Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 06:02
 
http://www.thetower.org/4665-former-israeli-negotiator-abbas-sabotaged-u-s-peace-initiative-by-signing-hamas-unity-deal/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Le 22 Avril 2014, une semaine seulement avant la fin de la période de négociation de neuf mois fixé par la Maison Blanche, les négociateurs israéliens ont estimé qu'ils avaient fait des progrès dans les pourparlers avec les Palestiniens, et sont venus avec une proposition visant à prolonger les négociations. Mais le lendemain, le président de l' Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a signé un accord de réconciliation avec le Hamas sans en informer d'abord Israël — provoquant ainsi " l'écroulement d'encore un autre effort attentif à la conciliation israélo-palestinienne" a raconté l'ancien négociateur Michael Herzog à la revue American Interest .

Abbas a également signé 15 conventions internationales, ce qui incite Herzog à commenter, «Malgré le soulagement comique de regarder l'Autorité demander de se joindre à la convention anti-corruption, les Palestiniens ont éludé nos questions à la législation pourquoi ils n'avaient jamais aborder l'un des nobles objectifs couvert par les conventions ».  

Herzog est pas le premier à lancer cette accusation: négociateur et ancien ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni a également revendiqué en Décembre 2014 que Abbasa eu tort de torpiller les négociations en faisant un accord avec le Hamas et en signant des conventions. Mais le compte-rendu d'Herzog de ce qui est arrivé pendant ces neuf mois fournit une compréhension plus complète de ce qui s'est mal.passé .

Alors qu'Herzog a encensé "l'infatigable" Secrétaire d'État John Kerry et l'a remercié «pour son engagement, sa détermination et son intelligence, pour son rôle indispensable dans l'effort du processus», il n'a également pas ménagé ses critiques sur les erreurs de Kerry dans ses replis le long des négociations .

Herzog a reproché à Kerry d'exiger qu'un accord soit atteint en neuf mois, ce qui "était manifestement irréaliste, compte tenu des écarts très importants et de la méfiance entre les parties." Herzog a également interrogé l'insistance de Kerry que les deux parties parlent directement à lui plutôt qu'à l'autre, ce qui a donné lieu à un certain nombre de malentendus.

Pourtant, Herzog a déclaré, les Israéliens et les Palestiniens, plutôt que les États-Unis, devraient assumer la majeure partie du blâme. «Après tout,» écrivait-il, «ce sont eux qui sont dans le conflit; ce sont eux qui doivent vivre avec ses conséquences. Toute défaillance dans un processus de paix sera d'abord et avant tout leur échec».

Herzog a critiqué le choix du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de libérer des terroristes condamnés plutôt que d'imposer une «significative retenue-un ralentissement majeur» dans la langue de Kerry de l'activité des implantations en Cisjordanie», afin de maintenir le processus. Néanmoins, l'ancien négociateur décrit Netanyahou comme «immergé dans le processus» et l'a loué pour son «sérieux, bien plus que les comptes-rendus publics l'attestent» en essayant d'obtenir un accord.

D'autre part, le négociateur palestinien Saeb Erekat se serait plaint que neuf mois c'était trop long pour un temps de négociations; Herzog a écrit «Sa déclaration reflète succinctement l'état d'esprit palestinien que j'ai vu pendant des années» . Il avait aussi une évaluation critique du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas:

Tout comme beaucoup ont demandé si Netanyahu possède la volonté ou la capacité de prendre les décisions audacieuses nécessaires pour la paix, j'ai de sérieux doutes sur Abbas. Ils sont pris en charge par son dossier (y compris la façon dont il a évité de répondre à l'offre d'Olmert en 2008) et son comportement. Le vieillissement, la perte de légitimité nationale et la concentration sur son héritage, il est encore moins enclin à prendre de tels risques.

Herzog a proposé trois suggestions pour l'avenir. Tout d'abord, alors qu'un accord global n'est pas possible à court terme, cela ne signifie pas que les parties ne devraient pas tenter de trouver un terrain d'entente et de construire à partir de là. En outre, les négociations ne devraient pas être dépendantes d'un seul problème, car la situation est un "défi complexe, multi-dimensionnelle avec des composants interconnectés, et doit être traité comme tel. Enfin, malgré le fait qu'il manque à Israël " un partenaire palestinien prêt et capable, il devrait néanmoins chercher des partenaires régionaux et internationaux (qu'il est susceptible de trouver), et d'appliquer des mesures unilatérales constructives en coordination avec ces partenaires (y compris la cessation de -toutes les activités de colonisation au-delà des blocs) le tout en laissant la porte ouverte à un futur règlement négocié ".

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai