser le feu au Moyen-Orient et continuer à saboter toute perspective de paix.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :