Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 12:52
 
L'ancien ambassadeur américain en Israël Dan Shapiro a écrit que le déplacement de l'ambassade américaine à Jérusalem peut être entrepris avant même qu'Israël et les Palestiniens n'atteingnent un accord de paix, inversant sa position sur la question depuis que l'administration Obama a quitté la Maison Blanche.
 
 
Par JACK TONHABEN
http://www.breitbart.com/jerusalem/2017/02/02/former-u-s-envoy-shapiro-gives-white-house-tips-on-moving-embassy-to-jerusalem/
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif
 

Shapiro a écrit un article de politique étrangère dans lequel il dit qu'une telle démarche peut également avoir une influence positive sur le travail au jour le jour des diplomates américains postés en Israël.

À l'heure actuelle, les responsables américains ont besoin de se rendre à Jérusalem pour rencontrer des responsables du gouvernement israélien, un voyage qui est court en miles, mais parfois long dans la durée en raison du trafic routier.

Shapiro a écrit,"J'ai soutenu l'utilisation de leur pouvoir de dérogation à la sécurité nationale des trois présidents de retarder le déménagement dans l'intérêt de poursuivre la paix au Moyen-Orient. Mais je n'ai jamais cru que les arguments pour déplacer l'ambassade avaient un fonds, ou qu'il fallait attendre un accord de paix israélo-palestinien final, "

" Je suis influencé par mon amour pour Jérusalem - un attachement émotionnel né de décennies à étudier son histoire - et le sens de la justice pour les réclamations juives sur la ville qui sont bien trop souvent remises en question. La présence d'une ambassade américaine dans certaines parties de Jérusalem que nul ne conteste comme étant le territoire israélien est une façon de reconnaître les siècles d'histoire qui lient le peuple juif à la ville, la remise en question est étroitement liée à la négation de la légitimité même d'Israël. "

Shapiro, qui est juif et parle bien l'hébreu, il va continuer à vivre en Israël jusqu'à ce que ses enfants terminent l'école.

Dans son article, il a offert à l'administration du président Donald Trump quelques conseils sur la façon d'aller de l'avant avec le déménagement sans exaspérer le monde arabe.

L'ancien ambassadeur a écrit " le faire soigneusement, pourrait faire avancer les objectifs et les intérêts nationaux américains; le faire négligemment, pourrait leur causer de graves préjudices et conduire à une tragédie évitable " .

Pendant la campagne, Trump avait promis qu'il déplacerait l'ambassade s'il devenait président. Après avoir gagné, il a ensuite nommé David Friedman comme son ambassadeur en Israël. Friedman est un fervent partisan du déplacement de l'ambassade et la déclaration de la Maison Blanche annonçant sa nomination a exprimé l'espoir de Friedman de servir dans ce rôle "dans la capitale éternelle d'Israël-Jérusalem."

Mais depuis son entrée en fonction, la Maison Blanche est hésitante.

Trump dit que la décision n'est pas facile parce que la question a «deux côtés».

Shapiro a salué l'hésitation de la Maison Blanche sur cette question, la décrivant comme «un contraste bienvenu à de nombreuses déclarations politiques impromptues, de la Chine au Mexique à la politique d'immigration et de réfugiés.»

Shapiro a suggéré que, pour permettre à un futur accord de paix fondé sur une solution à deux Etats, l'ambassade des États-Unis devrait être déplacée à une partie de Jérusalem-Ouest qui resterait dans les mains israéliennes en vertu de tout accord.

Il a écrit, le déplacement de l'ambassade, ne doit pas être confondu avec ce qui implique la reconnaissance de la revendication d'Israël à la souveraineté sur toute la ville.

En outre, Shapiro a écrit, que les États-Unis ont besoin de se réengager à préserver le statu quo des lieux saints «apaiser les sensibilités musulmanes au sujet du Haram al-Sharif (Mont du Temple) et sensibilités juives au sujet du Mur occidental.»

L'ancien ambassadeur a écrit que de telles déclarations peuvent irriter les Israéliens et les Palestiniens, mais pourraient "effectivement faire avancer les perspectives d'une solution à deux Etats en brisant les mythes auto-destructeur des deux côtés."

L'administration de Trump devrait s'entretenir avec les Palestiniens, les Jordaniens, les Saoudiens et les Egyptiens avant de prendre une décision, Shapiro dit, ajoutant que si les dirigeants arabes sont susceptibles de protester contre le déménagement et peuvent même menacer «de représailles diplomatiques», ils seraient également prudents ne pas fermer les portes avec l'administration de Trump si tôt.

Shapiro écrit: Plusieurs Etats arabes également "ont des intérêts stratégiques communs avec Israël," .

Shapiro a dit que l'annonce du déménagement à l'avance pour le monde arabe peut leur montrer que le plan de l'administration «fait preuve de respect» et pourrait en fait "mettre de l'huile dans les rouages" contre la décision.

Selon le Times of Israel , en 1995, lorsque le Congrès américain a adopté une loi sur le déplacement de l'ambassade à Jérusalem, Shapiro a travaillé comme aide politique étrangère pour la Démocrate de Californie la Sénatrice Dianne Feinstein, qui a contribué à obtenir les sponsors de la loi d'insérer une disposition permettant au président de renoncer au déplacement. C'est cette stipulation particulière qui a empêché la relocalisation de l'ambassade lors des 22 dernières années.

La dernière renonciation, signée le 1er Décembre 2016 par le président Barack Obama, expire le 1er Juin 2017.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai