Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 19:29

Il y a un moyen simple pour obtenir la résolution de deux États.

Résultat d’images pour drapeau de la jordanie

Drapeau de la Jordanie iStock

72 États et organisations qui se sont rencontrés à Paris le 15 janvier a répudié la résolution du Conseil de sécurité 2334(« RCSNU 2334 ») - seulement trois semaines après son adoption le 23 décembre 2016.

la RCSNU 2334 réaffirme par le Conseil de sécurité :

« vision d’une région où deux Etats démocratiques, Israël et la Palestine, vivent côte à côte dans la paix au sein de frontières sûres et reconnues »

Le communiqué final de Paris a sous-évalué cette « solution de deux États démocratiques » en réaffirmant :

En fait, le mot « démocratique » a été omis dans le communiqué de Paris à neuf endroits – signalement que Paris n’a pas accepté les modalités définitives de la « two-state solution » proposé par le Conseil de sécurité.

Le communiqué de Paris a délibérément cherché à tromper et tromper les écrits de la RCSNU 2334 et ce qi était réellement écrit – déclarant aux Participants :

« s’est félicité des efforts internationaux visant à faire progresser la paix au Moyen-Orient, y compris l’adoption de la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies 2334 sur 23 décembre 2016 qui... a appelé les deux parties à prendre des mesures pour faire avancer la solution à deux Etats sur le terrain ;

- ouvertement ne pas identifier que c’était la « solution de deux États démocratiques » qui était prévue dans la résolution 2334.

Paris est allé encore plus loin en tentant de passer outre l’obligation pour un État palestinien démocratique - le communiqué notant :

« l’importance d’aborder la situation désastreuse, humanitaire et sécuritaire dans la bande de Gaza et a appelé à des mesures rapides pour améliorer la situation. »

Aucune mention sur l’absence de démocratie dans la bande de Gaza - où le Hamas a nié à la population arabe des élections depuis les 10 dernières années.

Paris a omis toute référence au seul cadre dans lequel Israël et l’OLP ont négocié au cours des 13 dernières années – la Roadmap de Bush de 2003 – qui clairement énonce les États:« Un règlement, négocié entre les parties, se traduira par l’émergence d’un État palestinien indépendant, démocratique et viable, vivant côte à côte en paix et en sécurité avec Israël et ses autres voisins ».

Le communiqué de Paris :

« appelle les deux parties à prendre des mesures pour faire avancer la solution à deux Etats sur le terrain ; les recommandations du Quatuor du 1er juillet 2016 ; et les principes des États-Unis rappelés par le Secrétaire d’État sur la solution de deux États le 28 décembre 2016. »

Toutefois, une des recommandations du Quartet précise :

« Gaza et la Cisjordanie devraient être réunifiées sous une autorité palestinienne unique, légitime et démocratique sur la base de la plate-forme de l'OLP, les principes du Quartet et la primauté du droit, y compris la maîtrise de tous les militaires et les armes conformément aux accords existants. »

Kerry a mentionné « two-state solution » 29 fois, mais n'a jamais prononcé une seule fois le mot « démocratique ».

Israël ne doit pas maintenant tomber dans le piège de la négociation avec toute entité inférieure à une déjà élue démocratiquement et opérant dans les zones « A » et « B » de Cisjordanie et de Gaza – ni s’appuyer sur des promesses de démocratie à venir.

Paris a réussi à enterrer la « solution de deux États démocratiques » en seulement 24 heures.

La feuille de route et la Résolution 2334 du CSNU ont reçues les derniers sacrements.

Peut-être le Conseil de sécurité et les participants de Paris doivent maintenant examiner la pratique de « two-state solution » tout d’abord envisagée en 1922 :

Un Etat juif – Israël – et un Etat arabe – Jordanie – dans le territoire couvert par le mandat pour la Palestine.

Cette subdivision territoriale s’est déjà produite dans 95 % du territoire du mandat. Elle peut se produire très rapidement dans les 5 % restants.

En effet, elle implique seulement de redessiner légèrement l’actuelle frontière internationale entre Israël et la Jordanie – deux États déjà vivant côte à côte en paix à l’intérieur de frontières sûres et reconnues.

Simple et réalisable.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai