Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 10:13
DEBKAfile Analyse exclusive 
https://www.debka.com/article/26183/Trump-Putin-deal-imperils-Israeli-Jordan-borders
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif
 


 

La transformation d'un petit coin de terre stratégique entre les frontières syrienne, israélienne, jordanienne et irakienne va de l'avant sans susciter beaucoup d'intérêt - même en Israël, où il devrait causer le plus de préoccupations, les rapports de  DEBKAfile.

Le mercredi 8 août, deux compagnies de l'armée russe des troupes Ingushies du nord du Caucase ont mis en place un poste de commandement dans le village syrien de Tal al-Shahm, à 13 km de la frontière israélienne du Golan. Son commandant, le colonel Alexei Kozin, a ainsi pris en charge la frontière syrienne avec Israël. Comme DEBKA l'avait rapporté le mois dernier, sa tâche est de mettre en place 10 points de contrôle le long de cette frontière. 
Cette zone frontalière a été désignée comme l'une des quatre zones de dégradation convenues entre les présidents Donald Trump et Vladimir Poutine lors de leur réunion à Hambourg le 7 juillet.

Selon les accords conclus entre Washington, Moscou et Jérusalem, la force de séparation des Nations Unies (FNUOD) retournera à sa base de Fawar en face de Quneitra comme un tampon entre les Forces de Défense Israélienne (FDI) et les forces russes.L'histoire passée des forces des Nations Unies dans ce rôle tampon entre les FDI et les forces syriennes n'a jamais été exactement impressionnante.

Une diplomatie conforme à ce processus a été apportée par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov le vendredi 11 août. C'était une assurance que la Russie tiendrait compte des intérêts d'Israël à Jérusalem dans le cadre des pourparlers de paix israélo-palestiniens.

Il s'inscrit également dans la déclaration surprenante de Washington le même jour, à savoir que Donald Trump, bien que, au milieu d'une terrible crise avec la Corée du Nord avec des connotations militaires, envisage d'envoyer son conseiller principal, son gendre Jared Kushner et le négociateur Israël-Palestinien de la paix, Jason Greenblatt, au Moyen-Orient pour poursuivre cette mission.

Pour voir comment ces éléments disparates forment l'image entière, nous tournons à 70 km à l'est de Quneitra sur la Syrie du Golan aux batailles en cours à Sweida dans le sud-est de la Syrie en face des frontières jordanienne et irakienne. Les troupes russes se sont installées dans la ville-clé de Daraa, contiguë à la frontière jordanienne le 13 juillet. Comme à Quneitra, un mois plus tard, ils ont mis en place des postes de commandement pour surveiller la première zone de désescalade ou de cessez-le-feu qui sera mise en place dans le cadre de l'accord de Hambourg

La mission des troupes russes était d'arrêter les combats et d'exécuter le retrait des forces combattantes, de l'armée syrienne, de l'Iran et de ses milices chiites étrangères, y compris le Hezbollah, à une distance de 40 km de la frontière. 
Mais cet arrangement ne s'est jamais révélé.

Près de quatre semaines plus tard, mercredi soir, le 9 août, la même nuit que les troupes russes ont emménagé dans Quneitra, l'armée syrienne et le Hezbollah ont lancé une offensive majeure dans la province de Sweida. Trois jours plus tard, samedi, ils avaient forcé les forces rebelles locales à se retirer en Jordanie et ont saisi 57 km de la frontière sud de la Syrie avec le Royaume hachémite.

Ni les Russes ni les Américains ne s'étaient opposés à la poussée de la Syrie, mais les Russes ont pris la responsabilité de maintenir le cessez-le-feu, et les forces spéciales des États-Unis ont été et sont encore présentes à l'est de Sweida à Al-Tanf, en Syrie-Jordanie- Triangle frontière irakien.  

(Voir carte ci-jointe)

Les sources militaires de DEBKAfile ajoutent que l'offensive syrienne-hezbollah a violé l'accord de cessez-le-feu. Les groupes rebelles syriens-américains soutenus par les États-Unis se sont évanouies sans un coup de feu, sont allées au côté du gouvernement syrien et ont remis leurs armes fournies par les États-Unis à l'armée syrienne et aux combattants du Hezbollah. 

L'épisode de Sweida a démontré que l'alliance syro-irano-Hezbollah envisageait d'utiliser l'accord des zones de cessez-le-feu de Trump-Poutine comme une porte ouverte pour prendre le contrôle du sud de la Syrie et saisir les frontières jordanienne et israélienne. 

Le mouvement rebelle syrien se désintègre à un rythme alarmant suite au «tremblement de terre de Jubeir», comme on l'a vu, un autre événement important que les premières avant-premières de l'Ouest et d'Israël ont choisi d'ignorer.La semaine dernière, le ministre suédois des affaires étrangères, Adel al-Jubeir, aurait informé une délégation de dirigeants de l'opposition syrienne invités à Riyad que son gouvernement appuyait ses milices de combat, dans le sillage de la décision du président Trump de réduire l'action militaire américaine en Syrie uniquement Guerre contre ISIS - et donc mettre fin à la résistance américaine au régime d'Assad.

Les responsables saoudiens n'ont pas nier le rapport, et ne l'ont qualifié que «d'inexact».

Mais pendant ce temps, les décisions de Riyad et de Washington d'abandonner la cause anti-Assad se sont répandues comme des feux de forêt parmi les groupes rebelles syriens. Beaucoup ont répondu en posant leurs armes et en se rendant.

Le sort du mouvement rebelle après six ans de guerre cruelle contre le dictateur Bashar Assad devrait être une leçon pour d'autres destinataires de promesses américaines et russes. Par conséquent, l'engagement de Lavrov de tenir compte des intérêts d'Israël à Jérusalem devrait être pris avec des pincettes. Il risquerait probablement de faire miroiter une ligne de tir pour apaiser le scepticisme israélien au sujet de la perspective que les troupes russes garderaient les troupes syriennes, iraniennes et du Hezbollah à la frontière nord - même si cette promesse était souscrite par Washington. 

Au lieu de croire leur parole aux deux pouvoirs, Israël n'a qu'à regarder ce qui se passe ces dernières heures juste à travers la frontière de Sweida, pour apprécier la valeur de ces promesses.

Tôt ou tard, le modèle Sweida sera répliqué dans Quneitra. Ni les troupes russes ni les forces de maintien de la paix de l'ONU ne se battront pour empêcher cela. À ce moment-là, les groupes rebelles syriens, au soutien desquels Israël a investi pendant des années comme un tampon contre les forces ennemies syriennes, iraniennes et du Hezbollah, sont déjà en train de s'effondrer. Désavoués par leurs soutiens saoudiens, ils sont écrasés par le rouleau compresseur de la "désescalade" américaino-russe. Israël, comme la Jordanie, trouvera bientôt trois forces hostiles assises gentiment juste sur sa frontière, trop proches pour la sécurité du pays..

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai