Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 13:29
Coup de force de dernière minute d'Obama il cherche à contrôler les futures élections

Ne laissez jamais une crise vous perdre, même s’il faut en inventer une.

http://www.truthrevolt.org/news/obamas-last-minute-power-grab-seeks-control-future-élections
Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif
 

Les Démocrates aiment une bonne crise. Rahm Emanuel a dit une fois : « Vous ne voulez jamais qu'une crise grave vous perde. » Alors lorsqu’il n’y a pas de crise vers laquelle ils peuvent pointer, ils en inventent une.

 

Avec un peu plus d’une semaine avant que le président Obama ne quitte la Maison-Blanche, il fait tout son possible en vertu de son autorité exécutive d'entasser autant de « règlements de minuit » de dernière-minute de sécurité. Dans ce cas, l’administration Obama a déclaré que système électoral de l’Amérique est vulnérable à une attaque cyber étrangère et le Président doit intervenir pour défendre la légitimité des futures élections.

 

Le Secrétaire du Département du Homeland Security,  Jeh Johnson, a publié un rapport sur le piratage informatique, allégué de la Russie, de l’élection de novembre et il utilise cette peur comme un écran de fumée pour donner au gouvernement fédéral plus de pouvoir sur l’État et sur les élections locales. Cette mesure inconstitutionnelle fondée seulement sur des allégations supprimerait la souveraineté étatique en déclarant les systèmes locaux « morceaux d’infrastructures essentielles » d’être mandaté et supervisé par le DHS. Les Représentants de l’État ne sont pas satisfaits de cette possibilité.

 

«Les Actions exécutives d'Obama utilisent la sécurité comme une excuse pour subvertir la Constitution et étayer l’empiétement fédéral sur les systèmes électoraux» a déclaré le Secrétaire d’état de Brian Kemp élu de Géorgie.

 

Le Secrétaire d’État Jim Candos (élu Démocrate du Vermont) a parlé à Politico: « ce que je pense beaucoup de gens sont concernés; lorsque le gouvernement fédéral dit, « Eh bien, regardez, nous ne sommes pas vraiment intéressés de faire cela, mais nous voulons juste vous donner ceci, » et puis tout d’un coup ce ceci conduit à quelque chose d’autre. »

 

Les Secrétaires de chaque État exécutent les élections locales, et chacun d’eux sait qu’un « système d’élection US décentralisé rend le piratage à grande échelle presque impossible, » comme l'a déclaré John Fund de la National Review.

 

Il n’y a aucune preuve que la Russie a piraté le signal de l’élection et changé un seul vote de Hillary Clinton en Donald Trump. Il s’agit de théâtre politique; rien d’autre que des raisins acides pour les Démocrates pour se faire à l'idée que l’Amérique et le collège électoral ont choisis Trump et donc, ils ont besoin de quelque chose ou quelqu'un à blâmer.

 

Toutefois,l'administration d’Obama n’a qu’à regarder en son sein pour voir qu'elle a laissé des informations classifiées accessibles aux pirates et à plusieurs reprises (Mme Clinton, ou n’importe qui ?) ce qui les disqualifie suggérant même que le gouvernement fédéral ait pu intervenir dans les élections locales. Fund a écrit :

Plutôt que de revendiquer plus d’autorité sur les systèmes électoraux, l’administration Obama aurait dû s'inquiéter que son directeur de l’Office fédéral de gestion Personnel (OPM) ait dû démissionner en juillet dernier après que les pirates aient volé des données personnelles de 21,5 millions employés fédéraux actuels et anciens. Les informations volées inclus les  adresses, numéros de sécurité sociale, dossiers financiers et militaires et des habilitations de sécurité de bases de données de l’OPM. Personne d’autre n’a fait l'objet de sanctions disciplinaires pour ce manquement, même si l’OPM avait, pendant des mois, ignoré des avertissements clairs sur les vulnérabilités de l’Agence.

 

« Il n’y a pas de pouvoir fédéral de contrôle ou des élections sécurisées. Chaque Etat applique ses propres élections, limitées uniquement par des protections constitutionnelles des droits de vote », a déclaré le chercheur Illya Shapiro du Cato Institute en constitution. « Il peut être judicieux pour les États de demander l’appui fédéral ici, mais il créerait un précédent dangereux pour l’organisme fédéral de prendre unilatéralement le cours du processus électoral de l’État. »

 

John Yoo, Professeur de droit à l'Université de Berkeley, a dit : « Alors que le gouvernement fédéral a le pouvoir général pour protéger les infrastructures de la nation, il ne peut pas empiéter sur les zones de souveraineté de l’État sans mandat constitutionnel clair. »

 

Toute la présidence d'Obama n'a été faite que de contournement l'un après l’autre, de la Constitution. Ce coup de force de dernière minute n'est juste qu'un autre exemple de sa soif de garantir son héritage.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai