Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 14:56
La veuve de la victime, son fils, n'auraient pas été informé de l'arrangement: «Presque 17 ans se sont écoulés et la douleur demeure. Ce n'est pas vrai que le temps guérisse les plaies, nous apprenons juste à canaliser la douleur ailleurs», a déclaré le fils de la victime, Roi Avrahami, qui a perdu son père lors de l'attaque
 

Par Lilach Shoval, Itsik Saban et Nitzi Yakov
http://www.israelhayom.com/site/newsletter_article.php?id=41449
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif
 
Quelques 17 ans après le lynchage sauvage des réservistes de Tsahal Yosef Avrahami et Vadim Nurzhits à Ramallah, un incident abject qui a augmenté les tensions lors de la Deuxième Intifada, un des policiers palestiniens qui a participé à l'halalli a été libéré de la prison israélienne et envoyé dans la Bande de Gaza .


Hatam Magari a été arrêté en 2000. En 2004, il a été reconnu coupable d'avoir assassiné Avrahami avec d'autres crimes associés au lynchage et avait été condamné à la prison à vie.


L'incident s'est produit après que les réservistes soient entrés par erreur dans Ramallah. Ils ont été emmenés au poste de police local alors que des foules furieuses suivaient. Un agent de police a ouvert la porte du commissariat et la foule haineuse est entrée, tuant les soldats et mutilant leur corps. Sur une photo particulièrement infâme de l'incident, On voit l'attaquant Abd al-Aziz Salaha qui montre ses mains recouvertes de sang à la fenêtre de la station de police alors que la foule l'ovationne.



Un appel de la condamnation de Magari et une requête à la Haute Cour de justice ont tous deux été rejetés. Cependant, il a récemment obtenu un nouveau procès en raison de nouvelles preuves qui mettent en doute qu'il avait été un participant actif du meurtre d'Avrahami d'une manière recevable devant le tribunal pénal.


Dans le nouveau procès, Magari a plutôt bénéficié d'un arrangement, où il a été reconnu coupable d'avoir attaqué un soldat et de ne pas avoir empêché un crime. Sa responsabilité pour d'autres charges de sécurité reste inchangée. Le tribunal militaire l'a condamné à 11 ans et demi de prison. Magari a accepté de ne pas demander de dommages-intérêts sur le traitement de l'affaire par le tribunal et, après avoir été emprisonné depuis 2000, a été libéré immédiatement.


"Le défendeur a été impliqué dans un incident qui est gravé dans la conscience du public israélien, peut-être plus que tout autre incident", ont écrit les juges dans la décision. "Personne ne peut oublier les images, des soldats qui ayant subis des sévices, diffusées à la télévision ce jour-là, le 12 octobre 2000. Selon l'acte d'accusation, le défendeur qui a été jugé devant nous a eu un petit rôle dans l'incident. Il était parmi les policiers qui ont arrêté les soldats et les ont amené au poste de police, et le défendeur a même battu les soldats sur le chemin de la station de police mais, selon l'acte d'accusation, il n'était pas parmi ceux qui ont attaqué les soldats à l'intérieur du commissariat et les ont mené à leur mort."


Les familles des victimes n'auraient pas été informé de la libération de Magari.


Le fils d'Avrahami, Roi, a déclaré à la Radio israélienne qu'il était déçu qu'il n'ait pas reçu au moins un appel téléphonique pour être mis au courant sur les développements qui ont mené à la publication. Il a ajouté: "Vous ne pouvez pas le relâcher. Le système de justice et l'accusation ont une fois de plus à permis la libération d'un meurtrier, mais nous n'attendons rien de la justice. Cependant, j'espère que notre système de défense réglera les comptes avec lui un jour. "


Parlant en son nom personnel, Roi a ajouté: «Presque 17 ans sont passés, et la douleur demeure. Ce n'est pas vrai que le temps guérit, nous apprenons qu'à canaliser la douleur ailleurs». Il a noté que la famille ne fera pas appel, en disant: «Personne n'a de l'énergie pour entrer dans ces guerres, car il n'y a pas de résultat qui ramènera Papa
».


L'Armée s'est excusée pour n'avoir pas informé Roi .


"L'IDF a été en contact avec le père de Yossi Avrahami et l'a informé tardivement de l'arrangement négocié hier. Après le fait, il est apparu clairement que les informations n'avaient pas été fournies à la veuve et au fils de la victime du meurtre; dans un communiqué
l'Armée a déclaré qu'elle tirera des leçons dans le but d'empêcher la répétition de tels incidents" .

Un fonctionnaire des Forces de Défense a noté que le contact était effectué uniquement avec le père d'Avrahami parce que le cas de Magari portait plus directement sur Avrahami que sur les deux victimes.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai