Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

2 avril 2017 7 02 /04 /avril /2017 22:57

Limite de caractèrPar Adam Eliyahu Berkowitz
Https://www.breakingisraelnews.com/85919/trump-allows-first-israeli-settlement-20-years-un-sides-pa-immediately-outraged/#3xe4Wk2V0KsAQUgX.97
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

"Tu ne feras aucune alliance avec eux, ni avec leurs dieux.33 Ils n'habiteront pas dans ton pays, de peur qu'ils n'agissent contre moi, car tu serviras leurs dieux, car ils seront un piège pour toi." Exode 23 : 32-33 (The Israel Bible ™)
 

La Maison Blanche a officiellement approuvé l'exception du Premier ministre Benjamin Netanyahu pour une nouvelle colonie pour les Juifs détruits par la destruction d'Amona. Les Nations Unies, l'AP et les ONG anti-israéliennes n'ont pas tardé à condamner le déménagement.

Le Cabinet israélien a approuvé à l'unanimité jeudi soir la création d'une nouvelle colonie pour les familles déplacées par la destruction ordonnée par la cour d'Amona. C'est le premier nouveau règlement juif que le gouvernement israélien a approuvé en Judée ou en Samarie depuis la signature des Accords d'Oslo en 1993.


Le Premier ministre Netanyahu a promis un nouveau règlement en décembre aux résidents en échange de leur évacuation pacifique de leurs maisons dans la région de Benjamin. Cela a été la résolution d'une bataille judiciaire de 12 ans initiée par Peace Now, une ONG anti-israélienne financée à l'étranger basée en Israël, qui a affirmé qu'une petite partie de la colonie était construite sur des terrains vacants appartenant aux Arabes. Une tentative antérieure d'évacuation partielle en 2006 a vu 10 000 policiers et des troupes israéliennes face à 4 000 manifestants. Le nouvel établissement sera construit à proximité dans la vallée de Shilo.

Un responsable des États-Unis a déclaré jeudi à Jerusalem Post: "Nous notons que le Premier ministre israélien s'est engagé envers les colons d'Amona avant que le président Trump ne prévoie ses attentes et a toujours indiqué qu'il avait l'intention d'aller de l'avant avec ce plan".


"En allant de l'avant, et en adoptant des discussions plus détaillées sur les possibilités de faire progresser la paix israélo-palestinienne, le gouvernement israélien a clairement indiqué que l'intention d'Israël est d'adopter une politique concernant l'activité de règlement qui prend en compte les préoccupations du président Trump", les États-Unis. Officiel ajouté.

L'ONU a répondu presque immédiatement. Stephane Dujarric, porte-parole du Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a exprimé sa "déception et son inquiétude" à l'annonce.

"Le Secrétaire général a constamment souligné qu'il n'y a pas de plan B pour les Israéliens et les Palestiniens de vivre ensemble dans la paix et la sécurité. Il condamne toutes les actions unilatérales qui, comme la présente, menacent la paix et sapent la solution à deux États », a déclaré M. Dujarric.

La solution à deux états nécessitera la destruction des communautés, et déplacer environ 420 000 juifs, soit environ 42 fois plus que dans Gush Katif lors de sa destruction en 2005. Ce chiffre ne comprend pas les 300 000 juifs vivant à Jérusalem-Est, que l'Autorité palestinienne met leur évacuation comme condition préalable aux négociations. Aucun Palestinien ne sera déplacé par le plan, que le Premier ministre Netanyahu a qualifié de nettoyage ethnique.


Le législateur palestinien principal, Hanan Ashrawi, a condamné l'annonce du soutien de Trump à la présidence vendredi, affirmant que c'était une continuation de «politiques systématiques du colonialisme, de l'apartheid et du nettoyage ethnique, montrant un mépris total et flagrant pour les droits de l'homme palestiniens».

"Israël est plus engagé à apaiser sa population de colons illégaux que de se conformer aux exigences de stabilité et de paix juste", a déclaré Ashrawi.

La Paix Maintenant, l'ONG responsable de la destruction d'Amona était indifférente à ce que les résidents soient déménagés hors des terres sans propriétaire, répondant par des mots qui faisaient écho à ceux de l'Autorité palestinienne.

"En cédant à la pression des colons, Netanyahou mène les Israéliens et les Palestiniens à la réalité d'un Etat et de l'apartheid", a déclaré l'ONG sur son site.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai