Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 14:25
Par Isi Leibler
http://wordfromjerusalem.com/israel-must-now-be-proactive/
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif
 
L'espoir fervent de la plupart des Israéliens - malgré la frustration de certains juifs américains - est que le président américain Donald Trump va surmonter ses problèmes politiques intérieurs et renforcer l'alliance avec Israël.
 
La visite de Trump dans la région du Moyen-Orient a consolidé notre statut. Nous sommes dans une position remarquablement bonne.
 
Après des années de partialité implacable et de harcèlement de la part de la communauté internationale, dirigée par notre prétendu allié-les États-Unis, nous sommes maintenant consacrés par un président américain qui exprime publiquement son amour, son soutien et son alliance avec l'Etat juif.
 
Ceux qui assurentcomme une simple gesticulation la présence de Trump au mur de l'Ouest, ses remarques très sensibles à Yad Vashem et son discours chaleureux et favorable au Musée d'Israël ne font que reconnaître l'implication politique profonde de ses remarques. À cela s'ajoute son appel aux États sunnites à faire face au terrorisme iranien et à combattre l'extrémisme, y compris explicitement l'antisémitisme, dans leurs rangs. Sans parler de la campagne révolutionnaire des États-Unis pour faire face à l'obsession anti-israélienne à l'ONU, tout cela représente un revirement important du flux en notre faveur.

 

Dans ce contexte, il convient également de considérer le succès saisissant du Premier ministre Benjamin Netanyahu dans le développement de liens économiques et diplomatiques avec la Russie, l'Inde, la Chine, le Japon et maintenant l'Afrique. Pour cela, on peut ajouter les relations incroyables, presque ouvertes avec l'Arabie Saoudite et d'autres États sunnites. Il faut être aveugle pour ne pas apprécier que ces améliorations significatives de notre statut international ont largement été obtenues en tant que résultat combiné de la diplomatie habile de Netanyahu et de la nouvelle politique de l'administration Trump.
 
En fait, aujourd'hui, nous avons une extraordinaire et unique opportunité. Mais cela nous oblige à prendre l'initiative et à montrer notre volonté de coopérer aux initiatives de paix de Trump à condition que notre sécurité ne soit pas compromise.
 
Netanyahou doit faire preuve de leadership et démarrer des étapes et ne pas simplement réagir aux pressions.
 

Il devrait être prêt à mettre en place un gel temporaire de la construction dans les zones situées en dehors des blocs de peuplement qui feront toujours partie d'Israël. Il devrait s'engager à continuer de lutter pour améliorer la qualité de vie dans les zones autonomes palestiniennes et offrir une assistance humanitaire supplémentaire.

 

Mais cette offre ne peut être faite que dans le contexte de la réciprocité. Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, doit cesser l'incitation et mettre fin à l'encouragement honteux des tueurs, y compris les récompenses à leurs familles par d'énormes pensions s'élevant à plus de 300 millions de dollars par année pour leurs crimes. Il doit aussi reconnaître Israël en tant qu'État juif et cesser d'exiger le «droit du retour» en Israël des réfugiés arabes et de leurs descendants, ce qui équivaudrait à la dissolution de l'Etat juif. Une solution à la gestion du Hamas devra également être envisagée.
 
Jusqu'à ce que cela se produise, Israël ne peut pas s'attendre à négocier des frontières ni à envisager un Etat palestinien. En dépit de ses assurances sur le soutien de la paix, il est peu probable qu'Abbas accepte l'une de ces conditions préalables fondamentales.
 
Dans ce cas, nous devrions appeler à la fin du processus de paix et, en conjonction avec les États-Unis et peut-être même avec les Saoudiens, chercher à créer une relation de travail avec ceux qui vivent sous l'autonomie palestinienne, si nécessaire, en contournant le leadership actuel .
 
Cela n'éliminera pas le terrorisme, mais notre sécurité sera grandement renforcée si nous avons le soutien des Américains.
 
 
Notre objectif principal doit être de promouvoir la vérité et de cesser de couvrir les dirigeants terroristes qui tiennent un double langage en Occident approuvant la paix, et continuant d'inciter leurs partisans à la terreur.
 
Si nous pouvons le faire en tandem avec les Américains, en temps voulu, nous pourrions résoudre d'autres problèmes, tels que l'annexion formelle des blocs de règlement, la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur les Hauteurs du  Golan, le déplacement de l'ambassade des États-Unis vers Jérusalem et l'assurance que Trump tiendra son engagement d'aider Tsahal à conserver son avantage qualitatif malgré l'accumulation des armes aux Saoudiens.
 
Tout cela dépendra de Trump en n'étant pas persuadé comme ses prédécesseurs que le moyen le plus simple de conserver la stabilité est de maintenir un faux processus de paix, perpétuant le mensonge déplorable que ce conflit est une lutte de deux peuples pour un même sol.. La cause du conflit est l'intransigeance des dirigeants palestiniens et de leurs citoyens par le lavage de cerveau dont l'objectif n'est pas une solution à deux États, mais un seul Etat palestinien de la rivière à la mer.
 
Pour minimiser la probabilité que cela se produise, Netanyahou doit agir maintenant et démontrer sa volonté d'explorer toute possibilité de paix.
 
Mais pour ce faire, notre système politique dysfonctionnel et notre coalition étroite ne constituent pas un défi facile.
 
Habayit Hayehudi et même certains éléments du Likoud menacent de faire tomber le gouvernement si Netanyahu impose des limites à la construction en dehors des blocs de règlement
 
Mais son statut actuel sur la scène internationale permettrait à la majorité des Israéliens d'appuyer fermement un tel mouvement. À l'heure actuelle, il n'y a personne à même de promouvoir la diplomatie d'Israël aussi efficacement que Netanyahu.
 
Les partis Haredi (Religieux) chercheraient à éviter les élections parce que dans une future coalition, leur influence serait considérablement affaiblie ou même éliminée.
 
Même si cela entraîne la rupture avec les éléments de la Droite radicale - dans sa coalition, Netanyahou devrait saisir ce risque et, si nécessaire, faire face aux élections.
 
Les sondages indiquent qu'avec son soutien actuel en hausse, il est susceptible d'obtenir une victoire retentissante, et avec le Parti Travailliste décimé, il y aurait des occasions de créer une nouvelle coalition qui pourrait fournir un gouvernement centriste stable.
 
Un tel front uni renforcerait de manière incommensurable notre position internationale. Il devrait être suivi d'une conférence mondiale de solidarité juive à Jérusalem comme l'initiative de mars 1989 du gouvernement d'unité nationale de Shamir.
 
Je ne doute pas que dans le contexte d'un gouvernement d'union, toutes les organisations et dirigeants juifs - en dehors des éléments anti-israéliens totalement radicaux - seront en compétition pour participer. Cela mettra fin à l'hypothèse qui prévaut que des éléments importants de la communauté juive engagée et de son leadership ont abandonné Israël.
 
Cela exige un leadership courageux
 
Il doit être tentant pour Netanyahou de se prélasser à l'ombre de la gloire actuelle d'Israël, et d'éviter toute action.
Ce serait une erreur et il pourrait perdre une opportunité historique.
 
Malgré l'optimisme engendré par Trump, nous ne pouvons pas nous permettre de nous asseoir et d'être simplement réactifs. Il n'y a pas de solution rapide et Israël est obligé de rester fort pour dissuader ou vaincre les efforts futurs de ses adversaires de le détruire. Et compter aveuglément sur Trump d'approuver le statu quo pourrait conduire au désastre.
 
Comme l'a déclaré Netanyahou, " Trump n'a pas donné à Israël un contrôle diplomatique sur la question palestinienne." Il est maintenant temps d'être proactif et de démontrer à l'administration Trump et à l'ensemble du monde que nous sommes prêts à parvenir à un règlement mais la culture de la mort et le mal qui imprègne les dirigeants palestiniens est l'obstacle majeur.
 
C'est seulement alors que nous pourrons avancer et créer les conditions nécessaires afin d'améliorer leur autonomie et leur niveau de vie, reléguant et mettre en veilleuse une solution à deux états. Bien que cela ne soit pas idéal, cela nous donnera l'opportunité de stabiliser notre sécurité et de mettre un terme à l'hostilité créée au fil des années par l'adhésion au faux processus de paix et à la distorsion de notre récit.
 

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai