Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 17:36
Par Ben-Dror Yemini 
https://www.breakingisraelnews.com/84609/a-strategic-attack-against-ourselves-opinion/#Fjo1LJjSULFVXRiK.97
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif
 
 
La bande de Gaza est contrôlée par une organisation terroriste avec une plate-forme anti-sémite, qui appelle à l'anéantissement des Juifs. La communauté internationale a tenté, à maintes reprises, d'atteindre une sorte d'accord avec cette organisation. La tentative la plus remarquable a été faite par le Quartet (Nations Unies, l'Union européenne, les États-Unis et la Russie). Rien n'y a fait. Le Hamas a refusé.
Il a favorisé l'industrie de la mort — des roquettes et des tunnels — plutôt que la prospérité. Il a agi comme toutes les organisations du jihad mondial. Tout ce qu'ils produisent n'est que destruction. De temps à autre, il endure un coup, il recueille plus d'énergie pour huiler les rouages ​​de l'industrie de la mort, et entraîne Israël dans une autre série de combats.
 

Deux semaines avant le début du dernier round, l'opération de Bordure de protection, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a tenté à plusieurs reprises d'éviter une escalade dans une guerre tous azimuts. Les fusées avaient déjà commencérs de tomber sur Israël, mais Netanyahu insistait. Il a prononcé au «calme sera répondu le calme». La Gauche a applaudi. La Droite était en colère.

 

Lorsque l'opération a commencé, il y avait de plus en plus de propositions et d'initiatives pour un cessez-le-feu. Netanyahu a accepté. Le Hamas a violé tous les accords. Le Ministre Naftali Bennett, quant à lui, s'est gardé d'accepter un cessez-le. Lorsque le dernier cessez-le, qui a mis fin à l'opération, a été formulé — Bennett a voté contre, en disant " Il n'y a pas besoin d'un cessez-le, il n'y a besoin que d'éteindre le feu." 
 

Néanmoins, le contrôleur de l' Etat a déterminé que «le cabinet de sécurité n'a pas réussi à discuter une alternative diplomatique ou de la situation humanitaire grave dans la bande de Gaza.»  Excusez - moi? Le contrôleur de l' Etat n'est pas en mesure de faire face à une zone, où il n'a aucune autorité pour commencer. Je ne me souviens pas du cabinet de Harry Truman face à la situation humanitaire dans le bombardement de Tokyo, je ne me souviens pas du cabinet Winston Churchill face à la situation humanitaire de Dresde en ruines, et je ne me souviens pas de l'administration Obama parlait longuement de la situation des tribus de la frontière entre le Pakistan et l' Afghanistan alors qu'elles étaient constamment sous le feu parce que des talibans se cachaient en leur sein. Mais le contrôleurde l'État d'Israël considère comme son devoir de  mettre son nez dans des considérations stratégiques. L' activisme judiciaire est passé de la Cour suprême vers le Bureau du contrôleur de l' État.

 

Je crois, par ailleurs, que le gouvernement israélien devrait offrir au Hamas: la prospérité, le bien-être, la fin du blocus, l'aide économique internationale, un port, un aéroport, des bonbons pour chaque enfant attaché à chaque sac de béton, et d'autres produits de tous types. Tout. A une condition: Que le Hamas accepte la formule simple de la démilitarisation en échange de la prospérité. Et cela devrait être offert encore et encore, même si le Hamas s'est tourné vers le vil encore et encore.

 

Mais avec tout le respect, ce n'est pas l'affaire du contrôleur de l'Etat. C'était non seulement l'offre de Netanyahu de «au calme il sera répondu le calme" alors qu'Israël a été attaqué avec des roquettes, mais pratiquait la retenue. Il a continué avec 12 offres pour un cessez-le feu qu'Israël soit initié soit accepté pendant l'opération. Le Hamas les a transformé à plusieurs reprises vers le bas ou les violé à plusieurs reprises. Même un site de gauche a écrit au moment de «l'amitié remarquable entre Netanyahu et la Gauche.» Le contrôleur a des yeux, mais il ne voit pas. Il a des oreilles, mais il n'entend pas. Quel est le problème avec lui?

 

Un haut fonctionnaire a témoigné devant le Etat contrôleur - enquêteur Brig. Gen. (rés.) Yossi Beinhorn, qui a écrit lui-même la plupart de ce rapport . Ce n'est pas que Beinhorn sache plus que la personne qu'il interroge, mais il avait trois experts juridiques à ses côtés. Le fonctionnaire se sentait comme un coupable. Voilà l'histoire de la Judiciarisation.

 

Les juges et les légalistes ne savent rien de guerres. Ils ne savent rien de la politique. Ils ne savent rien à propos de la prise de décision. Ils ne savent vraiment rien de tirer des conclusions. Il n'y a qu'une seule chose qu'ils savent faire-c'est chercher les coupables. C'est dans leur ADN. La procédure qu'ils mènent est contradictoire. En d'autres termes, argumentatif. Voilà ce à quoi les résultats ressemblent.

 

La semaine dernière, personne ne s'est engagé à tirer des conclusions et des leçons d'apprentissages. Voilà ce qui importait, mais ce n'est pas intéressant. La question qui est plus intéressante c'est de savoir qui est le plus coupable. Le résultat est la «danse du sabre». Une enquête est tenue de tirer des conclusions. Dans une enquête, comme celle menée par une commission d'enquête ou le contrôleur de l'Etat, est faite pour trouver les coupables.

 

Même avant le début de l'enquête, il était clair que cela était une procédure avec des suspects qui se transformeront en coupables. «Le rapport est un acte d'accusation», a déclaré le président de l'Opposition Isaac Herzog un jour avant la publication du rapport. Il avait raison, et c'est ce qui est précisément le problème. Il ne faut pas des actes d'accusation. Nous avons besoin d'un changement

.

Ce n'est pas chose nouvelle. C'est déjà devenu un rituel normal. Toute guerre ou de l'exploitation au cours des dernières décennies a pris fin avec des critiques acerbes. Même s'il y a des recommandations pour des changements, tout ce que l'on traite quelques réclamations faites contre les individus. Voilà la raison pour laquelle nous avons dû regarder un échange abject d'accusations la semaine dernière. Le Hamas se marre. Israël s'expose à la critique et se bat, et se damne pour ne pas proposer "une alternative diplomatique." Si un tel châtiment ne vient pas de l'extérieur, par un comité comme Richard Goldstone, il vient alors de l'intérieur.

 

Non pas que tous les mouvements effectués au cours de l'opération étaient merveilleux et toutes les décisions étaient parfaites. Ce n' est pas qu'il n'y a pas de place pour l'amélioration. Ce n'est pas qu'il n'y a pas besoin de la critique constructive. Mais toutes ces choses nécessaires ne sont pas faites et ne seront pas atteintes par des commissions d'enquête ou par l'équipe du contrôleur de l'Etat.

 

Si nous avions affaire à l'étude de performance et d'amélioration, nous n'aurions pas besoin d'experts juridiques. Parce que les experts juridiques connaissent les guerres et la stratégie et la prise de décision et à l'étude de la performance autant que moi la pharmacologie. Pourquoi les experts juridiques? Pourquoi pas un expert dans le domaine des opérations militaires? Quel est le sens de la judiciarisation inutile et stupide?

 

Les commissions d'enquête qui ont été nommé depuis la guerre de Kippour jusqu'à présent ne se sont pas améliorées en quoi que ce soit. Leurs recommandations pratiques ou opérationnelles ont eu tort au fil du temps. La Commission Frumkin de 1950 était censée faire face à l'imposition du «melting pot» dans le cadre du système éducatif. Ses conclusions ont créé la séparation et les différents secteurs. La Commission Agranat a rejeté le défunt chef d'état-major David Elazar. Maj. Gen. (res.) Giora Eiland avait dit que les conclusions du comité ont causé des dommages irréversibles. La Commission Or a retiré ancien ministre Shlomo Ben-Ami de la vie politique. Cela n'a pas changé grand chose dans les relations judéo-arabes.

 

Ce sont des exemples de la folle démarche. Nous prenons part à un rituel vaudou qui n'implique rien que de plus que des insertions d'aiguilles. Est-ce que ceci va nous préparer à la prochaine opération? Sérieusement?

 

Voici une mission pour les membres de la Knesset qui veulent sortir des sentiers battus: Un projet de loi qui permettrait de créer un système efficace pour étudier les opérations et en tirer des conclusions, au lieu du système juridique actuel. Nous avons besoin d'hommes politiques et de généraux qui viennent à ces comités sans avocats. Nous voulons qu'ils nous disent où ils ont commis une erreur sans avoir une épée suspendue au-dessus de leur tête. Parce qu'avec une épée suspendue, une personne saine d'esprit fuit la responsabilité.

 

Un système qui crée des actes d'accusations et l'échange d'accusations n'est pas un système qui apporterait le changement. Nous avons besoin d'une solution de rechange raisonnable, de ne pas enregistrer un général ou d'autre personne non pour sauver Netanyahu ou Moshe Ya'alon. Nous avons besoin d'une autre option pour nous-mêmes.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai