Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

22 janvier 2017 7 22 /01 /janvier /2017 15:19

https://firstonethrough.wordpress.com/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

Je me souviens encore de la cérémonie de Ronald Reagan en Janvier 1981. Ce n'était pas Reagan lui-même qui a fait de ce jour - le jour mémorable, mais le frisson de voir l'incompétent Jimmy Carter quitter la Maison Blanche.

J'avais passé mes matinées au cours de mes années de lycée (1979-80, 1980-81) je passais tous les jours en allant à l'école devant une station de gaz qui affichait le nombre de jours que les otages américains étaient détenus en captivité en Iran. Chaque jour, mettait à jour le compte, et ma colère montait pendant que le total était revu à la hausse. Mais le 20 Janvier, le jour de l'investiture de Reagan, les otages ont été finalement libérés, tout comme l'embarras pour un président qui quittait Washington, DC.

Ce jour-là, mes camarades libéraux du lycée ont choisi de porter des brassards noirs, pour protester contre l'élection d'un Républicain. Ils étaient eux-mêmes convaincus qu'il n'y avait rien de si terrible que les marchés libres du capitalisme, et ils opté pour montrer au monde leur dégoût face à l'ascension de Reagan. Alors que le pays célébrait la libération des otages et à l'aube d'un avenir meilleur, ces adolescents libéraux ont vu un jour noir.

Afficher l'image d'origine

Je me souviendrais à nouveau des protestations libérales silencieuses. En Janvier 2001, des libéraux affirmant que George W Bush n'était pas vraiment leur président. J'ai vu les autocollants sur des voitures dans toute la ville qui avait un «W» avec une barre oblique à travers elle. Je lisais sur la manière dont les membres du personnel de Bill Clinton enlevaient tous les "W" des claviers d'ordinateur à la Maison Blanche. Comportement mature.

Afficher l'image d'origine

L'élection de Donald Trump de cette année a encore apporté une nouvelle vague de protestations libérales. Certaines écoles ont annulé les examens après l'élection. Des fêtes de famille qui avait inclus un large éventail d'opinions politiques divergentes ont commencé par des déclarations «Pas de discussions politiques!» Avant que quiconque ait une chance de dire bonjour. Maintenant , nous entendons que de nombreux responsables Démocrates élus vont boycotter l'inauguration. Certains rabbins libéraux ont même dit qu'ils vont marquer la journée par un jeûne - je ne plaisante pas.

notmypresident

Je ne sais pas quel genre de président Donald Trump sera dans le temps, en ce moment pas plus que la prévision sur Reagan il y a 36 ans. Je ne sais pas si je suis heureux de dire au revoir à huit terribles années de politique étrangère, et ne suis pas surpris des cris d'angoisse des libéraux immatures, que j'ai vu depuis des décennies.

Les protestations silencieuses ne me dérangent pas. La liberté d'expression est un droit américain, et tout le monde est autorisé à s'exprimer.

J'admets que je ne connais pas de non-libéraux qui ont agi d'une telle manière au cours des huit dernières années. Je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui a placé un signe "Nobama" sur leur pelouse avant ou faire un jeûne à l'élection d'Obama. Je ne pouvais pas attraper tous les brassards noirs quand Bill Clinton assumait les fonctions au bureau ou que des fonctionnaires Républicains boycottaient la cérémonie. Peu importe.

Le problème avec les actions libérales c'est que les manifestations ne sont pas elles-mêmes le problème. C'est le retrait de la réalité et du débat.

Ces huit dernières années, les gens ont débattu des questions allant de salles de bains des transgenres(homosexuels) à l'utilisation de drones pour tuer des Américains à l'Obamacare. Les gens ont accepté les résultats des élections présidentielles et se sont engagés dans une discussion sur les politiques.

Mais maintenant, les libéraux prétendent «il n'est pas mon président» et le crient aux amis "aucune politique parlante !" Quand ils détestent les résultats de leur démocratie. Après huit ans d'un échange constant confortable tandis que le président a répercuté et encadré leur vision du monde, les gens vont-ils discuter de questions importantes avec des personnes avec lesquelles ils sont en désaccord, ou tout simplement comptent-ils sur les grands médias libéraux pour attaquer Trump?  

Le président Obama a vu le problème dans son propre parti. Dans son discours d'adieu , il a demandé aux gens de sortir de leurs bulles et de participer à un débat sain avec des personnes ayant des opinions différentes:

"Pour un trop grand nombre d'entre nous, il est devenu plus sûr de se retirer dans nos propres bulles, que ce soit dans nos quartiers ou nos campus de collège ou des lieux de culte ou nos flux sociaux médiatiques , entourés par des gens qui nous ressemblent et partagent la même vision politique et de ne jamais remettre en question nos hypothèses. La hausse de la partialité nue, ce qui augmente la stratification économique et régionale, l'éclatement de nos médias dans un canal pour tous les goûts - tout cela rend ce grand tri naturel, voire inévitable. Et de plus en plus, nous sommes tellement en sécurité dans nos bulles que nous n'acceptons seulement que des informations, qu'elles soient vraies ou pas, qui correspondent à nos opinions, au lieu de fonder nos opinions sur la preuve qui existe.

Cette tendance représente une troisième menace pour notre démocratie. La politique est une bataille d'idées; dans le cadre d'un débat sain, nous allons privilégier des objectifs différents, et les différents moyens de les atteindre. Mais sans une base commune de faits; sans volonté d'admettre de nouvelles informations, et admettre que votre adversaire marque un bon point, et que la science et  la raison importent, nous allons continuer à parler devant l'autre, ce qui rend un terrain d'entente et de compromis impossible ".

Je suis fermement en désaccord avec Obama sur plusieurs de ses politiques, et j'ai présenté ces arguments à des personnes de tous les horizons politiques. Mais dans ce cas, je suis d'accord avec Obama. Un débat sain est essentiel pour une démocratie saine. J'aurai souhaite qu'Obama suive son propre conseil pendant sa présidence, et non pas mépriser les gens, comme boycotter des discours (comme ce qu'on fait les démocrates au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu), ou des Démocrates qui ont soutenu l'abandon du siège de la législature de l'Etat du Wisconsin , ou de l'Etat de l'Indiana. Ou comme des responsables Démocrates envisagent maintenant de le faire en boycottant l'investiture du président Trump.

Je ne me soucie pas de vos brassards, vos jeûnes ou vos débrayages. Si vous avez une argumentation cohérente, à faire. Engager le débat et comprendre vos compatriotes américains sans injures. L'Amérique sera mieux si vous quittiez votre bulle libérale.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai