Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 10:53
Des bombes à retardement de la Syrie à la Corée du Nord.
 
Par Daniel Greenfield
 http://www.frontpagemag.com/fpm/266460/obamas-chickens-coming-home-roost-daniel-greenfield  Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif
 

 
Les Démocrates héritent de crises de politique étrangère d'un millier de pères présidentiels Républicains, mais les crises de politique étrangère héritées par les nouveaux Républicains entrants à la Maison-Blanche sont toujours orphelines.

Ou du moins c'est comme ça que les médias ont envie de les présenter.


Si vous croyez votre source de médias que c'est le fait du hasard de choix, que la Corée du Nord et la Syrie étaient des crises fraîchement engendrées par cette Administration sans histoire préalable. Mais ces bombes à retardement sont le résultat direct des deux termes terribles de sa devancière..

Les années du récipiendaire du prix Nobel de la paix à la Maison-Blanche ont été les huit années les plus dysfonctionnelles, les plus schizophrènes et les plus insensées de notre politique étrangère nationale. Sa politique intérieure était une catastrophe, mais c'était une décharge de déchets toxiques radioactifs avec des objectifs clairs et cohérents. ObamaCare, les abus du ministère de la Justice, du ministère de l'Éducation et de l'Agence de protection de l'environnement ont été le résultat naturellement terrible des politiques de Gauche mises en œuvre avec des résultats inévitablement terribles.

Mais la politique étrangère d'Obama était un désordre extrêmement inconsistant. Le prix Nobel de la paix n'a pas pu décider s'il était un interventionniste humanitaire ou un pacifiste non interventionniste. Il ne pouvait pas se décider s'il voulait prendre le parti des sunnites ou des chiites dans leur guerre islamique et insolite. Il ne savait pas s'il voulait apaiser la Russie ou la sanctionner, pivoter vers l'Asie ou se diriger vers l'autre sens, jouer un autre tour de golf ou remplacer son secrétaire de la défense pour la cinquième fois.

Obama pouvait être cohérent sur la politique intérieure parce qu'il y avait peu de choix difficiles à faire. Le gouvernement devait être constamment élargi et tous les bras de celui-ci s'étaient engagés dans la poursuite des objectifs de Gauche. L'opposition républicaine était largement malheureuse. La «démocratie irlandaise» de la réponse publique à ObamaCare a été plus efficace pour la saboter, mais au moment où tout le monde a compris qu'il était trop tard.

La scène mondiale était un lieu beaucoup plus dynamique avec des joueurs qui ne correspondaient pas à l'idéologie d'Obama. Les partisans de la démocratie islamiste ont obligé Obama à lancer le printemps arabe. Lorsque Kadhafi a tiré sur les islamistes dans les rues, les intervenants l'ont amené à signer un changement de régime en Libye. Mais alors, la Syrie se bat contre les islamistes sunnites et chiites qui s'entretuent et l'interventionnisme se heurte à un obstacle.

Obama s'est arrêté à sa propre ligne rouge et n'a pas pu comprendre ce qu'il fallait faire ensuite. Sa politique étrangère avait quelque chose à faire pour aider les Chiites à tuer des sunnites en Irak et à aider les sunnites à tuer des chiites en Syrie.

Il bombardait et armait les mêmes islamistes en même temps pour améliorer ses relations avec eux.

Même un gars qui pensait qu'ils parlaient autrichien en Autriche et célébrait le Cinco de Cuatro fêté le 4 Mai aurait dû savoir que quelque chose avait mal tourné dans sa politique étrangère. Lorsque les Russes sont entrés dans l'arène et ont promis de nettoyer le désordre de WMD(armes chimiques) en Syrie, il était heureux d'être emmener sur l'offre sans regarder les subtilités.

Comme un ordinateur mal programmé, Obama a été enfermé en Syrie parce que les islamistes qui luttaient contre des islamistes ne correspondaient pas à son code de la Gauche. Il craignait de s'aliéner l'Iran ou la Fraternité musulmane. En attendant, l'apaisement a non seulement échoué à désamorcer le conflit croissant avec la Russie, mais a versé plus d'essence sur les flammes. Et la Chine avec le bluff d'un pivot creux a envoyé le message que l'Amérique était impuissante.

 
 
Le mandat d'Obama a été marqué par deux guerres inexplicables; Une poussée en Afghanistan qui n'a pas réussi à atteindre ses objectifs tout en tuant et estropiant des millier de soldats Américains, et une opération illégale de changement de régime en Libye qu'il a laissé tombé comme l'Irak. Obama et ses supporters ne parlent pas ni de l'une, ni de l'autre de ces deux guerres. Et vous ne pouvez pas les culpabiliser. Ils font ce qu'ils ont fait avec l'ObamaCare une histoire de réussite brillante.

Mais ce ne sont pas les plus grandes catastrophes d'Obama que le président Trump a hérité.

Le président Bush a laissé à Obama un Irak en grande partie stabilisé. Tout ce qu'il avait à faire c'était de garder les chiites, les sunnites et les Kurdes à travailler ensemble. Ce n'était pas une promenade de santé, mais c'était loin du désordre qu'il avait été ou était à nouveau. Il y a dix ans, les Démocrates avaient été aussi obsédé par l'Irak comme ils l'avaient été par la Russie. Obama, comme les principaux candidats Non-Hillary, ont continué à être contre la guerre. Alors, il s'est retiré de la place.

Le retrait seul pouvait être désastreux car il encourageait la majorité chiite à piétiner la minorité sunnite. Mais Obama a combiné un retrait de l'Irak avec un soutien pour les islamistes sunnites presque partout ailleurs, y compris à côté en Syrie, qui a contribué à gonfler les rangs d'ISIS.
 
La menace d'ISIS et d'autres islamistes sunnites a aidé l'Iran à s'emparer de l'Irak et de la Syrie. Le printemps arabe l'a coincé au Yémen. Et Obama était trop préoccupé par le fait que l'Iran s'éloignerait d'un éventuel accord nucléaire pour faire quelque chose à ce sujet. L'accord nucléaire a scellé l'accord pour un Iran résurgent.

Et cela signifie que la Russie est devenue le pouvoir dominant dans la région.

Obama a aliéné l'Egypte en soutenant les Frères Musulmans. Le président Trump a essayé de défaire cette catastrophe. Obama a soutenu le tyran islamiste totalitaire de la Turquie, alors qu'il se disputait et se dirigeait vers la Russie. Le seul allié fort restant dans la région capable de se défendre c'est Israël.

Pendant ce temps, les alliances possibles en Asie se sont effondrées alors qu'Obama avait hésité. Les Philippines ont un gouvernement anti-américain que Obama a de nouveau aliéné lors de ses derniers mois désastreux au bureau. La Corée du Sud est retombée dans l'instabilité politique à un moment où elle ne peut se le permettre alors que le maintien Japon est seul.

Le pivot asiatique d'Obama a été exposé comme un autre truc quand il n'a pas voulu défier la République populaire
sur la mer méridionale de Chine. Ses efforts diplomatiques semblaient prioriser les gestes idéologiques vis-à-vis du régime communiste du Vietnam sur des alliances stratégiques significatives. Mis à part le risque de guerre contre l'expansionnisme de la Chine, cette politique a échouée à supprimer la route non-militaire de la Chine pour résoudre le problème de la Corée du Nord.

C'est l'itinéraire que le président Trump essaie maintenant de rouvrir à nouveau en rétablissant l'effet de levier.

Perversement, Obama a fait plus de dégâts avec l'échec de son pivot de l'Asie qu'il ne l'aurait fait en restant hors de lui. L'option non militaire, comme beaucoup de diplomatie, dépend de la perception de ce que nous pourrions faire. En Asie, comme en Syrie, Obama a été assez douloureusement clair qu'il ne ferait rien. Et le régime totalitaire moyen a du mal à comprendre que différents gouvernements américains sont vraiment différents.

L' affaire de l'Iran a de nouveau envoyé le message à la Corée du Nord que les armes nucléaires ne peuvent lui bénéficier. Et cela, combiné avec les échecs d'Obama en Asie, nous canalise vers l'option militaire en Corée du Nord.

De retour en Syrie, la Ligne rouge d'Obama nous a bloqué au milieu d'une guerre civile islamique et d'une crise de crédibilité. Obama avait remis les clés de la région à l'Iran et à la Russie. L'Amérique est maintenant bloquée en essayant de les récupérer.

Le président Trump a choisi de le faire en remontant à l'effondrement et à l'application de la ligne rouge d'Obama. C'était un choix controversé, mais il faisait clairement savoir que les promesses présidentielles signifiaient quelque chose. Il a également envoyé un message à la Syrie, à la Russie et à l'Iran que, simplement parce que nous ne voulons pas d'une autre guerre, cela ne signifie pas qu'ils ont la liberté de faire tout ce qu'ils veulent.

Obama a vu la politique étrangère dans les termes de la justice sociale de Gauche. Trump et son peuple voient une lutte géopolitique. Son prédécesseur a cru que nous devions réparer nos crimes historiques. Trump comprend que, à la racine des crises locales comme la Syrie et la Corée du Nord, il y a un plus grand concours avec la Russie et la Chine. C'est la vision du monde qu'Obama avait sournoisement rejetée comme enracinée dans la guerre froide dans son débat avec Romney.

Et pourtant, il est beaucoup plus utile que la politique étrangère incohérente d'Obama, dont les trois piliers étaient l'islamisme, l'apaisement et le réchauffement climatique.

Le président Trump croit que la stabilité mondiale provient de la stabilité dans la relation entre les puissances mondiales. La Syrie et la Corée du Nord ne sont que les façons dont la Russie et la Chine nous testent pour voir à quel point elles peuvent avancer leurs pions. Son but est de réaliser la stabilité de haut en bas en s'entendant avec les autres puissances. Et pour ce faire, il doit annuler la crise de crédibilité qu'il a hérité de Barack Obama.

Obama a laissé derrière lui beaucoup de bombes à retardement domestiques et internationales, de l'ObamaCare à l'Iran, et les premières années de Trump dans le bureau seront occupées à trouver des moyens de désamorcer ces bombes.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai