Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 23:05

Par Ruthie Blum
http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=19009

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

Dans le cadre du voyage du président américain Donald Trump en Israël et à l'Autorité palestinienne du 22 au 23 mai, il rencontrera le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à Bethléem. Ce sera la deuxième fois ce mois-ci que les deux leaders se seront assis pour discuter de l'impasse dans le processus de paix; Le premier a eu lieu à la Maison Blanche il y a un peu plus d'une semaine.

Pendant leur conversation à Washington, Abbas a nourri Trump de ses mensonges habituels. Parmi ceux-ci, il a affirmé que les enfants palestiniens sont élevés pour être tolérants et amoureux de la paix. Que le président des États-Unis n'ait pas éclaté de rire de cette absurdité est plus fonction qu'il soit nouveau sur le tas que d'avoir de bonnes manières. C'est dû aussi probablement à sa conviction qu'il sera en mesure d'appliquer "l'art de l'accord" au contexte israélo-palestinien afin de négocier un accord réussi.

Cependant,Trump apprendra bientôt, que ses méthodes ne fonctionneront pas. Même une affaire ne peut être forgée que lorsque le véritable but d'un côté c'est l'échec. En effet, c'est précisément le manque d'État palestinien qui a été le gagne-pain d'Abbas à l'international... Eh bien, cela, qui l'a gardé au pouvoir en le cultivant, en honorant et en payant les salaires des terroristes.

En fait, alors que Abbas était assis au bureau ovale, Palestine Media Watch  révélait mercredi, que sa faction - Fatah louait ouvertement les kamikazes et les autres meurtriers de Juifs.

Sur sa page officielle Facebook le 3 mai, la faction d'Abbas, Fatah, a envoyé "des bénédictions" à 12 des "prisonniers héroïques" qui organisent actuellement une grève de la faim ouverte dans plusieurs prisons israéliennes. Selon PMW, il s'agissait d'Abbas Al-Sayid, auteur de l'infâme attentat-suicide d'un Seder de la Pâque au Park Hotel de Netanya et Marwan Barghouti, qui purge cinq peines d'emprisonnement à perpétuité pour avoir organisé plusieurs attaques mortelles. Par ailleurs, être incarcéré en prison n'a pas empêché Barghouti d'être réélu au parlement. Au contraire, cela l'a rendu encore plus populaire.

Il n'y a rien du roman sur la glorification des terroristes par l'AP ou sur l'hypocrisie des tueurs comme Barghouti. Ce n'est pas non plus nouveau pour une administration américaine de fantasmer de trouver la formule magique pour une paix efficace entre Israël et les Palestiniens. Mais il est intéressant que Abbas ait demandé à Trump que le point de départ de toute nouvelle conversation soit basée sur les paramètres de ses négociations avec l'ancien Premier ministre israélien Ehud Olmert en 2008. Il aurait également présenté au président américain des cartes et d'autres documents liés à l'offre d'Olmert, qui impliquait un retrait israélien presque complet de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est. C'était une offre - comme Abbas l'a reconnu pour la première fois dans une interview avec la chaîne 10 d'Israël en 2015 - qu'il avait alors refusé.

Au cours de l'interview, qui a paru dans une série en trois parties sur les pourparlers de paix entre le chef de l'OLP Yasser Arafat et le Premier ministre Ehud Barak en 2000 et ceux d'Abbas et Olmert huit ans plus tard, Abbas a fait une déclaration absurde que l'une des raisons pour lesquelles il a rejeté l'affaire était parce qu'il ne comprenait pas la carte d'Olmert. Apparemment, il avait mal potassé  sa cartographie; avant le prochain round de négociations de la mauvaise foi qui sera marqué par la violence palestinienne.

La seule question maintenant est de savoir comment Trump répondra à l'échec inévitable de telles négociations, si elles avaient lieu. Sera-t-il sur les traces de son prédécesseur honteux et tiendra-t-il Israël pour responsable, ou va-t-il se rendre compte qu'il a été trompé? Espérons que ce soit le second choix

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai