Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 14:37
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu est de retour de visites triomphales aux États-Unis, en Australie et Singapour. Et maintenant le moment est venu pour lui de faire preuve de courage et prendre des décisions graves qui détermineront son héritage - être l'un des grands dirigeants d'Israël ou le battu.
 

 

Par Isi Leibler 
http://wordfromjerusalem.com/a-small-minority-must-not-jeopardize-this-great-opportunity/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif
 
Nous vivons dans un monde fou qui a été stupéfait par l'élection surprise du parvenu Donald Trump. Le nouveau président américain a procédé à une vitesse vertigineuse pour inverser les approches politiquement correctes de son prédécesseur,Barack Obama, qui comprenait l'approbation des groupes que les Frères musulmans.
 
Trump est le premier président américain à affronter la partialité de la presse libérale. Son empressement à mettre en œuvre certaines politiques, telles que son décret limitant l'immigration, a conduit au chaos et, finalement, a été freinée par les tribunaux.
 
Toutefois, l'élection de Trump est considéré comme un don par de nombreux Israéliens. Son affichage désinhibée de chaleur et de gestes d'amitié envers Israël et Netanyahu ont soulevé la réputation d'Israël aux yeux de nombreuses  nations qui avaient été implicitement encouragé à condamner Israël par l'administration Obama. Que les États-Unis traitent maintenant Israël comme un véritable partenaire nous sera extrêmement  bénéfique à tous les niveaux - politiquement, économiquement et militairement.
 
 
Il existe déjà un impact profond à l’Organisation des Nations Unies, où vient d'être nommé l'ambassadrice Nikki Haley  Trump a clairement indiqué que les Etats-Unis «ne fermeront pas les yeux» sur le dénigrement d'Israël et démontreront notre «soutien à toute épreuve» à Israël et l'intolérance pour les parti pris anti-Israél de l'ONU. En outre, l'administration a averti qu'elle pourrait se retirer de l'anti-israélien Conseil des droits de l'homme des Nations Unies ce qui enverrait un message fort
 
 
Mais il s’agit de la pointe de l’iceberg.

 

Une autre évolution plus étonnante est l’alliance quasi ouverte entre Israël et les pays sunnites modérés, qui a été activement encouragé par Trump . La relation avec le Président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi, y compris la défense et l’échange de renseignements, dépasse les beaux jours de feu le Président Anwar Sadate. De même, les porte-parole saoudiens ont minimisé leur haine traditionnelle d’Israël et, avec les autres États du Golfe, ont appelé pour un front uni contre les efforts de l’Etat terroriste chiite iranien de réaliser une hégémonie régionale comme puissance nucléaire. Trump a promis d’inverser la politique d’apaisement d’Obama et a réaffirmé qu’il ne saurait jamais se réconcilier avec un Iran nucléaire et qu’il prendra des mesures pour neutraliser ses activités terroristes internationales.

 
Remarquablement, Israël a développé une relation avec la Russie de Vladimir Putin, malgré son soutien à la Syrie. Grâce aux maladresses de Obama, la Russie occupe aujourd'hui une position dominante dans le Moyen-Orient. Espérons que les politiques de Trump ne causeront pas de ruptures dans l'interaction d'Israël avec la Russie.
 
 
En Asie, en Afrique et certains pays européens, les liens avec Israël se sont renforcés car ceux qui cherchent une meilleure relation avec Trump ont le sentiment que son affection pour Israël est authentique.
 
 
Cette atmosphère donne à Israël des occasions d’aller de l’avant en ce qui concerne les implantations et une politique envers les Palestiniens.
 
 
 
Trump a dit qu'il ne s'est pas engagé dans une politique à deux Etats et que si les Israéliens et les Palestiniens peuvent trouver une autre solution, il y serait favorable. Mais son amour pour Israël et sa détermination à agir comme un véritable allié, il a déclaré que son objectif ultime était de parvenir à un accord qui ne porterait jamais atteinte à la sécurité d'Israël. Il a souligné qu'Israël serait obligé de faire des compromis et a déclaré que l'expansion excessive des colonies ne serait pas utile. Dans le même temps, il a insisté sur le fait que les Palestiniens doivent reconnaître Israël comme un Etat juif et cesser leur incitation. Il a reporté le déplacement de l'ambassade américaine à Jérusalem, sans doute parce qu'il a été informé que cela pourrait nuire à la relation très délicate du rapprochement entre Israël et les Etats sunnites.
 
Bien qu’il y ait toujours des chaos dans l’administration avec des vides béants dans les postes clés, l’hystérie contre Trump par les libéraux américains est sans précédent.
 
La majorité libérale de la communauté juive américaine s’est engagée dans une folle  campagne de diabolisation de Trump comme un antisémite. Il y a une augmentation de l’antisémitisme aux États-Unis et Trump fait la sourde oreille pour ne pas de réagir plus vigoureusement. Il y avait donc une justification à la critique, mais au vu de sa famille, son cercle d’amis juifs et son extraordinaire amour pour Israël, c’est obscène de l’accuser de faire la promotion de l’antisémitisme, de comploter dans le révisionnisme de l’Holocauste, soutenir le fascisme ou agir comme Hitler. La visite du vice-président Mike Pence à Dachau et son engagement personnel à aider à réparer un cimetière juif vandalisé dit tout.
 
Des organismes officiels grand public comme l’Anti-Defamation League et le mouvement de réforme ont effectivement adopté le même rôle que J-Street et se sont engagés dans des activités partisanes sans précédent qui ont sans doute créé hostilité antisémite parmi les partisans de Trump. Pourtant sous l’administration Obama, ils n’ont pas réagi aux cas plus dangereux d’antisémitisme masqués comme de l’anti-sionisme. Ils n’ont pas tiré la sonnette d’alarme lorsque les étudiants juifs étaient physiquement intimidés sur les campus les identifiant à Israël ou quand Obama a ignoré les appels de l’Iran pour la destruction d’Israël.
 
Initialement, l’ADL a encore défendu la candidature de l’antisémite Keith Ellison en tant que Président du Comité National Démocrate, mais il a été obligé de se retirer sous pression publique. L’ADL a également refusé de condamner le mouvement noir Lives Matter malgré sa condamnation scandaleuse d'Israël comme un Etat d'apartheid. Ni elle s’est opposée à Linda Sarsour et d’autres militants radicaux anti-israéliens à l’avant-garde de la marche des femmes sur Washington.
 
Mais, malgré l’hostilité des Juifs américains libéraux et leur abandon d’Israël, on nous présente maintenant une occasion unique d’atteindre les objectifs nationaux essentiels. Le succès d’Israël dépendra de la volonté de nos dirigeants à mettre de côté une politique partisane à court terme et agir dans l’intérêt national.
 
Mis à part l’extrême gauche et l’extrême droite, il y a un plus grand consensus national chez les Israéliens qu’existe depuis le grand schisme sur les Accords d’Oslo. La plupart sont d’accord que nous devons nous séparer des Palestiniens et reconnaître que l'annexion de l’ensemble de la Judée et Samarie entraînerait inévitablement un Etat binational et mettrait fin au rêve sioniste. Pourtant, il existe également un consensus clair qu’un Etat palestinien indépendant serait aujourd'hui certainement un État terroriste à notre porte.
 
Le Premier ministre australien Malcolm Turnbull a résumé la situation d’Israël lorsqu’il a déclaré « qu'être franc et réaliste quant à ce point - vous ne pouvez pas attendre qu'un quelconque gouvernement israélien se mette dans une position où sa sécurité est menacée, où ses citoyens sont en danger. Le premier devoir de tout gouvernement est d'assurer la sécurité des personnes. »
 
 
Netanyahu doit maintenant préciser nos objectifs principaux, qui comprennent l’approbation de construction illimitées dans les blocs importants de colonisation au sein des frontières existantes, tout en définissant des frontières permanentes et avoir l'appui officiel américain pour l’annexion du Golan.
 
Dans le même temps, c’est aussi dans l’intérêt d’Israël de promouvoir une plus grande industrialisation et l’infrastructure économique en Cisjordanie afin d’inciter la coexistence. Cela faciliterait une plus grande autonomie palestinienne--sous réserve, bien sûr, de maintenir les exigences en matière de sécurité fondamentale d’Israël.
 
 
Cela nécessite de la part de Netanyahu d'affronter non seulement Naftali Bennett et Habayit Hayehudi mais aussi les radicaux de son propre parti du Likoud. S'il échoue à leur résister, nous pourrions faire face à une catastrophe. Trump est volatile et si Netanyahu permet aux radicaux de sa coalition de lancer unilatéralement des annexions, cela pourrait facilement susciter une confrontation — que Netanyahu cherche désespérément à éviter, préférant travailler avec Trump en étroite collaboration.
 
 
Trump semble déterminé à parvenir à un accord. Toutefois, contrairement à Obama, il ne va probablement pas promouvoir n'importe quel arrangement qui pourrait compromettre la sécurité d’Israël. Netanyahu doit s’engager positivement dans ces négociations et si les Palestiniens restent inflexibles, Trump selon toute vraisemblance nous soutiendra pleinement .
 
 
Mais avant cela, Netanyahu doit rester ferme, et si ses partenaires radicaux s’efforcent de s’engager dans des initiatives non autorisées, il doit être prêt à dissoudre le gouvernement.

 

Président Yair Lapid du Yesh Atid est aujourd'hui un concurrent pour le premier ministre. Il a été très responsable dans ses déclarations au cours des 12 derniers mois. Écartant des personnalités, probablement lui et Netanyahu partagent une vision similaire de ce qui devrait être fait. S’il devait soutenir publiquement Netanyahou, il renforcerait son statut dans le public comme un futur chef et permettrait à Netanyahu d’aller de l’avant.

 
Aujourd'hui, nous sommes dans une position remarquable. Nous sommes en passe d'avoir la possibilité de façonner notre destin avec une administration américaine véritablement pro-israélienne. Mais cela dépendra de Netanyahu et s’il réussit à résister aux pressions exercées par les éléments radicaux de son propre parti et de la coalition. Pour y parvenir, il aurait le soutien de la nation afin de nous guider à travers les champs de mines diplomatiques et de capitaliser sur sa relation personnelle avec Trump de diriger la nation vers la stabilité et la sécurité

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai