Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

28 juin 2017 3 28 /06 /juin /2017 15:26
Par Jeff Dunetz 
 
http://lidblog.com/president-abbas-upset-kushner/  
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif
 

Voici quelque chose que nous n'avions jamais entendu lors de l'ancienne administration anti-israélienne d'Obama, cela a commencé à filtrer au cours du week-end vers le monde. Après avoir rencontré Jared Kushner à Ramallah la semaine dernière, le président palestinien Abbas, s'est fâché car il n'avait pas été habitué à une présidence américaine qui demandait à la délégation palestinienne pour la paix de faire de son côté des concessions. Mahmoud Abbas a accusé la délégation américaine de favoriser Israël au lieu d'être un modérateur juste.  Pauvre président palestinien Abbas . Après huit ans d'Obama qui ne lui a jamais demandé de faire de concessions même fondamentales à Israël, le compromis est devenu un concept étranger pour lui, que lorsqu'il a rencontré la délégation américaine la semaine dernière et qu'on lui a demandé d'arrêter d'inciter à la terreur, il s'est mis en colère et a accusé la dite délégation d'être avec les Israéliens.

Jared Kushner, conseiller principal et gendre présidentiel du président Donald Trump, ainsi que Jason Greenblatt, le représentant spécial du président pour les négociations internationales, se sont rendus mercredi à Ramallah et Jérusalem pour commencer le processus de paix que Trump a demandé lors de son voyage dans la région a il y a un mois.

Une source palestinienne a déclaré à YNet News  samedi,

"La délégation américaine a accepté la position israélienne sur la question de payer des salaires aux prisonniers et l'a dépeint lors de l'entrevue comme un moyen d'encourager le terrorisme et a exigé qu'elle soit arrêtée".

Selon Radio Israël citant les médias arabes, Kushner et Greenblatt ont demandé aux Palestiniens d'arrêter tous les paiements aux prisonniers qui se trouvent dans les prisons israéliennes. Quand Abbas a repoussé, ils ont adouci leur position, lui demandant d'arrêter de payer les quelque 600 terroristes purgeant une peine d'emprisonnement à perpétuité pour avoir tué des citoyens israéliens.

Le journal arabe Al-Hayat, basé à Londres, a ajouté que d'autres questions soulevées par la délégation des États-Unis incluaient le refus d'Abbas de condamner le terroriste palestinien qui a frappé à mort Hadas Malka, une jeune femme israélienne, de la police des frontières, près de la porte de Damas à Jérusalem. Le journal a également signalé que l'équipe américaine a protesté contre le fait que Abbas ne rencontrerait pas l'ambassadeur américain en Israël David Friedman en raison d'un soutien antérieur à la construction de nouvelles communautés en Judée-Samarie.

Le lendemain de la réunion, le porte-parole du président de l'Autorité palestinienne, Nabil Shaath, a lu un discours d'Abbas qui a affirmé que les Palestiniens ont une "responsabilité sociale" d'offrir des paiements monétaires aux familles des prisonniers dans les prisons israéliennes parce qu'ils sont des "prisonniers politiques" et les paiements sont la façon dont l'Autorité palestinienne s'efforce de «s'occuper de personnes innocentes touchées par l'incarcération ou le meurtre de leurs proches en raison de l'occupation militaire. Lorsque la communauté internationale a l'opportunité d'aller de l'avant avec un accord de statut définitif entre Israël et la Palestine, les gouvernements de M. Netanyahu trouvent une excuse pour éviter de discuter des questions clés ", selon le discours lu par Shaath " les prétextes les plus récents incluent l'incitation et l'aide sociale fournie aux familles de prisonniers politiques palestiniens."

 "L'une des méthodes préférées des Palestiniens pour détourner les critiques est d'accuser Israël de ce qu'ils ont été accusés et leur suivi à la réunion de Kushner n'était pas différent. Le négociateur palestinien Saeb Erekat a déclaré que ce sont les Israéliens qui incitent au terrorisme. Erekat a affirmé: "L'incitation et la glorification de la terreur ont été une politique de longue date de la part de ce gouvernement extrémiste [Netanyahu]" Il a accusé Israël d'essayer ", dévie de l'attention [des négociations de paix bloquées] en inventant de nouvelles excuses, telles que des allégations d'incitation . "

Apparemment, Abbas était également contrarié parce que les Américains n'avaient pas mentionné la question de la construction israélienne au-delà des lignes d'armistice de 1949. Comprenez que ce problème, n'est pas un problème majeur dans le conflit, jusqu'à ce que l'administration Obama le rende comme tel en 2009. Au cours de l'administration Bush, il y avait des négociations entre Israël et les Palestiniens malgré la construction de nouveaux logements dans les communautés existantes. Mais une fois que le président Obama et Hillary Clinton ont demandé qu'Israël cesse toute construction, il a donné aux Palestiniens une excuse pour échapper aux négociations.

Par les Palestiniens, Kushner a refusé de parler du problème de la construction. "Ils ont commencé par présenter les allégations de Netanyahu", a déclaré une  source palestinienne . Il a dit qu'Abbas a demandé aux Américains leur position sur les grands projets de construction sur la Ligne verte récemment annoncée par Netanyahu, « problèmes fondamentaux du conflit », mais il n'a pas reçu de réponse. " Nous avons dit aux Américains que les colonies étaient source du désespoir et de terreur parce qu'elles supprimaient tout espoir futur pour les Palestiniens de vivre dans leur propre pays".

 
Abbas n'aurait pas été étonné de la position américaine sur incitation. Après que le président des États-Unis soit retourné de son voyage au Moyen-Orient en mai, une source américaine a déclaré à la chaîne 2 d'Israël qu'il n'y avait pas eu de réprimande d'Abbas par  Donald Trump lors de leurs pourparlers en raison de l'incitation continue de l'Autorité palestinienne contre les juifs et contre Israël.

"Vous m'avez trompé à la Maison Blanche!", aurait déclaré le président Trump au Palestinien étonné: "Vous avez parlé de votre engagement envers la paix, mais les Israéliens m'ont montré votre implication dans l'incitation". La source a déclaré à Channel Two que la colère de Trump a été suivie de plusieurs minutes de silence par des Palestiniens choqués - la réunion était très tendue avant que les deux parties ne reviennent sur la bonne voie.

Après cette réunion de mai avec Abbas, le Président a prononcé un discours qui se référait en partie à l'incitation: " La paix ne peut jamais s'immiscer dans un environnement où la violence est tolérée, financée et même récompensée. Nous devons être résolus à condamner ces actes d'une seule voix unifiée "

Peut-être la vraie raison de la colère du leader palestinien à propos de la délégation menée par Kushner était qu'il n'avait pas eu l' habitude d'être obligé par les Américains à prendre des mesures en faveur de la paix. Le président Bush a convenu avec Israël qu'il ne devrait y avoir aucun «droit de retour» palestinien en Israël et que les dernières frontières exigent des ajustements aux lignes d'armistice de 1949, mais ne l'ont pas exigé des Palestiniens. Barack Obama a fait des demandes constantes à Israël de prendre des mesures unilatérales pour montrer aux Palestiniens qu'Israël voulait la paix, mais au moins publiquement, il n'a jamais exigé de contre-partie aux Palestiniens.

Sous la présidence Trump, Israël n'obtiendra pas toujours ce qu'il veut, par exemple, l'administration a demandé au gouvernement israélien d'arrêter la construction. Cependant, ce président ne tentera pas de légitimer l'État juif en exigeant des actions unilatérales et en le critiquant pour ne pas capituler aux demandes américaines.

Le véritable message que la délégation américaine dirigée par Jared Kushner au président palestinien Abbas était silencieux mais qui se fait toutefois entendre avec force. Il y a un nouveau shérif en ville et celui-ci ne déteste pas Israël comme le shérif précédent.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai