Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 14:26

Les Palestiniens menacent l’Amérique !

Par Barry Shaw,

Envoyer à un ami

Vous devrez remplir votre nom, votre e-mail et courriel de votre ami
Envoyer par courriel :
Nom de l’expéditeur :
Email de l’expéditeur :
Quand la nouvelle Administration de Trump a parlé de la possibilité de transférer l’ambassade américaine à Jérusalem les Palestiniens ont commencé à faire des menaces.
 

Le Hamas, le régime de la terreur islamique qui contrôle la bande de Gaza, a menacé d'une nouvelle recrudescence de la violence et du terrorisme en disant que le déménagement « ouvrirait un nouveau chapitre du conflit » et jetterait de « l'huile sur le feu. »

 

Nasser al-Kidwa, une relation étroite du défunt Yasser Arafat et membre du Fatah a menacé de rétrograder les liens de l’autorité palestinienne avec les États-Unis.

 

Mahmoud Abbas a déclaré que les États-Unis ne seront donc plus des intermédiaires dans le processus de paix au Proche-Orient et il se tournera vers l’ONU, comme il l'a déjà fait.

 

 

Il s’agit d’une menace vide. Les palestiniens n’ont jamais accepté l’état d’Israël. La Charte de l’OLP contient encore 2 Articles indiquant que « les limites de la Palestine, sont icelles qu'elle avait pendant le mandat britannique, c'est une unité territoriale indivisible » Or le mandat britannique a déclaré que toute la Palestine devait être le foyer National du peuple juif.

 

C’est la dite entité palestinienne qui est une tromperie ici, pas l’Etat juif.

 

Ils ont jeté des déclarations vides de sens de « violations du droit international » et « droits légitimes historiques » quand il n'y en a pas du tout.

 

Les dirigeants palestiniens comme Erekat racontent une histoire pour dire une chose aux médias étrangers et autre chose de complètement différent pour leur propre peuple.

 

Menaçant de violence, l’Article 9 de la Charte de l’OLP affirme « la lutte armée est la seule façon de libérer la Palestine. »

 

Les défenseurs « de la solution à deux états » devraient noter que cet Article resterait la croyance fondamentale des radicaux palestiniens et qu'Israël devrait être forcé de se retirer du territoire et ces « diplomates des deux États maintenant insistent pour que le cœur essentiel du peuple juif soit inclus dans cette dite solution. Ce qui est communément défini comme « lignes de 1967 » , derrière lesquelles Israël devrait renoncer, incluant la partie orientale de Jérusalem et de la vieille ville qui contient la plupart des sanctuaires les plus importants du patrimoine du judaïsme.

 

Erekat a déclaré que tous les accords signés avec Israël serait morts si les États-Unis déménageaient leur ambassade à Jérusalem. Les signatures des Palestiniens sont apparemment dénuées de sens. Quand Yasser Arafat a signé les Accords d’Oslo sur la pelouse de la maison blanche en 1993, il a accepté de renoncer à la violence. Sept ans plus tard, il a ordonné des attentats majeurs contre Israël. Ces actes de terrorisme, connus comme la seconde Intifada, ont culminé avec le Massacre de la Pâque à l’hôtel Park de Netanya, lorsqu’un kamikaze palestinien a assassiné les Juifs qui s’étaient rassemblés pour célébrer la fête juive de la délivrance.

 

Les Promesses et les signatures des Palestiniens sont une politique d'apaisements temporaires, des pauses commodes jusqu'à l'occasion plus favorable d'éradiquer Israël.

 

 

Ceci ouvre la possibilité d’appliquer des solutions alternatives et meilleures pour Israël et pour les Arabes locaux que l’échec de deux États.

 

Erekat a également averti qu’il demanderait à l’Assemblée générale de suspendre l’adhésion d’Israël si les Etats-Unis déplace son ambassade. Erekat peut avoir oublié que l’OLP est un observateur non membre de l’ONU et qu’il ne peut pas demander à l’ONU de faire quoi que ce soit.

 

L’ONU a prouvé qu’elle est constamment anti-Israël par ses votes qu’elle est en guerre contre l’Etat juif. Pourtant, Israël continue à prospérer et à se développer. Ce sont les Palestiniens qui menacent et se ratatinent et, prennent note; que le monde arabe en a marre d’eux.

 

Erekat a menacé de dissoudre l’autorité palestinienne. Les Palestiniens doivent savoir qu’il s’agit d’une occasion pour Israël et les Etats-Unis d'abandonner le paradigme de deux États ce dernier ayant échoué.

 

Il y a un certain nombre de solutions de rechange possibles dont certaines exigent le démantèlement de l’autorité palestinienne et son remplacement par quelque chose de mieux pour la population arabe de la région. L’autorité palestinienne a été un organe corrompu, anti-démocratique, violent tandis que les personnes sous son régime autoritaire et divisé continuent de souffrir.

 

Israël, depuis sa création, a connu la terreur et les guerres. Israël est fort. Israël ne pliera pas en raison de nouvelles menaces.

 

Si les Palestiniens ne peuvent pas arrêter de rugir et de revenir à la table des négociations avec un sens du pragmatisme qui leur a fait tellement défaut depuis des décennies, le temps est venu pour les nouvelles initiatives hardies qui permettraient à Israël de se retirer de l’impasse diplomatique dans laquelle il se trouve aujourd'hui.

 

Pour cela il a besoin du soutien des Etats-Unis.

 

Les États-Unis devraient définir un marqueur en déplaçant leur ambassade à Jérusalem parce qu’il y a justice dans cet acte et c’est la chose juste et morale à faire.

 

Ils devraient faire reconnaître aux Palestiniens et à un monde dans le déni que, sans les Juifs de Jérusalem, n’aurait pas été construite il y a des milliers d’années et qu'elle est leur capitale éternelle.

 

Les Arabes palestiniens doivent être avisés que leur refus obstiné d’accepter ce fait ne leur apportera jamais la paix ou un État.

 

Les Etats-Unis devraient transférer leur ambassade à Jérusalem et dire aux Palestiniens que tout rejet violent de celui-ci serait interprété comme un acte de guerre contre les États-Unis.

 

Un autre point. L’Administration de Trump fait un filtrage des citoyens de pays qui favorisent le terrorisme afin d'empêcher des terroristes potentiels d’entrer aux États-Unis. Les Palestiniens ont été à l’avant-garde d’incitation et d’infliger le terrorisme pendant des décennies. L’un d’eux a assassiné le procureur-général Robert Kennedy en 1968. Yasser Arafat a ordonné l’assassinat l’enlèvement et l’assassinat de l’ambassadeur américain et de son adjoint à Khartoum, au Soudan, en 1973. Arafat a également ordonné l’enlèvement, la torture et l'exécution de William Buckley, chef de la station de la CIA à Beyrouth en 1984.

 

D’autres américains ont été tués par des terroristes palestiniens. En 2016, une Cour d’appel de New York a rendu un jugement de $ 655 millions intenté par les victimes américaines du terrorisme palestinien l’affaire a été rejetée parce que les juges ont indiqué qu'un tribunal américain n’avait pas compétence sur l’autorité palestinienne ou le Fatah et non pas parce que l’autorité palestinienne était innocente. Au contraire. En d’autres termes, les Palestiniens peuvent s’en tirer avec le meurtre d’américains si il est réalisé à Jérusalem ou ailleurs en Israël.

 

Maintenant on a ces gens qui menacent l’Amérique et Israël c'est une honte et ce ne doit pas être récompensé par de la complaisance. Les États-Unis devraient affirmer leur droit de travailler à Jérusalem, où le gouvernement israélien se trouve et ils devraient mettre en garde les Palestiniens qu’ils subiraient la colère des Etats-Unis en cas d’échec à faire progresser la paix ou la pratique de nouvelles violences.

 

En outre, le Brexit et le phénomène d’une dominance de Trump annonçant le début d’un nouvel ordre mondial. Nous avons vu des signes de changement lorsque la Grande-Bretagne, qui avait voté pour la résolution 2234 du CSUN qui tentait de  spolier Israël de son coeur vital juif Jérusalem, a inversé en vertu de la présence menaçante d’une présidence de Trump, défendant Israël et refusant de signer la déclaration anti-israélienne lors de la Conférence de Paris. Ceci a été suivi par le veto du Royaume-Uni une tentative d'approbation des ministres des affaires étrangères.

 

L’autorité palestinienne a ouvert une campagne visant à embarrasser le gouvernement britannique sur la déclaration Balfour, qui célèbrait cette année un siècle de construction de la voie du rétablissement du foyer National du peuple juif avec Jérusalem comme capitale.

 

 

Et les Palestiniens, qu'ils soient rejetés si ils refusaient de l’accepter.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai