Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

3 juin 2017 6 03 /06 /juin /2017 22:44
Une comptabilité de l'héritage des Démocrates au Moyen-Orient, et d'où ils peuvent partir.

Par Martin Peretz

http://www.tabletmag.com/jewish-news-and-politics/228258/obama-israel-democrats
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

I.
Michael Oren est un éminent historien américain et sioniste qui est devenu l'émissaire israélien aux États-Unis pendant la présidence de Barack Obama. Diplômé de Columbia et étudiant diplômé de Princeton, où il a obtenu son doctorat, il a ensuite occupé trois chaires de conférences distinguées à Georgetown, Yale et Harvard. Il connaît bien l'Amérique, très bien. Oren est maintenant membre du parti centriste Kulanu à la Knesset: Il a été désigné par le Premier ministre Benjamin Netanyahu comme premier ministre adjoint pour la diplomatie dans un effort pointu pour calmer le flux de la mégalomanie de Droite des "forts en gueule", mesquins de certains membres du Cabinet, tels qu'Avigdor Lieberman et Naftali Bennett.


Oren est diplomate, politiquement et psychologiquement. Il se détourne de l'hystérie, de l'hystérie juive en particulier, de l'antisémitisme en Amérique ou de l'anti-'Israël. Mais depuis la publication de ses mémoires en 2014, et un peu avant, il est devenu un féroce critique du récit de l'administration présidentielle Démocrate la plus récente sur Israël et, par extension, sur le garant le plus solide de la sécurité des Juifs du monde entier. Ce qui est le plus troublant, c'est qu'il ne se trompe pas. Hélas, je suis un Démocrate enregistré mais pas encarté et je le suis depuis plus d'un demi-siècle, je ne peux certainement pas garantir que le parti défendra longtemps l'une des quelques démocraties vigoureuses de la Terre.

II.
Il y a plus de 16 ans, Ehud Barak, héros authentique d'Entebbe, a mis au point un plan de paix qui a remporté l'approbation de Bill Clinton et qui aurait dû gagner, avec les habitudes courantes de la diplomatie de l'échange, au moins l'assentiment des Palestiniens de poursuivre les pourparlers. Barak a finalement accepté d'abandonner toute la bande de Gaza, qu'Ariel Sharon a rendue plus tard, ainsi que 95 pour cent du reste du territoire contesté, avec des arrangements géographiques, politiques et religieux spéciaux pour Jérusalem. Huit ans plus tard, Ehud Olmert, (maintenant en prison), a ajouté 3 pour cent de plus à l'offre israélienne et a permis que la Jérusalem arabe soit la capitale de la Palestine. Pas de preneurs. Ces faits, si vous voulez regarder, vous parlent beaucoup.


Ces faits n'ont pas parlé beaucoup au président Obama, ou il ne les a pas regardé. J'ai supporté Obama lors de sa première campagne des présidentielles ... contre Hillary Clinton et contre George Bush. Je suis même allé au sud de la Floride pour faire campagne pour lui et je suis resté là-bas une semaine complète. Mon contact avec un  grand effort a été Dan Shapiro (qui deviendra l'ambassadeur du candidat en Israël), qui m'a d'abord demandé de partir. J'avais aussi rencontré Obama: une fois avant qu'il n'entre en course et une fois - cette fois dans un groupe - au début des primaires.

Obama semblait à l'époque et se révéla être un homme raisonnable et bien intentionné. Mais c'était une catastrophe dans les affaires internationales. Son seul triomphe était quelque chose dont il n'avait rien à voir: il a remporté le prix Nobel de la paix et, en fait, peut-être que cela a fini par importer plus que tout autre chose. Le prix de la paix est venu moins d'un an dans son premier mandat: dans une explication désespérée du choix, le comité du prix a marqué l'ouverture au monde musulman pour une reconnaissance spéciale d'Obama. Et donc, Obama était en train d'opérer avec ce qu'il pensait être une promesse à respecter, une promesse que personne ne pourrait supporter contre l'histoire fracturée du Moyen-Orient. Cela a ajouté à ce qu'il avait cru qu'il avait promis auparavant lors de cette campagne: qu'il dédommagerait le monde musulman. Entre l'histoire récente et le prix, il devait être le conciliateur, et damner, n'importe quelles réalités entre-temps.


Il l'avait dit dans son discours du Caire en juin 2009, avant que le prix ne soit annoncé. Pour ce discours, et ses discours rédigés par ses aides ont cherché toutes allusions islamiques dans l'histoire américaine et ont trouvé deux ou trois. Le Maroc a été le premier pays à reconnaître l'indépendance de l'Amérique pendant la guerre révolutionnaire. Et, bien sur, Jefferson avait un Coran dans sa bibliothèque. C'était une belle rhétorique - nous voulons tous la paix, nous voulons tous une bonne volonté avec nos frères et sœurs musulmans - mais qu'en est-il des réalités de la région: un lieu où les dictateurs vicieux et cyniques encouragent les pires sentiments anti-occidentaux et anti-libéraux, imposent des coutumes sociales inégales à leur peuple pour maintenir leur propre pouvoir; un endroit où les sunnites et les chiites s'opposent amèrement?

Il y a cent ans, cette année, James Balfour a publié la fameuse déclaration qui a réinscrit la nation juive de nouveau dans son ancienne histoire politique, mais les grandes puissances ont continué à inventer littéralement, vraiment hors de tout contexte, d'autres États - le Liban, la Syrie. En Irak, en divisant les tribus, les sectes et les communautés et plaçant les personnes qui y vivaient dans des arrangements fous sous des gouvernements étrangers et autoritaires. Aujourd'hui, l'intervention de ces États dans la pratique implique souvent de ne pas aider leur peuple mais de récompenser leurs dirigeants, et ce ne sont pas des gens que nous voulons récompenser. Nous n'avons rien entendu à ce sujet dans le discours du Caire. Nous non plus. Et en décembre, lorsque Obama est allé à Oslo, les signes étaient là où les réalités étaient ignorées quand il s'agissait aussi de politique.

La première intervention sociale d'Obama a été faite aux sunnites. Il avait des amis proches de Recep Tayyip Erdogan, un mauvais signe même alors, avant que Erdogan n'abandonne complètement le prétexte du libéralisme laïque. Obama était proche des Saoudiens - au roi Abdullah. Il a également fait son discours au Al Azhar du Caire, à la fois université sunnite et mosquée. Au fil du temps, il s'est détourné des sunnites vers les chiites, de l'Iran, pour faire contrepoids à l'Egypte, à l'Arabie Saoudite, à la Turquie, dans la région, un état que la plupart de ses voisins ont considéré comme une menace immédiate. Ensuite, il y a eu la Syrie, où, hors de la même dynamique changeante, il a soutenu une catastrophe humaine, sinistre  au-delà du calcul.

Et les victimes des bonnes intentions du président n'étaient pas seulement ces populations et les laïcs libéraux qui étaient assez faibles. La victime était aussi le seul État que les grandes puissances ont créé, l'état fortuné, mais l'état qui a répondu à sa fortune en restant démocratique, parfois imparfaitement démocratique mais démocratique, malgré une menace extérieure constante d'anéantissement: Israël.


III.
Peut-être aurions-nous dû savoir que cela se produirait. Les conseillers spirituels d'une personne ont de la signification et Obama avait choisi au cours d'une décennie et demie peut-être le plus anti-américain, le plus anti-juif et le plus haineux des pasteurs anti-israélien à Chicago. Être sous l'orientation du révérend Jeremy Wright ne signifie pas que Obama a partagé ses points de vue, mais ce n'était pas un conseiller spirituel qui montrerait une compréhension bienveillante, voire une compréhension malveillante, envers Israël.


Ensuite, en 2009, il y avait la sélection par Obama de Chas Freeman en tant que président du National Intelligence Council. Peut-être que vous vous souvenez de lui: il avait été ambassadeur en Arabie Saoudite et exquisement fidèle à Riyad, un des serviteurs de la vieille monarchie, Riyad avant ses étapes de libéralisation provisoires mais significatives. Il a travaillé avec la Chine et a été sympathique envers son parti autocratique au pouvoir. Lui, son fils et les auteurs du Lobby d'Israël, qu'il a publié pour la première fois avant l'édition commerciale, n'ait été conçue, m'ont attaqué et d'autres personnes. Mais c'était le choix d'Obama - encore une fois, pas quelqu'un avec beaucoup de sympathie pour la lutte d'Israël, ou de sa compréhension. En fait, il était hostile.

De temps en temps, rhétoriquement, Obama s'est fait un sioniste difficile: s'aligner sur le juge Brandeis, qui pensait que " les deux côtés du Jourdain étaient à nous ", et Dayan et Golda. Mais je me suis toujours demandé si, au
Seder annuel Obama et le parti présidentiel prononçaient la bénédiction sacrée «l'année prochaine à Jérusalem». Sa sainteté, cependant, peut être mesurée par un post-scriptum à cette prière ancienne, écrite en yiddish et polycopiée dans la France occupée en 1941: (hagaodeh clickay zol zayn die letzte à Goles.) "Que cette Haggada soit la dernière en exil".

Certes, Obama connaissait l'Holocauste: dans son discours au Caire, le président l'a considéré comme l'essentiel - non, pas le seul motif d'un Etat juif, l'État juif est plus que ça! Qu'en est-il du près du million d'exilés juifs ardents, rapatriés qui avaient vécu pendant deux millénaires, voire pour certains près de trois sur les terres de l'islam? Et quelles sont les implications pour son auditoire: les implications de l'attribution de la justification d'Israël d'exister uniquement à cause de l'Holocauste? En entendant cela, que l'Holocauste est la seule raison de l'Etat juif, est-il étonnant que les sunnites et les Shiites disent qu'ils sont les autres victimes du nazisme?

Ce n'est pas que le président ait détesté Israël. C'est que, pour ceux d'entre nous qui se sentent pour Israël jusque dans leurs os et sentent sa proximité avec l'Amérique comme une autre balise du libéralisme, et qui cherchent ce sentiment chez nos présidents, ses paroles n'ont jamais dit qu'il l'ait ressenti. Il a eu de belles paroles, bien sûr, mais il n'a jamais prouvé qu'il avait le sens de la lutte intense qu'il fallait pour que Israël devienne ce qu'il en soit et de maintenir ses idéaux face à une menace immédiate. À la fin, il semblait que Bibi Netanyahu, était Israël et il n'est pas juste de faire de Bibi ou de la Droite tout ce qu'Israël est, car c'est beaucoup, beaucoup plus. Le sionisme comprend et a toujours inclus des personnes de toutes les races, de tous les coins du globe, avec toute croyance de Dieu.
 
Le président ne l'a jamais vu comme tel. Et dans la poursuite de la sensibilisation, aux Palestiniens et aux Iraniens en particulier, il a fait pire: Il a créé une situation impossible, une situation qui aurait été intenable pour quiconque a vraiment compris l'histoire d'Israël et la dynamique de ses voisins.

En 2015, l'accord nucléaire de l'Iran, une action pour laquelle le président a ignoré une pièce après une preuve de l'ingérence de l'Iran dans la région - contre les libéraux laïcs au Liban, en Irak, en Syrie, en Iran même où les laïcs avaient été assassinés par le Régime en 2009 alors que nous étions restés impassibles. Même les Démocrates qui étaient fidèles au président en tout cas s'opposaient à l'affaire de l'arme atomique: Nita Lowey, Chuck Schumer! (Voulez-vous du libéral démocrate? Prenez le représentant Jerry Nadler, député de New York du district le plus juif du pays, qui a voté pour cela. Ensuite, seulement quatre sénateurs Démocrates ont voté contre.

En 2016, John Kerry s'est contenté de ses fantasmes obsessionnels de 30 ans (je l'ai connu 40) avec une impulsion pour la paix qui ignorait toute réalité israélienne. Le discours du secrétaire s'est plus impliqué pour que l'ancien quartier juif de Jérusalem devrait faire l'objet de négociations ... et peut-être peut-être être pris en compte. C'est parce que, comme tout le reste à Jérusalem (sauf la «nouvelle ville» incontestablement israélienne), était depuis 1948 en possession du roi de Jordanie qui, avec l'Egypte, la Syrie et, oui, la monarchie de l'Irak a commencé la guerre de 1967 et l'a perdu alors. Tiens! Selon l'ordre du jour de Kerry, l'ancien cimetière du Mont des Oliviers (lui-même mentionné une demi-douzaine de fois dans la Bible hébraïque), des parties du mont Scopus, de la colline des munitions, même le mur de l'Ouest et d'autres sites sont ouverts aux négociations.

Quand Israël a résisté à leurs démarches, Kerry et son président, la douce  et aimable Samantha Power, ont attaqués, rhétoriquement et par l'action, aux Nations Unies à la fin du mandat d'Obama: la résolution du Conseil de sécurité a été adoptée parce que les États-Unis n'ont pas opposé leur veto. (Le lendemain, plus ou moins, les Britanniques se sont excusés, et tout le monde a compris que l'excuse du régime socialiste français était qu'il ne pouvait pas gagner les prochaines élections sans le vote musulman ... mais il ne va certainement pas les gagner même avec.) Bien sûr, Ce mouvement trouvait une résonance dans tous les États musulmans dirigés par des despotes aux Nations Unies ... même ceux qui faisaient des affaires de sécurité avec Israël et, plus encore, formant des alliances sotto voce avec l'État juif qui fonctionnaient au jour le jour : Egypte; même l'Arabie saoudite; et la Turquie, à présent profondément, profondément sous Erdogan.

Israël a reçu l'aide d'Obama, mais l'aide ne vaut que si la légitimité diminue et Israël a mis fin à son mandat avec sa renommée internationale par la rhétorique de l'administration et par son inaction lorsque les membres de la Gauche ont attaqué Israël. Nous n'avons jamais entendu un mot de notre président condamnant BDS. Je me demande si le président (ou Ben Rhodes, qui a été récompensé pour son animosité d'anti- juif contre les préoccupations juives par un rendez-vous de "minuit" de la Maison Blanche au conseil du musée de l'Holocauste), comprend la profonde trahison vécue par ceux d'entre nous qui n'aiment pas le gouvernement israélien actuel ou sa mentalité de bunker, mais qui voient l'existence d'Israël face à des États dont les dirigeants ont déclaré leur intention de l'enterrer.

IV.
Peut-être que cette préoccupation semble inutile, ou exagérée, ou tout simplement myope. Après tout, nous voyons tous
devant nos yeux un sentiment anti-noir; C'est laid, malgré un énorme progrès social. Nous voyons le sentiment anti-arabe, antihispanique et anti-asiatique. À côté de l'immédiateté de ceux-ci, il pourrait sembler avoir envie de parler d'un groupe si bien situé en Amérique et du Parti Démocrate, en tant que Juifs. Mais quand vous parlez des Juifs, vous ne pouvez pas oublier Israël, au moins ceux d'entre nous dont les familles et dont les amis et leurs familles ont un intérêt dans son existence.

Les États démocratiques libéraux étaient censés sauver les Juifs - beaucoup de gens ont appris et vu le sérieux d'une culture universelle cosmopolite des Lumières comme un rêve réalisable dans la réalité. Mais ces rêves se sont opposés aux réalités réelles de l'Allemagne nazie et de la Russie soviétique, qui se répète sur une échelle plus grande et horrible de la persécution, de l'aliénation qui nous a suivi pendant deux millénaires. Comment pouvons-nous être en sécurité sans notre propre état? Maintenant, nous avons un état, et c'est un état qui possède de nombreux préceptes de vertu, préceptes qu'il a pu maintenir principalement dans une longue et amère histoire et sous le feu de missiles et sous la menace de la menace ultime. Il a toujours accueilli les gens de toutes les races. Il est juif mais tolérant, et autocritique quand ce n'est pas le cas. Il reste l'un des États dans la région qui maintient la flamme de ces idéaux normatifs élevés et forts. Et il est entouré d'états qui ne veulent pas qu'il existe. Parfois, un fait, une réalité, c'est aussi fondamental et difficile.

Pour ceux d'entre nous qui s'occupent d'Israël, nous sommes dans un vieux, triste, difficile dilemme. Nos principes, l'expérience de notre peuple en matière de diaspora, notre conviction de transcender la différence, notre consternation par la politique tribale républicaine nous conduit aux démocrates. Mais il y a un point où l'envie de transcender la différence vient au détriment de réalités difficiles. Michael Oren avait raison: le dernier président a passé ce point avec Israël. Combien de ses successeurs à la direction du parti suivront-ils cette avancée?

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai