Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 19:10

Par Joseph Puder

http://www.frontpagemag.com/fpm/265303/housing-units-and-double-standards-joseph-puder

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif
 

Afficher l'image d'origine

 
Le vote sans précédent de l'Administration Obama préférant l'abstention plutôt que de jeter le veto traditionnel sur la résolution 2334 du Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU), était, dans les mots du professeur Alan Dershowitz, «minable» et se référant à Obama comme tirant un "leurre".
 
Dans un interview, à Fox-News, il araconté que le président Obama l'a appelé pour lui demander son soutien. Dershowitz, dit qu'Obama, l'a rappelé: "Je soutiendrais toujours Israël." Dershowitz a ajouté, il l'a en effet soutenu-il a"poignardé" Israël dans le dos. Le refus de l' administration Obama de la politique américaine traditionnelle au sujet d'Israël concerne une vendetta personnelle contre le Premier ministre d'Israël Bibi Netanyahu et une colère à propos de l'élection de Donald Trump comme le président En outre, il existe une double norme vis-à-vis de la construction de logement dans les territoires.
 

La Résolution 2334 du CSNU est un document non contraignant et traite des colonies israéliennes dans«territoires palestiniens occupés depuis 1967, y compris Jérusalem-Est». La résolution stipule que l'activité de colonisation d'Israël constitue une «violation flagrante» du droit international qui n'a «aucune validité juridique» et exige qu'Israël arrête cette activité et remplit son obligation comme une «puissance occupante» en vertu de la quatrième Convention de Genève.

 

La résolution CSNU du 23, Décembre 2016 obscurcit l'histoire et de la réalité. Il rappelle la fameuse Résolution 1975 des Nations Unies qui a assimilé le sionisme (mouvement de libération nationale d'Israël) à du racisme, cette fois avec la collusion de l'administration Obama, bien que, sans le nommer le sionisme. Le terme même de «territoires palestiniens occupés depuis 1967», est outrageusement faux. Israël n'a pas occupé de "territoire palestinien en 1967, il a repris le territoire aux jordaniens, que la Légion arabe jordanienne a occupé illégalement en 1948. Israël a gagné la Judée-Samarie (Cisjordanie) dans une guerre défensive, après avoir été attaqué par la Jordanie. Celà n'a jamais été un Etat de Palestine, ni des territoires palestiniens. Ce qui auraient pu être des «territoires palestiniens» ont été rejeté par les arabo-Palestiniens en 1947 lors du vote de l'ONU sur la partition de britannique de la Palestine mandataire. Les Arabes palestiniens, contrairement aux juifs-palestiniens, ont rejeté la partition, choisissant plutôt l'anéantissement de l'Etat juif naissant.

 

L'Ambassadeur Alan Baker, un expert israélien du droit international, ancien ambassadeur d'Israël au Canada, et directeur de l'Institut des Affaires contemporaines au Centre de Jérusalem pour les affaires publiques , a fait remarquer que la revendication palestinienne « des colonies » est une violation de la quatrième Convention de Genève relative à la protection des civils (1949) c'est faux. Mais à la fois le texte de cette convention, et les circonstances de post-Seconde Guerre mondiale en vertu de laquelle il a été rédigé, indiquent clairement qu'il n'a jamais été destiné à se référer à des situations comme les colonies israéliennes. Selon le Comité international de la Croix - Rouge, l'article 49 se rapporte à des situations où les populations sont contraintes à être transféré. Il n'y a rien de semblable dans de telles circonstances de la politique de colonisation d'Israël.

 

Au cours des négociations à Rome de 1998, sur le statut de la Cour pénale internationale les Etats arabes ont lancé un complément au texte pour le rendre applicable à la politique d'implantations d'Israël. Ce fut une indication de la reconnaissance de la communauté internationale que la langue de l'original de 1949 de la Convention de Genève n'était pas du tout pertinente pour les implantations israéliennes.

La dépendance continue de la communauté internationale à la Convention de Genève comme base pour la détermination de l'illégalité des implantations israéliennes et ne tient pas compte de la nature unique de l'histoire, le cadre juridique, et les circonstances de négociation concernant la Cisjordanie.Un régime spécial entre Israël et les Palestiniens est énoncé dans une série d'accords négociés entre 1993 et ​​1999 qui sont toujours valables - qui régissent toutes les questions entre eux, les implantations incluses. Dans ce cadre, il n'y a pas de disposition spécifique limitant la planification, le zonage et la construction continue pour les deux parties. Les Palestiniens ne peuvent désormais invoquer le régime de la Convention de Genève afin de contourner les accords internationalement reconnus précédents ".

 

Naturellement, rien n'a été dit par l'administration Obama à propos de la construction arabo-palestinienne illégale de colonies en Cisjordanie et à Jérusalem. Bassam Tawil, du Gatestone Institut universitaire basé au Moyen-Orient a fait remarquer que, «Apparemment, les colonies ne sont qu'un «obstacle majeur à la paix» quand ils sont construits par des Juifs. L'UE et certains gouvernements et organisations islamiques paient pour la construction de colonies palestiniennes illégales, tout en exigeant qu'Israël cesse la construction de nouvelles maisons pour des familles juives dans les quartiers de Jérusalem ou des colonies existantes en Cisjordanie. L'hypocrisie et la malignité brute de l'UE et du reste de la communauté internationale envers la question des implantations israéliennes est aveuglante, transparente. Pourtant, nous assistons également à l'hypocrisie de beaucoup dans les médias traditionnels occidentaux, qui voient de leurs propres yeux les colonies palestiniennes en hausse de part et d'autre de Jérusalem, mais choisissent de ne rapporter que celles sur la "construction juive ".

 

Tawil rhétoriquement a demandé "Qui est derrière la vague sans précédent de la construction illégale ? Selon les habitants arabes de Jérusalem, la plupart des «contractants» sont en fait voleurs de terres et des voyous qui s'accaparent des terres appartenant à des Palestiniens privés ou sur des terres dont les propriétaires vivent à l'étranger. Mais ils soulignent également que l'UE, l'OLP et certains gouvernements arabes et islamiques financent le projet. «Ils repèrent un terrain vague et se déplacent rapidement pour en prendre le contrôle, dit un résident dont les terres ont été confisquées par les entrepreneurs illégaux».

La construction arabo-palestinienne est non seulement illégalle , mais dangereuse aussi. Alors que la construction de colonies juives en Judée et Samarie ont toujours étaient réalisées avec des licences appropriées, et dans le cadre de la loi, la construction arabo-palestinienne ne commence pas à satisfaire même les normes minimales requises par les ingénieurs, les architectes et les planificateurs de logement. L'objectif de l'Autorité palestinienne est de créer des faits irréversibles sur le terrain. De plus, la moitié des appartements construits restent vides, en dépit de l'étiquette de prix ridicule de 25 000 $ - 50 000 $ l'unité, alors que le même logement juif est de 250.000 $ et plus. La réponse est, bien sûr, le financement de l' UE. Ces maisons ont été construites sans permis, corroborées par le fait que la construction non autorisée ou illégale par les Palestiniens est un problème constant dans la zone C, uniquement sous contrôle israélien.


Ce sont ces mêmes pays de l'UE qui ont voté pour déclarer le Mur occidental du Temple de Salomon, et le quartier juif de Jérusalem comme «territoire palestinien» lors du vote de vendredi dernier (23 Décembre, 2016), qui ont financé des logements palestiniens, tout en condamnant à plusieurs reprises la construction israélienne en raison de l'élargissement de la famille. Pourtant, dans le cadre des accords d'Oslo , il n'y a aucune disposition spécifique limitant la planification, le zonage et la construction continue par les deux parties en Judée-Samarie. La différence est que la construction juive se fait légalement, légalement et en toute sécurité, alors que la construction palestinienne est illégale, dangereuse, et n'a qu'un seul but - éviter de négocier avec Israël une disposition pacifique des territoires appelés Judée-Samarie.

L'ONU, la Grande-Bretagne et l'administration Obama ont exprimé leur indignation en Octobre dernier envers Israël de vouloir construire 300 nouvelles maisons en Judée-Samarie, mais pas de telle indignation devant le génocide en Syrie, ou la construction de 15.000 logements illégaux palestiniens dans les zones entourant Jérusalem dans le cadre d'un plan d'encerclement de la ville. L'administration  d' Obama et l'abstention délibérée lors du vote de vendredi dernier, qui ressemblait  à un «oui» pour cette résolution notoirement anti-israélienne et biaisée, hostile à la paix israélo-palestinienne, et servira à encourager davantage l'Autorité palestinienne à inciter contre l'Etat juif, tout en évitant un règlement négocié avec Israël. Elle expose également le double standard utilisé par l'administration Obama face à Israël.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai