Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 13:10

• Jamil Tamimi, âgé de 57 ans, savait que si il commettait un acte de terrorisme, il serait représenté par l'Autorité palestinienne (AP) et, peut-être plus important encore, que s'il était tué ou envoyé en prison, sa famille serait prise en charge financièrement.

• En 2016, Bashar Masalha, qui a assassiné,
Taylor Force, le vétéran de l'armée de terre des Etats-Unis et blessé plusieurs autres, a été salué dans les médias officiels de l'AP comme «martyr». Quelques mois plus tard, Abbas a déclaré à la TV de l'AP: «Nous accueillons chaque goutte de sang répandue à Jérusalem ... Avec l'aide d'Allah, tout martyr sera dans les cieux, et tous les blessés obtiendront sa récompense.»

Publié par Ruth King 
https://www.ruthfullyyours.com/2017/04/19/why-is-the-us-still-funding-palestinian-terrorism-at-least-close-the-plo-office-in-washington-by-shoshana-bryen/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif


L'étudiante dans le cadre d'échange britannique Hannah Bladon a été poignardée à mort dans un tramway de Jérusalem vendredi dernier. Son meurtrier a été identifié comme un résident de Jérusalem-Est qui avait déjà été reconnu coupable d'avoir molesté sa fille et avait tenté de se suicider. À défaut, il a apparemment opté pour le terrorisme, espérant que la police l'aurait tué. Elle ne l'a pas fait. "Ceci..", a déclaré le Shin Bet dans un communiqué, "..est un autre cas, parmi beaucoup, où un Palestinien qui souffre de problèmes personnels, mentaux ou moraux choisit de mener une attaque terroriste afin de les résoudre.."

Le «suicide par le flic» n'est pas inconnu, mais les motivations réelles doivent être clairement expliquées.

Jamil Tamimi, 57 ans, savait que s'il commettait un acte de terrorisme, il serait représenté par l'Autorité palestinienne (AP) et, peut-être plus important encore, que s'il était tué ou envoyé en prison, sa famille serait prise en charge financièrement.


Pour prendre le leader de l'AP, Mahmoud Abbas, au mot, l'AP ne paie pas elle-même de salaires ni de pensions aux terroristes dans les prisons israéliennes ou à leurs familles; l'argent, - provient de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). Ce jeu de 'passe-passe' rendrait ce moment idéal pour les États-Unis, l'allié du Royaume-Uni effondré par le terrorisme, de prendre une mesure qui évite depuis plus de 25 ans: de fermer le bureau de l'OLP à Washington - De préférence avant la visite prévue par Abbas en mai.

L'OLP était autrefois une organisation terroriste et un parapluie terroriste. Il a détourné des avions et a lancé un homme âgé et handicapé dans un fauteuil roulant par-dessus bord d'un bateau de croisière. Le mois de septembre noir, un bras armé de l'OLP, a assassiné 11 athlètes olympiques israéliens à Munich. L'OLP a commis des actes de terreur horrible en Israël - y compris en massacrant des chauffeurs d'autobus et leurs familles en vacances. Vingt-cinq adultes et 13 enfants ont été tués et 71 autres ont été blessés. L'OLP a également commis des actes de guerre contre les États-Unis en tuant des diplomates américains au Soudan.

Dans les années 1970-1980, les États-Unis connaissaient généralement ce qu'ils voyaient.


Au cours de la transition de Reagan-Bush le "41ème président des USA", les États-Unis se sont interdits de parler officiellement au président de l'OLP, Yasser Arafat. (divulgation de: Colin Powell, alors conseiller en sécurité nationale, qui a donné une interview en «tête à tête»: «Tout le monde a quelque chose à dire», a-t-il déclaré. «Le gouvernement américain sait déjà ce qu'Arafat doit dire!».)

Parler ce n'était pas la même chose que l'ouverture d'un bureau; Cette mesure était encore interdite par la loi antiterroriste de 1987. Cependant, dans l'euphorie d'après les accords d'Oslo, la législation du Sénat a permis à l'OLP d'ouvrir une mission officielle à Washington pour «mettre en œuvre les accords» et a permis au président Clinton de déroger à la loi. À l'exception des fonds américains aux organisations internationales qui elles, ont donné de l'argent à l'OLP. La Chambre a adopté une loi semblable. Le représentant Howard L. Berman (D-CA) a déclaré à l'époque:

 

"Cette loi prévoit une dérogation limitée, temporaire et conditionnelle aux restrictions imposées par la législation des États-Unis qui entraverait gravement la capacité d'Israël et de l'OLP de négocier et de mettre en œuvre leur accord de paix historique".


Il était «conditionnel» à la réunion de l'OLP et de ses obligations en matière d'accords d'Oslo, y compris l'abstention au terrorisme et à la renonciation aux mouvements internationaux qui empêcheraient l'accord bilatéral sur les problèmes de statut définitif. Alors que la loi était, comme l'a déclaré Berman, «temporaire», elle est venue avec la disposition habituelle de renonciation, permettant finalement aux présidents de faire ce qu'ils souhaitaient.

Les présidents, par conséquent, à commencer par le président Clinton, ont fait exactement cela, même si l'Autorité palestinienne a supplanté l'OLP en tant que «partenaire de la paix» et a ignoré les Accords d'Oslo à volonté.

En 2003, au plus fort de ce que l'on a appelé la «deuxième intifada», la guerre terroriste palestinienne contre Israël, Colin Powell, d'après le secrétaire d'État, a marqué une déclaration suggérant que les Palestiniens s'abstiennent de ne pas tuer un si grand nombre de Juifs. "Nous devons voir un effort plus concerté contre la capacité d'activités terroristes du côté palestinien ... Il ne suffit pas d'avoir un cessez-le-feu". Il a ensuite noté "des progrès dans la réduction des attaques contre les Israéliens" - mais sans mentionner que les Forces de Défense d'Israël et le Shin Bet les avaient fortement diminuées; pas grâce à l'AP. Néanmoins, le président Bush a exercé la renonciation.

A 2011, une candidature palestinienne à la reconnaissance d'un membre à part entière de l'ONU a échoué, mais la renonciation est restée. Au-delà des objections américaines, «la Palestine» a rejoint la Cour pénale internationale en 2015. Le président Barack Obama a renoncé aux sanctions tous les six mois - à la suite des deux guerres du Hamas contre Israël.

En grande partie grâce au travail de Palestine Media Watch (PMW), la question des salaires aux terroristes et à leurs familles est apparue. Préoccupé par les paiements de l'aide étrangère des États-Unis et de l'UE, en 2014, l'Autorité palestinienne a prétendu qu'elle avait cessé de payer les salaires et que l'argent futur viendrait d'une nouvelle Commission des affaires des prisonniers de l'OLP. Cependant, PMW a signalé des sources palestiniennes:


 
La Commission de l'OLP n'était nouvelle que par son nom. L'organisme de l'OLP aurait les mêmes responsabilités et payerait exactement les mêmes salaires aux prisonniers; L'ancien ministre des Affaires des prisonniers de l'AP, Issa Karake, est devenu le directeur de la nouvelle Commission de l'OLP et le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a conservé la supervision générale de la Commission de l'OLP.

 
Tower Magazine a rapporté qu'en 2015, un an après que l'Autorité palestinienne "officiellement" a transféré à l'OLP, l'autorité sur les prisonniers palestiniens elle a également transféré 444 millions de shekels supplémentaires (plus de 116 millions de dollars) à l'OLP - presque le même montant que l'AP Avait alloué au cours des années précédentes à son ministère actuel des affaires de prisonniers.

Citant PMW, TheTower a écrit que le transfert à l'OLP était destiné à échapper à la pression des gouvernements occidentaux qui exigeaient la fin des salaires aux terroristes - en particulier les États-Unis et le Royaume-Uni, qui ont gelé les paiements à l'AP en 2016 sur ce problème.

Peut-être, en fin de compte, peu importe le compte bancaire qui transfère l'argent sur le compte bancaire de qui:


 
En 2016, Bashar Masalha, qui a assassiné le vétéran de l'armée américaine Taylor Force et a blessé plusieurs autres, a été salué dans les médias officiels de l'AP en tant que «martyr». Quelques mois plus tard, Abbas a déclaré sur la Télé de l'AP: "  Nous accueillons chaque goutte de sang répandue à Jérusalem. C'est du sang pur, du sang propre, du sang en route vers Allah. Avec l'aide d'Allah, tous les martyrs seront au paradis, Et tous les blessés obtiendront sa récompense. "
 


Abbas n'a pas beaucoup parlé de Jamil Tamimi, le meurtrier de vendredi dernier, et il est temps d'arrêter d'encourager, de menacer ou d'exiger qu'il le fasse. Au contraire, le gouvernement des États-Unis devrait laisser l'OLP et l'AP savoir que nous sommes au courant de leur jeu. La désintégration du terrorisme en fermant le bureau de l'OLP à Washington serait une bonne première étape.
 
 
 

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai